Paris (ça s'épelle P.A.R.I.S.)

FYI.

This story is over 5 years old.

LE NUMÉRO D'OÙ TU REGARDES, TOI ?

Paris (ça s'épelle P.A.R.I.S.)

Des photos inédites de JH Engström prises dans la pire ville du monde : la vôtre.
3.1.14

J'ai pris la totalité les photos ci-jointes ces vingt dernières années à Paris, entre 1991 et 2012. Paris est un vrai melting-pot ; tu ne sais jamais qui tu vas rencontrer, sur quoi tu vas tomber. J'y ai fait des rencontres exceptionnelles, mais avec le recul, je dirais qu'elles n'ont été exceptionnelles que dans la mesure où elles ont eu lieu à Paris. C'est bizarre, hein ? Quand je suis arrivé pour la première fois dans la ville, gamin – moi un petit mec du Värmland, la campagne suédoise –, ça a été un truc incroyable. Paris me fait encore aujourd'hui le même effet que par le passé, peut-être parce que l'art y a toujours eu une grande place. Tous les types d'art, je dirais. Et puis, c'est une ville dure, l'inverse d'un jardin d'enfants. J'ai toujours préféré me promener dans l'est et le nord de Paris. Le 10e arrondissement, notamment. Il y a un bar que j'adore là-bas, et dans lequel je finis toujours par me retrouver. Ces photos sont toutes issues de moments intimes, celle dans la chambre avec la fille notamment. Difficile de dire pourquoi je n'ai pas sélectionné ces photos dans la maquette finale de Sketch of Paris ; une fois que tu as mis tes cartes sur la table, difficile de les enlever. C'est comme ça que ça marche, je crois.