Culture

Tout le monde échangerait volontiers sa vie contre celle d'Amanda Lear

Kraftwerk ont écrit une chanson sur elle, Bowie en était amoureux, le disco lui doit ses morceaux les moins débiles, Roxy Music leur meilleure pochette d'album... Faut-il vraiment continuer ?
16.3.17

Notre collègue italien Demented Burrocacao a passé plusieurs heures avec la reine du disco, la muse de Salvador Dali, la panthère blonde de la télé italienne, bref, celle qui ne nécessite plus aucune introduction. Andiamo !

Noisey : Alors, Amanda…
Amanda Lear : Bonjour !

Bonjour ! C'est un plaisir de te rencontrer, je suis un très grand fan. Tu es quelqu'un d'exceptionnel, une icône.
Non, les icônes, on les trouve au cimetière !

Je veux dire… Tu es un symbole d'éclectisme, sous toutes ses formes.
Je vois ça comme une qualité, mais les gens ont du mal à te mettre dans une case, à te coller une étiquette … Qu'est ce que tu es ? Une chanteuse, une actrice, une peintre ? Je suis éclectique, je fais de tout. Jean Cocteau le faisait aussi, mais on disait de lui que c'était un génie [Rires]. On dirait qu'on a pas le droit de faire des choses différentes : on doit être comme ci, ou comme ça. Et c'est la même chose dans la musique : si tu fais du disco, alors tu ne dois pas faire de RnB. Mais pourquoi on devrait absolument s'enfermer dans un seul genre ?

Peut-être parce que les personnalités déconcertantes, comme la tienne, posent problème à l'industrie.
Ah oui, pour eux c'est plus difficile. Mais moi, je m'ennuie. Un des points les plus importants de ma personnalité, c'est que je m'ennuie très vite. Par conséquent, si je dois faire la même chose pendant plus d'une ou deux semaines, je me dis : « Encore ? Fait chier ! » [Rires] Et comme je m'ennuie rapidement, j'ai toujours l'impression d'ennuyer les gens. Donc, je le dis : s'ils me voient encore faire la même chose, le même genre de musique, avec le même comportement et la même coiffure, ils vont se dire « Ohlala, encore elle, mais on en a marre ! » Et donc, pour ne pas lasser mon public, je m'attache à me renouveler régulièrement, à changer de direction, à surprendre.

Selon toi, le fait de surprendre est également passé par tes fréquentations ? Je pense à toutes ces personnalités qui se sont finalement bien accordées avec la tienne, mais qui, à première vue, semblaient venir d'univers inconciliables avec le tien.
Oui, mais il faut être capable de s'adapter aux changements, un peu comme un caméléon, sinon tout devient très sclérosé, c'est toujours pareil.

Lire la suite sur Noisey