Publicité
école

J’ai demandé à des jeunes refusés à tous leurs vœux post-bac ce qu’ils allaient faire de leur année

Comment un algorithme débile envoie chaque année des milliers d'étudiants à l'abattoir.

par Morgane Fabre-Bouvier
14 Septembre 2016, 5:00am

On ne va pas se mentir, j'ai eu mon bac il y a quelques années maintenant. Alors quand j'ai dû me replonger dans le monde merveilleux des admissions post-bac, je m'attendais à être surprise, oui. Mais pas à ce point-là. Découpage sectoriel, algorithme et pastille verte, je n'étais définitivement plus dans le coup.

APB, c'est le sigle d'Admission Post-Bac, une plate-forme en ligne sur laquelle tous les lycéens français de terminale s'inscrivent et entrent des vœux (jusqu'à 24) concernant leurs souhaits d'orientation après le baccalauréat. Mais APB, c'est aussi un algorithme qui affecte les candidats selon leurs vœux. Lors de sa généralisation en 2008, cet outil était présenté comme un moyen permettant de simplifier les démarches administratives et de faciliter les inscriptions des étudiants. Sauf que chaque année, des gens ne sont pas admis, et on ne sait pas pourquoi. Comprendre : le fonctionnement de l'algorithme est confidentiel.

En contactant Droit des lycéens, j'ai fait la connaissance de Clément, 18 ans, le président de l'association, et d'Augustin, 17 ans, vice-président en charge de la communication. Ces deux jeunes hommes ont décidé de saisir la CNIL et le Défenseur des droits. Face au refus du ministère de diffuser l'algorithme d'APB et constatant des illégalités dans les procédures de sélection à l'université, l'association a décidé de porter plainte, communiqué à l'appui.

Trois constats ont été faits. D'une part, alors que « la sélection à l'entrée de l'université est formellement interdite », l'association a découvert qu'APB « donne la possibilité de présélectionner les candidats sur dossier ou sur prérequis ». Concernant les formations sélectives, Droits des lycéens dénonce des « critères choquants et pour beaucoup illégaux », comme le sexe, le pays de naissance ou la nationalité. Enfin, l'organisme lycéen a relevé que les candidats en réorientation ou bacheliers depuis plus d'un an sont « moins prioritaires » dans les filières « en tension » (où le nombre de candidats excède le nombre de places).

Le 22 juillet, une semaine après la troisième et dernière phase officielle d'affectation sur APB, il restait encore 62 328 bacheliers sans formation. Début septembre, j'ai discuté avec six d'entre eux pour savoir ce qu'ils allaient faire à la rentrée. Entre prêt étudiant pour financer des écoles privées hors de prix et licence art du spectacle, ces lycéens cherchent leur avenir désespérément.

AMÉLIE – 18 ANS – RUEIL-MALMAISON

VICE : Salut Amélie. Quelle a été ton expérience avec APB ?
Amélie : Un vrai parcours du combattant ! J'ai fait plus de 20 vœux. J'ai commencé à aller voir un conseiller d'orientation en première pour me renseigner sur mes options. Comme j'ai toujours eu un bon dossier, j'ai décidé de postuler à des filières sélectives – une classe prépa à Henri IV d'abord, en sachant que j'avais peu de chances d'être prise, et des doubles licences accessibles sur dossier ensuite. Mon deuxième et troisième vœu étaient des doubles licences droit-éco à la Sorbonne et Paris Ouest, les deux facs les plus proches de chez moi. C'était ce que je voulais le plus, dans la lignée de ce que j'avais étudié en terminale, et j'ai travaillé sur mes dossiers toute l'année. Je suis même allée aux portes ouvertes de la Sorbonne, où ils m'ont dit que je correspondais à leurs critères parce que j'avais eu de bons résultats aux épreuves anticipées et que j'avais eu plus de 15 de moyenne toute l'année.

C'était une grosse préparation ?
Oh oui, nos profs ont commencé à nous en parler dès le début de l'année. On a carrément mis en place une stratégie. L'idée, c'était de faire nos vœux de ce qu'on voulait le plus à ce qu'on voulait le moins, ce qui semble logique, mais maintenant je me demande si les choses auraient été différentes si j'avais fait autrement. Au premier tour j'ai été acceptée à mon cinquième vœu, une double licence droit-anglais, et mise en attente pour ceux au-dessus, que je voulais vraiment. Je me suis dit qu'il y avait encore deux tours et que ce n'était pas la peine de paniquer. Le deuxième tour est cruel, car les résultats tombent pendant le bac, c'est hyper déconcentrant. Pour moi, rien n'avait changé, et franchement je ne comprenais pas pourquoi. On a eu les résultats du dernier tour le 14 juillet, pendant les vacances. À ce moment-là, j'ai été officiellement refusée dans les licences de droit-éco que je voulais.

Du coup tu vas faire quoi à la rentrée ?
C'est ça le plus dingue, finalement je vais faire ce que je veux ! Ça m'a mis un coup quand j'ai été refusée, sans aucune raison, mais heureusement je connaissais les gens de Droit des lycéens. Ils m'ont conseillé d'écrire directement à l'université de mon choix pour plaider ma cause.

Tu veux dire que pour avoir ce que tu voulais, tu as dû passer par-dessus APB ?
Je sais, c'est dingue ! Je me dis que j'ai eu de la chance de connaître les bonnes personnes, je ne sais pas comment font ceux qui ignorent que c'est une possibilité. Ce que j'ai fait, c'est que j'ai écrit à la Sorbonne et Paris Ouest pour prouver ma motivation, le tout en joignant mes notes. Trois jours plus tard, j'ai reçu une lettre de Paris Ouest me disant qu'ils me donnaient une dérogation. Le plus dingue c'est que j'ai aussi reçu une réponse de la Sorbonne me disant qu'ils m'acceptaient ! Tout ce stress alors que mon dossier me permettait d'intégrer les deux formations que je voulais et que j'ai pu choisir ! Le problème, c'est qu'on ne sait pas du tout comment fonctionne APB et que ceux qui ne sont pas accompagnés vont sûrement se faire avoir par l'algorithme !

ANTOINE – 18 ANS – NOTRE-DAME-DE-GRAVENCHON

VICE : Salut Antoine, quelle est ta situation ?
Antoine : Je viens d'avoir un bac pro accompagnement, soins et services à la personne – mention assez bien. J'ai voulu me réorienter et je n'ai fait que 3 vœux APB (que des BTS). J'ai postulé pour une formation d'assistant de gestion PME-PMI, une autre en développement animation des territoires ruraux et enfin une dernière en profession immobilière. On est début septembre et je suis sur liste d'attente pour mon premier vœu. APB prétend que le dossier pour mon deuxième vœu ne leur est jamais parvenu alors que j'ai tout rendu dans les temps, et pour le troisième, « je suis retenu sous réserve de contrat et de capacité d'accueil suffisante ». Sans déconner, je ne sais même pas ce que ça veut dire. Tout ce que je sais c'est que quand je les ai contactés ils m'ont dit « on vous rappellera ». Je n'ai plus jamais entendu parler d'eux.

Donc, en ce moment, tu fais quoi ?
J'ai été contractuel de la fonction publique jusqu'au 11 septembre. Concrètement, j'étais aide à domicile, dans la lignée de ce que j'ai étudié pour le bac. En fait, je me suis rendu compte que ça ne me plaisait pas et je veux me réorienter. Je n'ai aucune idée de ce que je vais faire, je suis perdu. Je me retrouve à 18 piges chez mes parents, sans emploi et sans formation...

Tu as l'impression que c'est facile de se réorienter avec APB ? Tu as reçu de l'aide pendant l'année ?
Clairement pas. Déjà, on ne m'a rien expliqué et je ne comprenais rien, c'est un vrai casse-tête ce truc. En plus, comme c'est un ordinateur, il ne comprend pas pourquoi tu veux changer de domaine et il te refuse automatiquement si tes vœux ne correspondent pas à ta formation, même si tu as eu une mention au bac.

Tu as des perspectives pour la suite ?
Je vais essayer de trouver du travail et puis contacter des formations une par une pour voir si quelqu'un veut bien de moi. C'est l'angoisse parce que je sais bien qu'avec le bac tu ne fais pas grand-chose aujourd'hui. Je vais peut-être retenter ma chance sur APB l'année prochaine, mais avec un an passé à ne rien faire, je ne sais pas ce que va donner mon dossier.

ARISTIDE – 19 ANS – RUEIL MALMAISON

Salut Aristide, comment as-tu fait pour tes choix APB ?
Je ne savais pas trop ce que je voulais faire – 19 ans c'est jeune pour se décider – et on ne nous a pas trop expliqué à quoi correspondaient les intitulés sur le site. Je savais juste que je voulais rester dans le même domaine que ce que j'avais étudié pendant la terminale. Je me suis retrouvé à faire une dizaine de vœux, les premiers en science politique. Au premier tour, j'ai été mis sur liste d'attente, puis au deuxième j'ai été accepté pour mon choix numéro 4, en sciences sociales, sauf que j'avais mis ça comme ça – ce n'était pas vraiment ce que je voulais faire. Quand on est accepté quelque part, tous les vœux inférieurs sont annulés automatiquement – ce qu'on ne nous dit pas. J'aurais peut-être classé mes vœux différemment.

Donc tu t'es retrouvé admis dans une filière qui ne te plaît pas. Qu'est-ce que tu as fait ?
J'ai contacté Droit des lycéens, qui m'a recommandé de faire un recours auprès de l'établissement qui m'intéressait, en l'occurrence la Sorbonne. Sauf que là on est début septembre et je n'ai toujours pas de réponse. Pourtant, je n'ai pas un dossier de cancre, et puis c'est la fac que je demande alors je ne comprends pas trop... Faute de mieux, j'ai postulé en théâtre parce que je fais ça à côté et qu'on m'a dit qu'il y avait peut-être encore des places. Cette fois, je ne suis pas passé par APB, j'ai directement contacté la fac, mais j'attends encore la réponse. Je n'arrête pas de faire des allers-retours au service inscription.

Si ça fonctionne, ce sera une solution qui te satisfait ?
Je ne sais pas trop, j'aime bien le théâtre mais je n'avais imaginé me lancer là-dedans professionnellement – en termes de débouchés c'est inquiétant. Je me laisse la possibilité de me réorienter en deuxième année. Ou peut-être que mes parents vont me payer une école privée, à l'étranger, pour améliorer mon anglais, ou alors ici. Je ne sais pas trop pour tout t'avouer, je suis un peu perdu...

Un secrétariat universitaire, inévitablement fermé.

OCÉANE – 19 ANS – CAEN

VICE : Salut Océane. Comment tu résumerais ton expérience avec APB ?
Océane : J'ai fait environ huit vœux – tous m'ont été refusés. J'ai fini par être prise dans la ville de Lançon, à cinq heures de chez moi. Sauf que moi j'avais mis ça parce qu'on nous avait dit qu'il fallait absolument faire plein de vœux, mais je n'avais pas les moyens de me payer ce déménagement. J'ai refusé cette affectation-là, et du coup ça a annulé tous mes vœux en dessous. Je me suis retrouvée sans rien juste avant le bac !

Ça devait être très angoissant. Qu'est-ce que tu as fait ?
Ça m'a pas mal déconcentrée. Mon lycée proposait un BTS alors je les ai contactés, mais ils m'ont dit que j'étais 80e sur la liste d'attente et que je n'avais plus aucune chance parce que c'était trop tard. Après le bac, je n'avais toujours rien et j'ai commencé à paniquer.

Tu as essayé de faire des recours ou de contacter des facs ? On m'a parlé du système des pastilles vertes...
Les pastilles vertes, ce sont des filières à la fac qui ne sont pas trop demandées et où il reste de la place – techniquement, tu es quasiment sûr d'être pris. Sauf que moi j'ai besoin d'être encadrée. La fac ne me convient pas. En plus, à ce moment-là, il ne restait plus que des places en socio, rien à voir avec ce que je voulais faire... J'ai commencé à chercher du boulot et puisque je faisais des lettres de motivation j'en ai aussi envoyé à la prépa de mon ancien lycée, genre quatre jours avant la rentrée, avec mes notes de bac et les bulletins. Le 8 septembre, ils m'ont appelée pour me dire que j'étais prise !

SÉLIM – 18 ANS – LYON

VICE : Salut Sélim, tu fais quoi en ce moment ?
Sélim : Rien du tout. C'est assez perturbant, tous mes potes se plaignent de leurs cours depuis la rentrée, mais moi j'aimerais bien avoir de quoi me plaindre ! J'ai fait 13 vœux sur APB pour faire des BTS en commerce international, sachant que j'ai fait des stages à l'étranger et que j'ai eu mon bac mention bien. J'ai été refusé partout et je ne comprends pas, ils ne nous donnent aucune raison. Pour moi APB c'est la loterie, c'est hyper aléatoire !

Tu sais quelles sont tes options ? Si tu peux faire des demandes de dérogation ?
Ah non pas du tout, je ne savais même pas que ça existait ! J'ai demandé de l'aide à mon lycée mais ils sont largués, ils n'ont rien su me dire ! Pour moi, le gros scandale c'est que les bacs pro ne bénéficient pas du système de pastilles vertes. De toute façon je me suis renseigné, c'était censé être pour éviter que la situation des bacheliers "sans fac" de l'été dernier ne se reproduise. En obligeant tous les candidats d'ES, L et S à choisir au moins une licence à pastille verte, le nombre de candidats a explosé dans certaines filières. Tu as vu ce qui se passe en STAPS ? Les mecs tirent au sort et tout !

De toute façon, comme d'habitude, les bacs pro on s'en fout. Mon frère a fait un bac S et il n'a pas eu tous ces problèmes.

L'élite de la nation est formée dans cette pièce.

THIBAULT – 17 ANS – AMIENS

VICE : Salut Thibault. C'était comment APB pour toi ?
Thibault : C'était la pire expérience de ma vie ! J'ai demandé une MANAA, une mise à niveau en arts appliqués. J'en rêve depuis des années, c'est vraiment ce que je veux, mais j'ai quand même fait neuf vœux pour assurer mes arrières. Je n'ai accepté que pour mon vœu numéro 6, à l'université de Saint-Étienne, qui a super mauvaise réputation. En tout cas, ce n'est vraiment pas ce que je voulais. Du coup j'ai refusé, et tous mes vœux en dessous ont été annulés. Je suis allé passer mon bac sans rien, je me suis effondré. Je l'ai quand même eu, mais clairement je n'étais pas bien.

Et en ce moment, tu fais quoi ?
Aujourd'hui, j'ai déménagé à Lyon, qui est la ville où je veux habiter. Je suis allé voir un conseiller d'orientation qui m'a dit : « Tu te démerdes, c'est à toi de convaincre la fac ». Quand j'y suis allé après le dernier tour d'APB, la fac était fermée. Depuis, je les harcèle, mais à chaque fois je me fais recaler en moins de dix secondes. Un coup c'est « les inscriptions sont finies », alors que c'est faux, le coup d'après c'est « les emplois du temps sont déjà faits », mais ce sont des excuses pourries franchement !

Tu as pensé à travailler ?
J'ai commencé un service civique mais on était vraiment traités comme des chiens, donc j'ai arrêté. De toute façon, il est hors de question que j'arrête mes études au bac ! Là je me retrouve sans rien, avec une année sabbatique non voulue, sans aucun revenu.

Qu'est-ce que tu changerais sur APB ?
Il faut simplifier le système, c'est incompréhensible, rien n'a de sens. C'est important d'humaniser tout ça, là on est des bêtes qui vont à l'abattoir !

Suivez Morgane sur Twitter.

Tagged:
FRANCE
APB
lycée
université
orientation
admission
lycéens
orientation scolaire