Life

Avec une médecin qui délivre des certificats de virginité

« Faire des certificats de virginité, c'est se moquer des intégristes car ils sont faux. »
Justine  Reix
Paris, FR
12 octobre 2020, 7:03am
virginité vierge Marie certificat
Marie la vierge. Espagne. Cultura Creative RF / Alamy Stock Photo

Il faisait partie des mesures du projet de loi sur les séparatismes religieux de Matignon. Ce bout de papier nommé certificat de virginité et délivré par quelques médecins sera interdit dès 2021 selon le gouvernement. Cet examen médical consiste, en pratique, à vérifier l’hymen de jeune fille qui souhaiterait ce certificat afin de prouver leur virginité le plus souvent en vue d’un mariage.

Malgré les avancées gynécologiques qui ont maintes fois prouvé que la présence d’un hymen dans un vagin n’était pas synonyme de virginité, beaucoup pensent encore le contraire. Pour rappel, l’hymen peut avoir été déchiré alors qu’une jeune fille n’a jamais eu de relation sexuelle mais il est aussi possible qu’un hymen soit toujours présent après un acte sexuel car selon les femmes, il peut aussi être très élastique. De nombreuses religions accordent encore une grande importance à l’hymen et réclament parfois un certificat de virginité pour leur fille ou belle-fille.

Condamné par l’Ordre des médecins, le Collège national des gynécologues de France et l’Organisation des Nations Unies pour les droits humains, le certificat de virginité est considéré comme une violation du respect de la personnalité et de l’intimé de la jeune femme contrainte par son entourage à s’y soumettre.

Mais certains praticiens accusent le gouvernement d’instrumentaliser un phénomène marginal et estiment que cette interdiction ne permettra aucune véritable avancée contre ces demandes de certificats de virginité. C’est le cas Ghada Hatem-Gantzer, gynécologue, obstétricienne et fondatrice de la Maison des femmes à Saint-Denis. Pour mieux comprendre son point de vue, on a discuté avec elle de son rapport aux certificats de virginité.

VICE : Interdire aux médecins de délivrer des certificats de virginité, ce n’est pas la solution selon vous ?
Ghada Hatem-Gantzer : On est en train de punir les médecins, et je rappelle que cette loi concerne le séparatisme. Je ne comprends pas comment punir les médecins peut améliorer la lutte contre le séparatisme. Le problème c'est que des parents exigent encore de leur fille qu'elles soient vierges et qu'elles le prouvent avant de se marier. Ce n’est pas en punissant les médecins que ces parents vont changer. Dire qu'on a réussi l'intégration et lutter contre le séparatisme, c'est pouvoir dire qu'on a appris à quelqu'un qui a la nationalité française, qui élève une famille en France à intégrer nos coutumes. On peut faire un parallèle avec l'excision, c'est une coutume mais une coutume affreuse et il faut s'en débarrasser et il faut pour cela convaincre les parents d’arrêter de demander à leur fille d'être vierge et de choisir leur conjoint, pas de punir un médecin. Il faut éduquer les jeunes filles et les parents. Il faut qu'on trouve une façon de pouvoir parler avec les familles et parler de ces coutumes.

« C'est totalement marginal, on m’en demande maximum trois par an. »

N'est-ce pas un sujet finalement marginal ? Est-ce qu’il y a tant de certificats de virginité qui vous sont demandés ?
Évidemment, c'est totalement marginal, on m’en demande maximum trois par an. J'ai l'impression que le gouvernement se donne une bonne conscience pas chère en affirmant avoir trouvé un super moyen pour lutter contre le séparatisme alors que ça concerne très peu de filles. Beaucoup ne passent pas par le certificat, se débrouillent autrement et passent leur temps à mentir. Elles vivent dans le mensonge, ont une vie amoureuse et sexuelle et s’adonnent parfois à des pratiques comme la sodomie avant le mariage pour préserver l’hymen. À 15 ans, ce n’est pas terrible que toute la sexualité se résume à la sodomie.

Et le pire, c’est que ces gamines pensent qu’elles sont vierges parce que ce n’est pas dans le vagin. Le plus embêtant c'est qu'on me demande de refaire des hymens. dans des situations où le certificat risquerait de ne pas suffire parce que les jeunes filles ont tellement peur qu'on le découvre et qu'on les renie. Bien sûr, je préférerais ni les opérer ni faire des certificats et que le mot vierge disparaisse du vocabulaire.

Est-ce que ce n’est pas faire le jeu des intégristes de faire des certificats de virginité ?
Non au contraire c'est se moquer des intégristes que de faire des certificats de virginité car ils sont faux. Je n’examine pas les filles, je m’en fous, ce n’est pas le sujet. Le sujet c'est qu'elle a besoin d'avoir un bout de papier pour avoir la paix et je le fais. Sa virginité ne m'intéresse pas. J'essaye de faire ce qui est possible parce qu'elles ont ce mariage auquel elles ne veulent pas renoncer car elles sont aussi ambivalentes. Elles disent qu'elles sont obligées de se marier avec des hommes de leur communauté et quand on leur dit de dire merde à leur famille elles ne veulent pas car elles souhaitent garder contact avec leur famille, se marier et avoir des enfants.

« Tout est possible maintenant, il peut y avoir un marché noir de certificats délivrés par des médecins peu scrupuleux qui vont les faire payer très chers. »

Maintenant que c’est interdit, est-ce que ça ne va pas mener à certaines dérives ?
Tout est possible maintenant, il peut y avoir un marché noir de certificats délivrés par des médecins peu scrupuleux qui vont les faire payer très chers. C'est pour ça que je ne comprends pas cette interdiction. Ça va être comme l'interdiction de l'IVG, les médecins vont demander très chers et dire qu'ils prennent des risques puisque c'est interdit. Je suis certaine que les papas, les grands frères et toutes les personnes qui sont extrêmement radicaux dans leur vision de la femme ne vont pas changer de vision suite à cette interdiction. Cette loi ne va pas convaincre ceux qui ne sont pas convaincus qu’une femme fait ce qu’elle veut de son corps.

Qu’est-ce que vous répondez à Marlène Schiappa qui affirme que c’est une atteinte à la dignité et la liberté des femmes ?
Je lui répondrai qu'elle ne sait pas de quoi elle parle parce que faire un certificat n'a jamais attenté à la dignité de quelqu’un. Ce n'est pas la même chose que de mettre le doigt dans le vagin d'une fille pour savoir si c'est très ouvert comme le font certains parents. Cette interdiction stigmatise. Ce certificat c’était aussi l’occasion de discuter avec ces gamines et essayer de les convaincre de dire à leur futur conjoint qu’elles n’étaient pas vierges. Maintenant, on ne va plus les voir, on ne va plus pouvoir leur parler de leur corps, de leurs droits. Ce n'est pas très malin.

Est-ce que vous allez continuer à en délivrer ?
Oui s'il faut que je le fasse, je le ferai. Je pense que l'État n'a aucune possibilité de savoir ce que j’ai fait ou pas, ces certificats ne vont pas dans un dossier juridique donc ça reste dans la famille. Tout ce que je risque, c'est de certifier qu'une file est vierge et que si elle ne l'est pas, la belle famille me tombe dessus.

En quoi un hymen ne prouve en rien la virginité d’une femme ?
Quand on examine une femme, la présence d’un hymen ou non ne veut pas dire qu’elle a déjà eu un rapport sexuel. Être vierge, ça ne veut rien dire d’ailleurs. Une fille qui s’est masturbée copieusement n’a jamais été pénétrée par un homme, une qui utilise un godemichet, elle est vierge ou pas ? L’hymen peut être déchiré en faisant du sport ou en mettant des tampons mais il peut aussi être très élastique et ne jamais se déchirer mais en ayant des rapports régulièrement. L'hymen ne veut rien dire. Le seul moment où il y a intérêt c'est dans le cadre d'un viol récent où il y a une déchirure et cet examen peut aider à porter plainte. Il s’agit des seules fois où l’on examine un hymen.

« Mais ça va au-delà de l’Islam, cela concerne aussi les Roms et les Gitans parce que dans ces communautés l'honneur passe par les filles. »

On parle beaucoup des musulmans mais est-ce que ça ne concerne que cette religion ?
Dans mon expérience quotidienne, je vois beaucoup de jeunes femmes du Maghreb, donc pas tous les musulmans. Je n'ai, par exemple, jamais eu une Centrafricaine qui m'a demandé un certificat de virginité. Mais ça va au-delà de l’Islam, cela concerne aussi les Roms et les Gitans parce que dans ces communautés l'honneur passe par les filles. Les catholiques intégristes sont très à cheval aussi sur l'hymen, il faut être vierge et pure pour le mariage. Mais la seule différence, c'est que je n'ai pas eu de cas de catholique qui avait peur d'être répudiée par leur famille parce qu'elle n'était pas vierge.

Vous êtes contre ce culte de la virginité mais n’avez-vous pas l’impression de le favoriser avec ces certificats de virginité ?
Ce n’est pas le fait de faire des certificats qui maintient cette tradition. Certaines féministes se sont emparées du sujet de cette manière-là, ce que je trouve complètement absurde. Être féministe, c'est aussi aider les femmes et si les aider passe par un certificat pourri, mensonger, inutile, où est le problème ? Bien sûr, je n'ai pas la solution-miracle aujourd'hui pour arrêter les parents de faire chier leurs filles. Il faut de la pédagogie, de l'éducation voire de la punition. En Belgique, deux filles d'origine marocaine ont par exemple porté plainte contre leurs parents pour éducation violente. La mère avait mis un doigt dans le vagin de sa fille pour vérifier son hymen. Il faut convaincre les parents, pas les médecins.

Justine est sur Twitter.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

VICE Belgique est sur Instagram.