Un policier maquille son suicide en meurtre après avoir détourné des fonds pour des enfants

Il utilisait l’argent détourné pour des achats personnels, notamment du contenu pornographique, des voyages, le remboursement de ses prêts, des abonnements au club de gym, mais aussi de simples retraits d’argent.

|
05 Novembre 2015, 10:38am

Photo par Nam Y. Huh/AP

La police de l'État de l'Illinois a confirmé que l'un de ses officiers s'était suicidé de manière à faire croire à un assassinat, ce qui a déclenché une vaste traque de suspects qui n'existaient pas. Le policier s'est donné la mort, craignant qu'un audit des comptes de la ville de Fox Lake ne révèle le fait qu'il détournait de l'argent public depuis des années.

Lors d'une conférence de presse tenue ce mercredi, les autorités ont révélé que le Lieutenant Charles Joseph Gliniewicz a mis en scène son suicide pour faire croire qu'il avait été tué dans l'exercice de ses fonctions.

« Gliniewicz a commis une ultime trahison envers les citoyens qu'il protégeait et envers toute la communauté des forces de l'ordre, » a déclaré George Filenko, le commandant de la Lake County Major Crimes Task Force. « Nous avons désormais la preuve qu'il s'est comporté pendant des années d'une manière totalement différente de l'image qu'il donnait. »

Les révélations de ce mercredi matin sont le résultat de deux mois d'enquête, au cours de laquelle les policiers ont découvert que pendant 7 ans Gliniewicz, 52 ans, avait volé des milliers de dollars au Fox Lake Police Explorer program, un programme de formation pour les jeunes que Gliniewicz chaperonnait. Il utilisait l'argent détourné pour des achats personnels, notamment du contenu pornographique, des voyages, le remboursement de ses prêts, des abonnements au club de gym, mais aussi de simples retraits d'argent.

George Filenko n'a pas précisé la somme exacte détournée par l'officier, mais a fait savoir qu'elle était de l'ordre de « cinq chiffres [ndlr, donc 10 000 dollars au minimum] ». Il a ajouté que les preuves « indiquent clairement » qu'au moins deux autres individus sont impliqués. Une enquête est en cours pour déterminer le rôle de ces deux personnes.

Quelques jours avant de se suicider, le 1er septembre dernier, l'officier Gliniewicz a commencé à s'inquiéter d'un audit des comptes publics de la ville de Fox Lake qui aurait potentiellement dévoilé ses activités de détournement de fonds, a expliqué Filenko.

« Nous sommes parvenus à la conclusion que la mise en scène de son suicide est le résultat final des agissements criminels de Gliniewicz. Il se retrouvait de plus en plus sous pression à cause du contrôle extensif de ses activités au Fox Lake Police Explorer program, » a expliqué Filenko.

Le matin de sa mort, l'officier qui était dans la police de Fox Lake depuis 30 ans, a annoncé sur sa radio aux dispatchers qu'il poursuivait 3 suspects à pied. Gliniewicz, qui avait l'habitude de maquiller de fausses scènes de crimes, a laissé sur sa route sa bombe lacrymogène, une matraque et ses lunettes sur son parcours pour faire croire aux enquêteurs qu'il s'agissait d'un homicide, a expliqué Filenko. L'officier s'est ensuite tiré deux fois dessus, dans la poitrine. Il a été retrouvé sur place et est décédé quelques instants plus tard des suites de ses blessures.

Ce qui semblait être un « meurtre » de policier, a motivé la mobilisation de centaines de policiers pour essayer de retrouver les « suspects » autour de Fox Lake, situé à une centaine de kilomètres au nord de Chicago, près de la frontière avec le Wisconsin. La Federal Aviation Administration avait aussi imposé une zone de non-survol au-dessus du périmètre de recherche.

Autour de Fox Lake, une petite ville de 10 000 habitants, Gliniewicz était surnommé « GI Joe » parce qu'il avait fait l'armée. Lors de sa veillée funéraire, sa femme et ses fils étaient présents, et ses collègues parlaient de lui comme d'un « héros tombé [au combat] ».

Ce mercredi, George Filenko a admis qu'il se sentait embarrassé par cette histoire.

« C'est la première fois de ma carrière que je me sens embarrassé par les agissements d'un autre officier de police, » a conclu Filenko.

Suivez VICE News sur Twitter : @VICENewsFR