Sports

La ville de Chamonix-Mont-Blanc suspend la pratique du wingsuit

Après le décès d'un sauteur russe le 3 octobre, la municipalité a réagi et compte réglementer sinon organiser la pratique de ce sport extrême.
6.10.16

Le lundi 3 octobre, à Chamonix, près de la gare de Montenvers, un Russe s'est tué lors d'un saut en wingsuit après avoir percuté la façade d'un bâtiment. C'est le cinquième accident mortel cette année dans la région. L'accident de trop puisque la ville de Chamonix-Mont-Blanc a suspendu la pratique du wingsuit, mercredi, par arrêté municipal et pour une durée de six mois minimum. « On suspend la pratique de l'activité dans la vallée de Chamonix dans l'attente de propositions concrètes pour la sécuriser », a indiqué mercredi Jean-Louis Verdier, adjoint à la mairie de Chamonix chargé de la montagne.

Publicité

« Il semble nécessaire que des dispositions visant à préserver la sécurité de tous soient mises en avant, a affirmé le maire de Chamonix Eric Fournier dans les colonnes du Dauphiné. On ne peut pas considérer comme normal que des survols de zones habitées puissent se faire, mettant en danger des habitants de la ville. Des gens qui ne sont pas concernés par cette activité. »

La commune va demander aux pratiquants de wingsuit de lui soumettre des propositions concernant les plans de vol et les zones d'atterrissage. « On veut des zones d'atterrissage bien déterminées, que ça ne se fasse pas de façon anarchique », a indiqué Jean-Louis Verdier.

Pour rappel, le wingsuit est déjà un peu réglementé puisqu'avant de sauter, les pratiquants doivent avertir le Peloton de gendarmerie de haute montagne et il est interdit de sauter entre 10 et 15 heures du 1er juin jusqu'au 30 septembre.