FYI.

This story is over 5 years old.

Art

Pour Maria Marinenko, la nature est une onde sonore sans fin

L’artiste explore les frontières entre physique et numérique en jouant avec les paysages.
10.6.14

Les frontières entre le numérique et la vraie vie sont aujourd’hui aussi poreuses qu’une falaise d’Etretat. On laisse autant de traces sur le net que dans nos vies, les robots commencent à nous jouer des tours, on peut tangibiliser l’espace numérique dans le monde physique, et on commence, avec joie et effroi à se perdre entre nos alias. Ceci, la designer ukrainienne Anna Marinenko l’a bien compris et s’en amuse, en intégrant les ondes sonores et leurs représentation graphique dans des paysages naturels aux formes étonnement identiques. « L’esthétique qu’offre la nature : les montagnes, les arbres, les lacs… est très semblable aux pics et aux plats qu’on trouve sur les plateformes numérique où l’on travaille le son. » Explique Marinenko à DesignBoom. En alignant les deux, on ne voit plus qu’une seule et même composition, l’œil se perd dans le son. À regarder trop longtemps les montages de cette série, on en vient à imaginer un monde où tout son deviendrait visible et prendrait place dans l’espace. On jugerai alors peut être une chanson par ses formes et la façon dont elle convient au lieu. Retrouvez ci-dessous une selection des plus impressionants montages de la série. On attend cependant qu'Anna Marinenko transforme les skylines en bande son minimaliste.

Publicité

DesignBoom

Via