Elon Musk a un plan pour fournir Internet à toute la planète

Le patron de SpaceX a demandé à Washington son accord pour mettre ce chantier en oeuvre. Il veut lancer plus de 4 000 satellites pour créer un réseau Wi-Fi surpuissant et connecter toute la planète.

|
21 novembre 2016, 9:48am

via AP

Le chef d'entreprise Elon Musk a demandé au gouvernement des États-Unis la permission d'augmenter la quantité de satellites orbitant autour de la Terre. Son entreprise SpaceX, semble vouloir doubler leur nombre pour créer une couverture Wi-FI à l'échelle de la planète.

Le projet, annoncé en 2015, avait l'air tiré par les cheveux, mais SpaceX a mis de l'ordre dans ses idées. L'entreprise a envoyé des descriptions techniques détaillées à la Commission fédérale des communications (FCC). Le but est d'apparaître suffisamment crédible pour pouvoir envoyer de nombreux engins dans l'espace.

Il y a actuellement un peu plus de 4 000 satellites en orbite autour de la Terre actuellement, certains actifs et d'autres inactifs. SpaceX souhaite envoyer 4 425 nouveaux engins pour créer un maillage mondial offrant une connexion très rapide à Internet.

Selon l'entreprise Akamai, qui a publié un rapport sur l'état actuel d'Internet, la vitesse moyenne de la connexion mondiale pour le deuxième trimestre de 2016 était de 6,1 méga-octets par seconde, soit plus de 200 fois plus lente que ce que veut atteindre SpaceX. Le système de Musk serait donc une avancée pour beaucoup d'Internautes.

Qui y aurait accès ?

À peu près tout le monde. L'entreprise explique dans un communiqué : « Une fois entièrement mis en place, le système de SpaceX couvrira toutes les parties de la surface de la Terre et, par conséquent et en principe, pourra fournir un service mondial et omniprésent. »

Selon un rapport de l'UNESCO publié en juillet dernier, 57 pour cent de la population mondiale n'a pas encore accès à Internet, « souvent parce que la connexion nécessaire n'existe pas ou parce que son prix n'est pas abordable. »

Selon les informations envoyées à la FCC, les satellites pèseraient environ 386 kg et seraient positionnés entre 1 149 et 1 324 kilomètres au-dessus de la surface terrestre.

« Le système est conçu pour fournir une grande palette de services de télécommunication à haut débit pour des utilisateurs à but privé, professionnel, commercial, institutionnel ou gouvernemental, dans tout le globe », a déclaré SpaceX dans des documents techniques qui ont accompagné la demande à la FCC.

La demande de SpaceX au FCC ne veut pas dire que le projet est prêt à être lancé — l'entreprise ne faisait que respecter une date butoir pour prévenir le régulateur du gouvernement américain de son intérêt pour ce sujet. Aucune date ou prix final pour l'utilisateur n'ont été annoncés.

Selon SpaceX, 800 satellites seraient lancés pendant la première phase de ce projet à 10 milliards de dollars [9,43 milliards d'euros]. Cela devrait fournir une couverture Internet aux États-Unis, à la région de Porto Rico et aux Îles Vierges américaines. Chaque engin doit couvrir un rayon de plus de 1 046 kilomètres.

SpaceX a-t-elle des concurrents ?

Oui. Les entreprises spécialisées dans les satellites comme Intelsat, SES, Telesat et Boeing cherchent toutes à déployer leur propre système, au risque d'un embouteillage spatial. En 2015, Intelsat avait demandé à la FCC de mettre fin aux envies de SpaceX car elles pourraient gêner le fonctionnement de leurs satellites.

Facebook est également dans la course : l'entreprise fait des recherches sur des systèmes de connexion Internet par satellite pour pouvoir connecter le monde entier. Google, qui est l'un des investisseurs de SpaceX, a également le Project Loon. Le géant développe ce programme pour relier le monde entier à partir de montgolfières.


Cover : Associated Press

Cet article a d'abord été publié sur la version anglophone de VICE News.

Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez VICE News sur Facebook : VICE News

Plus de VICE
Chaînes de VICE