Dans le Massachusetts, la police aide les accros à l'héroïne plutôt que de les enfermer

Au cours des 18 derniers mois, la police de Gloucester a opté pour une nouvelle méthode pour s'attaquer à l'épidémie d'opiacés qui fait rage aux États-Unis.

|
27 Décembre 2016, 11:40am

Au cours des 18 derniers mois, la police de Gloucester dans le Massachusetts a opté pour une nouvelle méthode pour s'attaquer à l'épidémie d'opiacés qui fait rage aux États-Unis : plutôt que d'arrêter et d'enfermer les accros à l'héroïne, les policiers les aident à se faire soigner.

Et cette nouvelle tactique semble fonctionner extrêmement bien.

De juin 2015 à mai 2016, la première année de l' « Angel initiative » de la police de Gloucester, 376 personnes sont entrées en contact avec la police à 429 reprises pour demander de l'aide concernant leur addiction, d'après un rapport publié dans le New England Journal of Medicine. Dans 94,5 pour cent de ces cas, les autorités ont été capables de placer directement la personne en cure de désintoxication.

À Gloucester, quand un consommateur de drogue prend contact avec la police et dit qu'il a besoin d'un traitement, les policiers l'emmènent à l'hôpital et attendent qu'un « angel [ange] » inscrit sur la liste des volontaires du département arrive et offre son aide. Le consommateur de drogue est ensuite confié à des spécialistes des addictions, généralement dans des centres de désintoxication qui ont lié des partenariats avec la police.

Dans le Massachusetts, la loi garantie aux citoyens de l'État le droit d'être admis en cure de désintoxication. Les assureurs couvrent au minimum 7 jours de cure.

Les auteurs du rapport, une équipe du Boston Medical Center et de la School of Public Health de la Boston University, notent qu'au niveau national seulement 21 pour cent des gens qui sont accros aux opiacés reçoivent un traitement immédiat. Cela signifie que le programme de Gloucester a quadruplé le taux auquel les accros reçoivent un traitement.

« Ce qui est fou c'est que les gens viennent au commissariat pour demander de l'aide, et ils la reçoivent, » indique David Rosenbloom, professeur à la Boston University et coauteur du rapport. « Au cours de l'étude, les participants nous ont confié que le commissariat est le premier endroit où ils ont pu demander de l'aide sans être jugés ou stigmatisés. »

Les chercheurs n'ont pas encore établi combien de personnes ont fait des rechutes après ce traitement. Certains participants au programme sont revenus vers la police pour redemander de l'aide. Les données recueillies lors de cette étude montrent que près de la moitié des 376 participants avaient déjà été en cure de désintoxication, et que 31 pour cent des participants y étaient allés 6 fois ou plus.

Depuis le début de l'Angel initiative, près de 160 départements de police dans 28 États ont expérimenté des programmes similaires. L'année dernière le chef de la police de Gloucester, Leonard Campanello, avait attiré l'attention des médias du pays en disant qu'il n'arrêterait pas ceux qui acceptent de donner leurs drogues et de se faire soigner.

« Quelqu'un doit faire le premier pas, et c'est tout ce que nous pouvons faire — faire le premier pas pour construire de la confiance et montrer que nous pensons que l'addiction est une maladie qui doit être traitée comme telle, » avait confié Campanello à VICE News en juin 2015. « Nous sommes arrivés au consensus que nous n'allons pas traiter le problème de l'addiction en mettant les gens en prison. »

La possession et la consommation de drogue est toujours un crime dans le Massachusetts, donc la police de Gloucester se demandait si les accros allaient collaborer avec la police après des années de relations hostiles avec les forces de l'ordre. Mais ce dernier rapport montre que ceux qui ont un problème de drogue sont en demande de traitement, même si pour cela il faut aller au commissariat.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR