Faire la fête avec les prostituées du Nevada

FYI.

This story is over 5 years old.

NSFW

Faire la fête avec les prostituées du Nevada

Les prostituées, aussi déconneuses soient-elles, trouvent ça un peu grossier d'appeler « baiser » ce qu'elles font en privé. Elles préfèrent appeler ça « faire la fête ». Dans le Nevada, où la prostitution est légale, il y a donc pas mal de « fêtes ».
2.11.12

Les prostituées, aussi déconneuses soient-elles, trouvent ça un peu grossier d'appeler « baiser » ce qu'elles font en privé. Elles préfèrent appeler ça « faire la fête ». Dans le Nevada, où la prostitution est légale, il y a donc pas mal de « fêtes ». Les 28 bordels légaux du Nevada génèrent environ 50 millions de dollars par an. Récemment, Steven Hirsch, écrivain et photographe, a passé une semaine dans deux d'entre eux, interrogeant les dames qui y bossent et prenant des photos de leur vie quotidienne. Il a dressé un portrait sans complaisance de la vie qu'elles mènent, en laissant parler les filles elles-mêmes.

Jade

Je suis une prostituée. C'est mon deuxième jour. J'ai travaillé hier et j'ai eu mon premier rendez-vous. Avant, j'habitais dans une tente ; ce que je veux maintenant, c'est pouvoir retomber sur mes pattes, avoir une vie stable, dans une vraie maison. J'adore rencontrer des hommes et faire l'amour, par conséquent, ce bordel est un endroit parfaitement adéquat. Au début, j'étais un peu nerveuse, je ne savais pas comment m'y prendre.

J'ai envie d'approfondir ma connaissance de la pratique tantrique. Ça a l'air spirituel. C'est une technique qu'on utilise quand on fait l'amour : on se connecte spirituellement et physiquement à la personne. Je trouve ça très excitant. Quand on arrive à établir ce genre de connexion, l'instant devient encore plus intime.

J'ai appris à mettre un préservatif avec ma bouche. C'était assez intéressant. Je suis pour tout essayer, au moins une fois. Je cherche à ressentir des frissons. Je pense que chacun devrait connaître le plaisir.

Reighen

Je suis une prostituée en règle. C'est un job mouvementé. C'est stressant. C'est comme ça que je gagne ma vie. C'est plus difficile que n'importe quel boulot normal. Vous devez apprendre à vous exprimer. Vous devez apprendre à bien vous habiller. Ce que l'on peut faire – ou ne pas faire afin – d'attirer l'attention du client est délimité par des règles strictes. Vous pouvez leur parler, mais ils ne peuvent pas vous toucher sans payer.

On est en groupe, et une clochette tinte à chaque fois que quelqu'un veut choisir une fille. Vous avez le droit de leur donner votre prénom. Vous n'avez le droit à rien d'autre. Et quand ils vous choisissent, vous vous écartez du groupe et vous promenez dans la pièce avec lui pour négocier vos prix. Ensuite, s'ils veulent faire la fête – c'est comme ça qu'on appelle ce job, « faire la fête » – ils payent cash. Après, vous retournez dans votre chambre. Il y a une serviette sur votre lit pour qu'ils puissent se doucher et vérifier qu'ils n'ont pas de saloperies dans les poils pubiens, ou une plaie ouverte. Quoi qu'on fasse, on utilise des préservatifs.

On essaye de se maquiller et d'avoir de beaux cheveux. On porte des talons tout le temps. Il faut être la plus attirante possible. Il y a des gars qui font peur, mais on doit quand même faire notre boulot. Je les regarde comme si je regardais un billet. Je n'aime pas ça. Je fais mon travail, je me fais de l'argent, et je rentre chez moi. En fait, je simule beaucoup.

Kira

Je suis en règle. C'est vraiment génial. Je rencontre de nouvelles personnes chaque jour et je m'amuse énormément. Je m'amuse sexuellement. Beaucoup de fantasmes, de jeux de rôles, de fétiches et plein d'autres trucs.

Je vais vous parler de la dernière « fête » à laquelle j'ai participé. C'était il y a environ 30 minutes, et en fait c'était une « fête » avec un thème : professeur et élève. J'étais habillée comme une écolière, il était le professeur ; il m'a pas mal dominée. Il m'a dit ce que je devais faire, il tenait les rênes. Je n'ai pas été forcée de faire des choses, c'était vraiment très excitant. Il m'a donné un « A++ ». J'ai eu les honneurs du jury.

J'adore tout ce qui implique deux filles. J'adore ça. Je suis très bi. Vagins et pénis sont très différents et je veux tous les connaître. Plus j'en verrai, plus je serai heureuse.

Alexis Fire

Je m'amuse avec toutes sortes de choses. Je suis une muse, je suis contorsionniste et je vis du sexe. Je fais beaucoup l'amour. Je suis accro à ça. Quel meilleur endroit que celui-là pour vivre mes fantasmes et être une accro au sexe ? Je sais qu'« accro » a des connotations péjoratives. Mais vous savez quoi ? Je suis ce que je suis. J'ai toujours été hyperactive. Mentalement, sexuellement, physiquement.

Ouais, bien sûr, travailleuse du sexe, prostituée, courtisane, dominatrice, selon votre fantasme. Je peux faire tout ça. J'ai été stripteaseuse pendant longtemps. Je suis ouverte à pas mal de trucs. J'ai fait pas mal de trucs sales dans ma vie.

Sophia

Je suis une courtisane. Ce qui veut dire que suis très versée dans l'industrie du porno, et que je suis capable d'interroger les gentlemen au sujet de leurs intérêts et de leurs désirs. Je sais leur faire du bien. Pas seulement dans le domaine émotionnel, mais également mental. Notre but est de leur faire plaisir en leur faisant vivre leurs fantasmes, quelles qu'ils soient. Je ne fais pas ça depuis très longtemps. Je viens de commencer. J'ai réalisé que j'adorais faire plaisir. Je suis très sexuelle : j'adore apprendre, connaître, et comprendre les besoins et désirs des hommes.

Il y a des gentlemen qui me demandent seulement de les prendre dans mes bras. Je trouve ça intéressant, parce que souvent, les hommes dominent. Mais dans cette situation, ils peuvent être qui ils veulent. Je pense que mes deux années de psychiatrie m'ont aidée.

Je m'en sortirai. Je pense que j'aurai du succès. Je fais ce que peu de femmes font. J'écoute. Et je suis très émotionnelle. Je suis attentive. Au début, je me suis engagée là-dedans en espérant reprendre mes études. Travailler en tant que barmaid ou serveuse ne me permettait pas d'aider ma famille ou payer mes études. La situation économique, elle non plus, n'est pas très bonne. Les gens ont toujours besoin d'être écoutés, aimés, et appréciés. Si vous pouvez offrir ça, vous pouvez avoir beaucoup de succès. J'ai de l'ambition.

Vous pouvez voir le travail de Steven ici.