actualités

Ottawa aurait dépensé plus d’un demi-million de dollars en « fake news »

Selon Blacklock’s, des agences fédérales ont payé un intermédiaire pour diffuser des textes dans des médias d’information.

Alors que la ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly affirme être préoccupée par l’ampleur que prend le phénomène des fake news, un site d’information parlementaire rapporte que des agences fédérales ont payé un intermédiaire pour diffuser des articles rédigés par les agences elles-mêmes dans des médias d’information. Parmi les agences citées par le journal Blacklock’s, on retrouve Santé Canada, l’Agence de consommation en matière financière du Canada et plusieurs autres. En tout, ce sont près de 577 000 $ qui auraient été dépensés.

Publicité

D’après Blacklock’s, les agences ont octroyé 17 contrats, d’une valeur totale de près de 577 000 $, à News Canada Inc., une firme torontoise qui « offre aux médias un contenu crédible, prêt à être diffusé au moment opportun, et libre de droits d’auteur », comme on peut le lire sur leur site. Plusieurs articles publiés par News Canada ont ensuite été repris par divers médias à travers le pays, sans identifier les rédacteurs ou les commanditaires gouvernementaux du contenu.

Par exemple, l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire aurait diffusé un article signé « News Canada », qui assurait ses lecteurs que les pesticides ne sont pas dangereux lorsqu’ils sont utilisés selon les instructions. Santé Canada aurait aussi diffusé des textes sans s’identifier comme l’auteur de ceux-ci, dont deux qui évoquaient les dangers reliés à la consommation de weed.

L’article de Blacklock’s spécifie que le ministère du Patrimoine n’a pas diffusé de contenu par le biais de News Canada Inc., mais qu’une dizaine d’agences fédérales l’auraient fait.

Billy Eff est sur internet ici et .