Lars Fisk transforme tout ce qu’il touche en grosses boules

Un morceau de route, de façade ou un foodtruck — depuis 1996, l’artiste new-yorkais s’amuse à détourner les choses les plus ordinaires.
29.9.16

Toutes les photos sont publiées avec l'aimable autorisation de l'artiste et de la galerie Marlborough Chelsea

Un phénomène un peu étrange s’est produit entre les murs de la galerie Marlborough Chelsea, à New York. Des boules semblent avoir poussé un peu partout — certaines pas plus grandes qu’un poing, d’autres touchant le plafond. Leur point commun : saisir chacune un repaire visuel de la Grosse Pomme. Ici, un globe d’asphalte, là une itération sphérique du mythique camion de glaces Mister Softee. Elles sont sept au total et sont l’œuvre de l’artiste new-yorkais Lars Fisk.

Fisk raconte la genèse de son projet à The Creators Project : « Ces œuvres font partie d’une série que je développe depuis 1996, la première itération étant Streetball : une simple sphère d’asphalte qui tirait son identité d’une chaussée peinte d’une ligne jaune. J’interrogeais comment cet élément spécifique, généralement assimilé comme quelque chose de linéaire et continu pouvait être reconnu s’il était extrait en un objet distinct. »

Et Fisk de conclure : « Après avoir produit Streetball, j’ai réalisé que toute chose ordinaire pouvait être soumise à ce processus. Par exemple, on sait qu’un arbre est linéaire et arboré et qu’un camion d’UPS est marron et comme une boîte mais si ces derniers, ou toute autre chose communément admise sont transformés en un nouveau standard, les voit-on toujours telles qu’elles sont ? »

« Mr. Softee » est à voir à la galerie Marlborough Chelsea, à New York, jusqu’au 15 octobre 2016. Pour en savoir plus, c’est par .