Des chercheurs ont découvert une métisse issue de deux espèces humaines distinctes

Nous savons de longue date que les premières espèces humaines s'accouplaient. Cependant, « Denisova 11 » est le premier spécimen de métis Néandertalien-Dénisovien jamais découvert.
Image: Xenochka

Nous autres Homo sapiens sommes la seule espèce du genre Homo encore vivante. Il y a quelques dizaines de milliers d’années, c’était différent : nos ancêtres partageaient leur territoire avec nos proches cousins de la lignée des Hominines.

La grotte de Denisova, dans la chaîne de montagnes sibérienne de l’Altaï, était un spot populaire chez les Hominines. Des ossements retrouvés sur place indiquent qu’elle accueillait des Homo sapiens, des Néandertaliens et des Dénisoviens, une troisième espèce d’Hominines auquel elle a donné son nom.

Publicité

Nous savons désormais que ces hominidés savaient dépasser leurs différences. En étudiant un os baptisé « Denisova 11», les scientifiques ont identifié un individu né d’une mère néandertalienne et d’un père dénisovien. Les résultats de leur travail, publié le 22 août dernier dans la revue Nature, le séquençage du génome de Denisova 11 a révélé que sa propriétaire était une adolescente âgée d’au moins treize ans à sa mort, il y a plus de 50 000 ans.

« Associée à la présence d’ADN Néanderthal et Dénisovien dans les Homo sapiens d’hier et d’aujourd’hui, cette découverte suggère que le métissage était fréquent quand les groupes hominines archaïques et modernes se rencontraient » écrivent les chercheurs.

Menée par l’ancienne experte en ADN à l’Institut Max-Planck d'anthropologie évolutionniste Viviane Slon, l’équipe a utilisé une technique appelée cartographie peptidique de masse pour découvrir les ancêtres de la jeune fille. Les résultats ont montré que « 38,6% des fragments de Denisova 11 portaient des allèles correspondant au génome néandertalien et 42,3% des allèles correspondant aux génome dénisovien », rapporte l’article.

Des fouilles dans la chambre orientale de la grotte de Denisova. Image : Bence Viola, Institut Max-Planck d'anthropologie évolutionniste

Mais si Denisova n’était pas la fille d’un Dénisovien et d’une Néandertalienne, et « juste » une membre d’une tribu de métis Néandertaliens-Dénisoviens ? C’est peu probable. Les modèles génétiques et leurs portions quasi-égales d’ADN Néandertalien et Dénisovien correspondent bien mieux à un scénario dans lequel Denisova 11 descend de deux lignées hominines distinctes.

Le génome de Denisova 11 contenait également des indices sur le vécu des parents. En comparant l’ADN maternel à d’autres génomes de Néandertaliens, Slon et ses collègues ont découvert que la mère était plus proche d’un groupe ayant habité l’Europe de l’Ouest que des Néandertaliens de la grotte de Denisova Le père dénisovien avait des ancêtres Néandertaliens, ce qui corrobore le scénario de l’échange génétique entre espèces hominines aux quatre coins de l’Eurasie.

Pourtant, les lignées des humains, des Néandertaliens et des Dénisoviens restent distinctes. Jusqu’à l’extinction des deux dernières il y a 40 000 ans, elles sont restées séparées par leur gènes, leur zones d’habitation, et sans doute leur culture. Cependant, plus la recherche avance, plus il apparaît clairement qu’elles se sont fréquentées de près. Ls scientifiques découvrent sans doute à peine la richesse de leur héritage.