FYI.

This story is over 5 years old.

Gaming

Ne dépensez pas vos ronds sur « Mario Tennis Ultra Smash »

À l'image d'un gouvernement à mi-mandat, la Wii U en a chié un peu en 2015 et elle n'a pas toujours tenu ses promesses.
14.1.16

Le jeu vidéo a toujours aimé puiser l'inspiration sur les courts de tennis. Allez, un exemple qui me passe par la tête, comme ça :Pong, sur Atari. En 1972, le jeu donnait à ses joueurs deux « raquettes » et une « balle » pour 25 centimes la partie. Vous n'avez peut-être pas joué à Pong parce que vous n'êtes pas des vieux, mais vous avez obligatoirement, au cours de votre carrière de gamer, fréquenté un jeu de tennis.

Personnellement, j'ai carrément défoncé Tennis, le jeu de Nintendo pour Game Boy, qui se composait de quatre niveaux de difficulté, un seul avatar utilisable et Mario en tant qu'arbitre. C'était largement suffisant. J'ai aussi écumé les terrains de Wimbledon sur la Master System de SEGA en 1992 : j'y créais mes propres tournois pour professionnels mal designés et comptais les victoires et les défaites sur des feuilles A4 que je scotchais ensemble. Pete Sampras Tennis de Codemaster était l'un des meilleurs jeux de simulation sportive de Mega Drive ; Super Tennis sur SNES était parfait pour ceux qui répugnaient à se procurer une SEGA ; et le Virtua Tennis original, ressorti sur Dreamcast, est toujours considéré comme l'un des plus grands jeux de sport sur arcade de tous les temps.

Ça fait 20 ans que Nintendo nous sort des jeux de tennis mettant en scène ses personnages, depuis Mario's Tennis en 1995 sur Virtual Boy. Depuis 2000, la bande à Mario s'est tournée vers la société japonaise Camelot pour la production de ses titres style cartoon, autant pour le tennis que pour le golf. C'est le même studio qui est derrière Mario Tennis : Ultra Smash , une version simplifiée des expériences multi-mode que les habitués de la série connaissent bien.

Ultra Smash impose immédiatement ses limites aux joueurs : 12 personnages sélectionnables dès le départ, 16 une fois que vous avez débloqué tout le monde (certains sont plus rapides, d'autres plus puissants ou vicieux, vous savez comment ça marche) ; un seul court, mais qui peut adopter différentes surfaces (gazon, terre battue, glace, sable…) et aucun tournoi auquel participer. Dans le mode Knockout, on joue autant de tie-breaks que possible contre l'IA, jusqu'à la défaite. Le mode Rallye ne sert qu'à engranger des pièces qui permettent de débloquer de nouveaux types de courts, personnages et difficultés (je vous en dis plus dans une seconde).
Les matches peuvent se jouer de deux façons : en tennis classique, au cours duquel vous enchaînez les coups puissants chaque fois que vous le pouvez,et en Mega Battle. Là, le but consiste à ramasser des champignons lancés sur le court pour devenir énorme (comme dans un Mario classique) et améliorer ses stats.

Publicité

J'ai vite abandonné le mode Mega Battle – les transitions en coupe de votre avatar qui devient géant cassent le gameplay et les doubles où chacun figure en version géante deviennent un peu trop peuplés. Je préfère le mode classique, avec l'option « frappe chanceuse » activée. En gros, si on renvoie la balle au bon endroit et en appuyant sur le bon bouton, l'adversaire risque de s'en souvenir un moment. Coups droits explosifs, slices à l'effet incroyable, lobs qui forceront l'adversaire à un sprint en marche arrière… Régalez-vous. Sur ce genre de coups, le retour est à peine réalisable mais s'il y parvient, vous aurez droit à une fenêtre Ultra Smash. Une partie de votre côté du court s'allumera en rose : tapez deux fois sur le bouton Y en vous maintenant au dessus et votre personnage produira un bond défiant toute gravité, qui enverra la balle fuser jusqu'à la semaine prochaine. Quel que soit le niveau de difficulté, ce genre de coup vous permet de faire le plein de stats.

Je n'ai pas bien compris pourquoi les deux niveaux de difficulté les plus élevés d'Ultra Smash – pro et ace – sont bloqués jusqu'à ce que le joueur ait fait assez de matches ou gagné suffisamment de pièces pour les activer. Comme il est plus facile d'engranger des pièces que d'enchaîner les matches, j'en ai collecté des tonnes pour débloquer persos, surfaces et niveaux de jeu. En niveau pro, on se ballade encore, même si l'IA commence à nous infliger plus de points que les fautes directes. Vous risquez de perdre quelques sets, mais pas non plus un match. Ce n'est que dans le plus haut niveau, Ace, que j'ai commencé à dérouiller. D'ailleurs, je dois encore gagner un jeu à ce niveau… Il y a autant de différence entre les niveaux pro et ace qu'entre le champion régional qui humilie votre cousin deux fois par saison dans le gymnase couvert d'Annecy-le-Vieux et, disons, ces mecs-là.

« Mario Tennis : Ultra Smash », bande-annonce

Vous ne pourrez pas aller très loin en jouant contre l'IA. Comme je l'ai déjà dit, pas de classement offline, ni de mode championnat. Jouer contre la machine ne vous emmènera pas très loin, en fait. Le plus drôle dans ce jeu, c'est d'y jouer à plusieurs. Soit en double contre l'IA, soit en ligne, soit en un contre un sur le même canapé. Le jeu est plaisant de cette manière, même si le receveur en haut de l'écran est toujours légèrement désavantagé par la perspective de la caméra, qu'on croirait posée sur l'épaule du serveur. Le point de vue remonte juste après le service, ce qui rend le jeu plus équitable quelque soit le côté du court où vous vous trouvez. Et le GamePad peut faire office d'écran secondaire, ce qui permet aux joueurs en un contre un de bien voir l'avant du court. J'ai trouvé l'expérience en ligne assez inégale : j'ai même lagué sur certains matches mais c'est peut-être dû à ma connexion Internet. Le jeu n'en est qu'à ses débuts, mais j'ai quand même dû attendre quelques minutes avant de trouver un adversaire disponible — ce qui n'est pas trop grave quand on finit par jouer, mais l'adversaire peut toujours décider de refuser le match au dernier moment si vous ne lui convenez pas. Qui ferait ça après avoir attendu si longtemps ? Pas grand monde probablement, mais le seul fait que ce soit possible fait froid dans le dos…

Publicité

Contrairement à Mario Kart 8 ou Splatoon, Ultra Smash ne risque pas de squatter votre Wii U pendant des lustres. Son mode solo est sans surprise, surtout face à un autre jeu de Camelot, le Mario Golf : World Tour pour 3DS de 2014 — mon jeu de prédilection quand le RER est en retard. Il comprend des tonnes d'avatars personnalisables, des tournois hauts en couleur, des terrains spéciaux regorgeant de pièces collectors et de blocs d'activation. Ultra Smash ressemble à une démo à côté, avec ses quelques modes de jeux et ses personnages jouables mal choisis. Si le jeu ne coûtait pas grand chose, on le recommanderait volontiers à tous ceux qui aiment recevoir des amis pour échanger quelques balles sans bouger de son canapé. Mais pour le même prix, vous pouvez avoir Xenoblade Chronicles X, le meilleur RPG de l'espace, et battre des extraterrestres insectoïdes à bord de gros robots, ou encore un jeu aussi créatif que Super Mario Maker . Bref, ça ne fait pas le poids.

À l'image d'un gouvernement à mi-mandat, la Wii U en a chié un peu en 2015 et elle n'a pas toujours tenu ses promesses. On attend toujours la sortie de Zelda et de Star Fox : tout jeu mettant en scène Mario et sa bande est donc attendu au tournant. Sorti juste avant Noël, avec sa jaquette pleine de personnages familiers, ce petit jeu avait de quoi séduire. Mais en cette période de fêtes, Nintendo aurait surtout eu besoin d'un jeu capable de faire vendre ses consoles à la pelle — un nouveau Mario Maker, sorti en septembre dernier. Ultra Smash est loin d'être ce jeu – mais il n'en demeure pas moins amusant si on le trouve à bon prix et si ça ne vous dérange pas d'en faire le tour en quelques heures, avant d'appeler des potes pour pimenter l'expérience.

(Pardon aux fans d'amiibo : je n'ai pas testé cette fonctionnalité dans Ultra Smash, car je n'ai pas beaucoup de figurines à portée de main. Mais je suis sûr que ce truc merveilleux qu'on appelle l'Internet vous permettra de vous faire un avis.)

Mario Tennis : Ultra Smash est déjà disponible en Europe, exclusivement sur Nintendo Wii U.Cet article a été rédigé en partenariat avec Nvidia Shield - cliquez ici pour découvrir leur catalogue.

@mikediver