FYI.

This story is over 5 years old.

Stuff

Le Grand Amour selon nos grands-mères

Parents castrateurs, mariages foirés et rêves sacrifiés : les vieilles en savent plus que vous sur tout ce qu'il ne faut pas faire.
18.2.16

J'ai 28 ans et je commence tout juste à me sentir adulte. À la fin de mon adolescence, je suis sortie avec des mecs qui ne me présentaient jamais à leurs amis. Aujourd'hui, mon copain a mon âge. On prévoit des trucs d'adultes, comme acheter une table à manger pour ne plus avoir à bouffer dans notre pieu.

Selon de nombreuses études, il devient de plus en plus difficile pour les jeunes de trouver un partenaire amoureux. Aux États-Unis, le pourcentage de ménages mariés n'a jamais été aussi faible et les couples attendent de plus en plus longtemps avant de s'engager devant Dieu – ou le maire, c'est selon. Croiser des divorcés de moins de 30 ans n'est même plus bizarre. Face à ces évolutions, j'ai décidé de contacter des experts en ce qui concerne le Grand Amour : des grands-mères.

Publicité

Joanne
66 ans
Brooklyn, New York

VICE : Êtes-vous en couple en ce moment ?
Joanne : Non, ma vie amoureuse est très calme. J'ai été mariée deux fois. Ma fille prétend que je déteste les hommes, mais ce n'est pas vrai ! Il y a huit ans, après mon deuxième divorce, ma fille m'a forcée à m'inscrire sur un site de rencontre. J'ai rencontré un mec qui semblait gentil. Sauf qu'au final, il était du genre à dire : « Je t'emmène boire un café. On va chez McDonald's ? »

Je ne sortirai jamais avec quelqu'un étant plus « pauvre » que moi. J'ai une voiture neuve, deux maisons – je ne veux pas d'un homme dépendant financièrement de moi. Quand vous voyez le nombre de femmes de mon âge qui sortent avec des jeunes et qui les entretiennent… Je préfère être seule.

À quoi ressemblait votre premier amour ?
Mon premier mari, le père de mes filles, était l'exemple du macho italien. Je suis italienne mais, à bien y réfléchir, ce n'était pas mon genre. Je l'ai épousé juste après avoir rompu mes premières fiançailles.

Parlez-moi de ce jeune homme.
Notre relation était magnifique. Mes amies l'adoraient, mais il ne voulait que d'une relation platonique avec moi. Un mois avant notre mariage, alors que nous cherchions un appartement, mes parents m'ont demandé pourquoi nous n'achetions pas une maison. Ils étaient prêts à me donner de l'argent, et mon compagnon pouvait profiter d'un prêt accordé aux anciens GI. C'est à ce moment-là que j'ai découvert qu'il avait été exclu de l'armée.

Publicité

Pourquoi ?
J'ai mis un certain temps à comprendre. Il m'a demandé de le suivre pour me présenter une femme avec qui il avait l'habitude de discuter. Au final, j'ai rencontré sa psychiatre, qui m'a avoué qu'il était gay. Vous comprenez pourquoi nous ne nous sommes pas mariés.

Comment a-t-il réagi ?
Il était effondré. Il m'a suppliée de revenir. Il m'a avoué avoir eu une relation avec un homme lors de son expérience dans l'armée. J'aurais dû m'en douter – il bossait à Wall Street mais s'amusait à coiffer des gens le week-end.

Savez-vous ce qu'il est devenu ?
Je n'en ai aucune idée. Une amie l'a croisé avec son compagnon des années plus tard. Il avait une peur maladive de la mort, j'imagine donc que l'épidémie de SIDA qui a frappé New York a dû le terrifier.

Si vous aviez 20 ans aujourd'hui, quel conseil aimeriez-vous vous donner ?
À l'époque, je m'intéressais uniquement au fait de me marier – je voulais quitter le domicile familial à tout prix. Toutes mes amies étaient déjà mariées ou fiancées, j'ai donc choisi d'épouser un type le plus rapidement possible, pour ne pas me transformer en vieille fille.

Avec du recul, ça a été une grave erreur. Si mon père avait été moins dur avec moi, si j'avais été plus sûre de moi, je n'aurais jamais épousé mon premier mari. J'adore mes enfants, ne vous méprenez pas. Mais ma vie aurait été complètement différente.


Bella
77 ans
Charlottesville, Virginie

VICE : Bonjour Bella. Tout d'abord, pouvez-vous vous présenter ?
Bella : En ce qui concerne ma vie amoureuse, je me suis mariée à l'âge de 20 ans – en 1961 – et j'ai quitté mon mari 25 ans plus tard. Nous avons trois enfants. Aujourd'hui, je vis seule.

Publicité

Vos enfants ont-ils quelque chose à voir avec votre mariage ?
On pourrait dire ça, oui. J'étais très malheureuse chez mes parents et le fait de tomber enceinte a été une opportunité de quitter le foyer familial.

Êtes-vous toujours en contact avec votre ex-mari ?
Oui, tout à fait – notamment parce que nous avons eu des enfants ensemble. Il en est à son troisième mariage. Quand je le croise, je me demande toujours pourquoi je me suis mariée avec lui. C'est un homme honnête et bon, mais je pense l'avoir épousé pour échapper à l'emprise de mes parents.

Pourquoi l'avoir quitté ?
J'avais des rêves et je ne voulais pas les sacrifier. Après avoir été mariée très tôt, je voulais explorer le monde. C'est ce que j'ai fait, pendant près de 25 ans. En plus, j'ai rencontré quelqu'un que j'ai beaucoup aimé. Tout allait pour le mieux.

Qu'est-il arrivé à cette personne ?
J'ai vécu avec lui pendant huit ans et demi. Au début, nous étions à Cleveland, puis nous avons déménagé en Floride. Je désirais l'épouser mais il hésitait. J'ai fini par le quitter, en 1998.

Avez-vous eu des aventures depuis ?
Oh oui, mais rien de sérieux.

En quoi les relations hommes/femmes sont-elles différentes une fois passé un certain âge ?
Je pense tout simplement que la naïveté n'a plus droit de cité.


Honey
71 ans
Îles Vierges américaines

VICE : Bonjour Honey. Pouvez-vous vous présenter ?
Honey : Bonjour ! Tout d'abord, je dois vous dire qu'aucun de mes petits-enfants ne m'appelle « grand-mère » – c'est la faute de mon mari actuel, qui m'appelle « chérie » depuis des années. Ensemble, nous avons cinq enfants et six petits-enfants. Trois des enfants sont « les miens ».

Publicité

Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Lors d'une soirée, en 1980. Nous avions tous les deux survécu à un cancer. Ça rapproche.

Avez-vous un conseil à donner à ceux et celles qui cherchent l'amour ?
Surtout, n'oubliez pas de bien vous entendre avec votre partenaire. Vous avez le droit d'être éperdument amoureux, mais le plus important est l'entente au quotidien. Vous devez prendre votre temps afin de bien vous assurer que votre choix est le bon. Ce n'est pas parce que vous avez l'âge de vous marier que vous devez le faire.

Comment savoir quand l'heure est venue ?
Là est le mystère. Quand vous réalisez que votre égoïsme est supplanté par votre amour de l'autre, le temps sans doute venu ! Vous devez être sûr et certain que votre compagnon vous soutiendra quoi qu'il arrive.

Croyez-vous qu'il soit possible de trouver « l'amour de sa vie » ?
J'en suis persuadée. Personnellement, je l'ai trouvé – il s'agit de mon second mari. L'amour n'en demeure pas moins effrayant.

Suivez Sophie sur Twitter.