Publicité
Music by VICE

Noel Gallagher en a marre de « Wonderwall », c'est clair ?

Pour fêter ses 50 ans, le co-fondateur d'Oasis en a profité pour râler une nouvelle fois à la radio.

par Lauren O'Neill
29 Mai 2017, 2:52pm

Invité sur la plus daronne de toutes les stations de radio britanniques, Absolute Radio, pour une interview (qui sera mise entièrement en ligne aujourd'hui, 29 mai 2017, date de ses 50 ans), Noel Gallagher a tout bonnement déclaré qu'il n'aimait pas particulièrement « Wonderwall » d'Oasis et se faisant, a brisé des milliers de coeurs à travers tout le pays, comme si le drame qui avait frappé récemment sa ville ne suffisait pas. Car contrairement à son frère Liam, qui va donner un concert demain soir en hommage aux victimes de l'attentat de l'Arena de Manchester, qui a fait 22 morts et des dizaines de blessés durant un concert d'Ariana Grande lundi dernier, Noel s'est juste contenté de relayer une vidéo sur Twitter et une photo de ses clés sur Instagram, après un tweet malheureux programmé le soir des attentats (et depuis supprimé), où il classait ses 10 meilleurs morceaux (haha). Noel Gallagher a t-il un coeur ? Est-il le plus gros enfoiré que le rock ait enfanté ? Est-il trop punk pour tout ça ?

Peu importe. Il n'a pas non plus craché sur « Don't Look Back In Anger », le morceau d'Oasis qui a été le plus repris lors des commémorations des jours derniers. Avant d'évoquer le fait d'être papa (radio de daron oblige), il a continué sur sa lancée en glissant à l'animateur Andy Bush : « 'Wonderwall' est devenu un hit planétaire, on m'arrête partout dans le Monde, dans n'importe quelle ville, les gens me chantent 'Wonderwall'... Je ne suis pas particulièrement fan de cette chanson. » Et de conclure : « Je pense que 'Cigarettes and Alcohol' est une chanson bien supérieure. » Tout bien réfléchi, qui pourrait lui donner tort ?

En toute honnêteté, vous avez probablement grandi dans la haine de ce morceau, qui selon les contrées où vous évoluez est l'équivalent du « Seven Nation Army » des White Stripes pour les gens bourrés. Gallagher n'est pas le premier qui développe ce type de ressentiment. Thom Yorke a un jour invité son public montréalais, qui lui réclamait « Creep », à aller « se faire entreprendre ailleurs » parce qu'ils en avaient marre de la jouer. Robert Plant a lui aussi dit qu'il « choperait de l'urticaire » s'il devait chanter « Stairway to Heaven » tous les soirs. On ne peut pas les blamer, il faut les comprendre, c'est un boulot après tout. Peut-être que vous chanterez « Wonderwall » avec moins d'entrain que d'habitude la prochaine fois que vous rentrerez de boîte bourrés avec vos potes. Bonne chance si vous voulez faire reprendre « Cigarettes & Alcohol » à tout le monde en tous cas.