Publicité
Art

La Louisiane post-traumatique

Quand les photos de Julia Fox arrêtent d'être mignonnes, elles sont tout à fait dégueulasses

par Antwaun Sargent
11 Mai 2016, 6:00am

Julia Fox, "Baptism." All images courtesy of the artist.

Julia Fox, "Baptism." Toutes les images sont publiées avec l’aimable autorisation de l’artiste.

En 2015, après un gros burn-out, la créatrice Julia Fox s’est installée en Louisiane. Une sorte d’année sabbatique pour faire le point et prendre de photos de ce qu’elle allait croiser dans le Sud. Une partie de ce journal est actuellement exposée à la Magic Gallery de New York. L’exposition s’appelle PTSD (post traumatic stress disorder) et a été curatée par un pote de Fox, Richie Shazam. Ce qui est marrant dans cette expo, c’est qu’avant de s’apercevoir du trash qu’elles contiennent, tout semble calme et apaisé. On trouverait presque du mignon dans ce shoot d’héroïne à l’esthétisme proche d’une photo de David Hamilton. Les photos sont en grande partie prises à l’iPhone et ont pour but de « montrer une réalité bien différente au public qui va découvrir cette expo à NYC. »

« Il y a une honnêteté complète dans cette série, c’est ce qui m’a attiré tout de suite. Sa capacité à construire des relations simples et vraies avec ses modèles, à photographier des instants vivants. » nous raconte le commissaire, « Je voulais construire une histoire forte autour de ses travaux et créer un pont entre l’intérieur et l’extérieur du cerveau de Julia. Elle trouve toujours de la beauté dans les pires endroits des États-Unis.

Julia Fox, "Pinky"

Chaque photo est présentée en diptyque, parfois totalement contrastés, les deux clichés trouvent toujours un moyen évident de dialoguer. « C’est volontaire, c’est une façon pour nous de parler de la Louisiane post-Katrina, et pas simplement du désastre physique, mais de l’impact qu’à eue cette catastrophe sur les gens qui y vivent, de leurs naufrages. C’est ce que tente de montrer ces juxtapositions. »

Imperfect Harmony montre un bras dans lequel s’injecte de l’héroïne mais aussi un chat blanc, capturé en plein mouvement au milieu d’une rue où rien ne semble se passer. Pinky est à la fois le nom de cette femme qui convulse sur un lit dégueulasse et la couleur d’un ciel en fin de journée. Baptism est à la fois un homme qui se douche et un feu ardent.

Julia Fox, "RIP"

Dans une vidéo de six minutes intitulée : The First Time, Julia Fox se met en scène dans un ébat avec une autre fille. On ne comprend pas bien ce qui se dit, ni se qu’il se passe. Pour mieux se projeter dans ce moment, Shazam a installé un lit au milieu de la galerie, afin que les visiteurs puissent faire l’expérience de cette vidéo dans des conditions proches de celles capturées. « Cette vidéo est une façon pour Julia d’exprimer ce qu’elle ressent intimement pendant cet acte. Cette vidéo ajoute une couche d’intimité partagée à la pièce. »

« Cette exposition propose un discours assez clair, le but est de faire partager des expériences intimes et le contexte qui va avec. Je ne veux pas que les visiteurs soient simplement spectateur mais qu’ils sortent en sachant ce que PTSD signifie. »

Julia Fox, Imperfect Harmony

Julia Fox, Sinner

Pour suivre toutes les tribulations de Julia Fox, rendez-vous sur son compte Instagram