Features

Pour Brian Baker de Bad Religion, Bring Me The Horizon sont des grosses merdes

Un clash que vous avez pu suivre sur Internet au fil du week-end, à l'occasion du Resurrection Fest en Espagne.

par Dan Ozzi
11 Juillet 2016, 1:00pm

Le Resurrection Fest est la réponse espagnole au Hellfest. L'édition 2016 avait lieu ce week-end dans le nord ouest du Pays, comme chaque été depuis 2006, avec un line-up allant de Offspring à Iron Maiden. Bad Religion était également de la partie et à leur arrivée sur le site, leur guitariste Brian Baker (ex Minor Threat et Dag Nasty, pour info) a aperçu cette affichette concernant ses collègues de Bring Me The Horizon, à destination de la sércurité et des bénévoles du festival, et où était inscrit - en lettres majuscules - le message suivant : « PERSONNE NE DOIT STOPPER CES GENS. ILS N'AURONT PEUT-ÊTRE PAS LEUR PASS. ILS PEUVENT FAIRE RENTRER QUI ILS VEULENT, ALLER OÙ ILS VEULENT, AVEC OU SANS PASS. » Balèze. Qu'est ce que Brian Baker a fait à votre avis ? Eh bien il a pris l'écrito en photo et l'a posté sur son Instagram avec la légende suivante : « Je vais stopper ces personnes à chaque fois que je vais les croiser aujourd'hui pour leur dire à quel point leur groupe est merdique. »

I'm going to stop these people every time I see them today and tell them how much their band sucks

A photo posted by Brian Baker (@brianbakers) on


Parce que bon, comment la sécurité est supposée reconnaître ces 5 mecs de la masse des festivaliers ? D'autant qu'ils ont les tronches de scenesters les plus lambda du monde. Surtout en Espagne, mais bref. Mystère. Le bassiste de Bad Religion Jay Bentley y est allé lui aussi de son commentaire en disant : « Il y a 800 putain de groupes aujourd'hui. Comment on peut faire encore plus chier la sécurité ? Ok, je crois que je sais... » D'autres vieux punks ont également réagi comme Eric Melvin de NOFX : « Ce jeu est marrant, j'adoreais y jouer... »

Evidemment, les 5 anglais de Bring Me The Horizon, qui ont 20 ans de moins que Baker et ses potes, et ont donc une connexion Internet à haut-débit peu importe où ils se trouvent, se sont emparés de la section des comments. Saucés comme jamais. Le frontman en personne, Oliver Sykes, et le batteur Matt Nicholls, y sont allés gaiement, donnant finalement raison au postulat de départ de Baker en montrant leur vrai visage, un visage couleur merde :

Aïe. C'était aussi éprouvant à lire que l'écoute entière d'un morceau de leur groupe. S'en est suivie une bonne centaine de commentaires haineux, pointant une guerre qui menace de plus en plus : celle opposant les vieux punks à la fureur adolescente actuelle. Tout ça avant que Baker ne vienne clarifier son propos, pour ceux qui l'avaient mal interprété :

« On dirait que vous êtes passés totalement à côté du débat. Le problème ici, c'est l'admissibilité. Mon post était une réaction à votre délire collectif autour du fait qu'un crew local de bénévoles, à un festival de cette ampleur, devrait retenir vos visages et vous épargner cette épreuve indigne de vous ralentir sur votre chemin vers l'oasis des backstages, ou même pire, l'humiliation suprême de vous demander votre pass. L'étalage littéral de votre arrogance et l'ironie hilarante qui en découle, c'était ça que je voulais montrer à mes followers. Honnêtement, je ne sais pas si votre musique est bonne ou mauvaise - elle n'est pas faite pour les vieux de toute façon ! Je voulais simplement dire que d'un point de vue humain, vous êtes des merdes. Désolé pour la confusion. »

La morale de cette histoire : C'est avec les vieux punks qu'on fait les meilleurs beefs.

Et merci à Brooklynvegan d'avoir provoqué cet orage de feu.