illustration BDSM
Illustrations : Dan Evans
Sexe

Quand les couples regardent du porno ensemble

Comment Asa Akira et James Deen vont vous aider à sortir du train-train amoureux dans lequel vous êtes englué·e.
27 October 2018, 4:30pm

Chaque semaine, des articles évoquent les méfaits de la pornographie sur l'être humain. Elle ferait de nous de mauvais·es amant·es, des obsédé·es de l'éjaculation faciale ou encore des masculinistes éhontés. Selon PornHub, 42 milliards de recherche de vidéos de cul ont été effectuées l'année dernière sur ce site – un chiffre assez impressionnant.

Si la pornographie semble fausser les attentes dans la chambre à coucher, elle aurait tout de même certains bienfaits sur les couples qui en regardent ensemble. Nous avons donc interrogé deux couples ainsi qu'une femme fraîchement célibataire sur leurs habitudes en matière de porno.

Hannah et Jack (26 et 24 ans)

VICE : Combien de nuits par semaine vous passez ensemble ?
Jack : À peu près toutes. On vit ensemble dans un appartement dans le sud-est de Londres.

C'est quoi vos habitudes en matière de porno ?
Hannah : Nous sommes ensemble depuis quatre ans et nous regardons du porno chacun·e de notre côté. C'est toujours le cas aujourd'hui – pour moi en tout cas ! Je suppose que c'est la même chose pour Jack.

Jack : J'en regarde tout seul, mais beaucoup moins qu'avant. D'ailleurs, même ensemble, on en regarde moins qu'avant. Ça a peut-être à voir avec l'âge ou le temps.

« Il y a certaines choses qu'on aime regarder mais qu'on n'aimerait pas faire ensemble. »

Pourquoi ?
Jack : On a essayé, mais c'était assez bizarre, surtout au début. On regardait du bondage, ça nous donnait quelques idées, mais tout avait l'air tellement faux et mis en scène que ça nuisait à l'expérience.

Hannah : On a toujours parlé ouvertement de ce qui nous excitait, donc il n'y a jamais eu de gêne ou de secrets entre nous. Malgré ça, je crois qu'on veut que nos fantasmes restent des fantasmes. Il y a certaines choses qu'on aime regarder mais qu'on n'aimerait pas faire ensemble. Je pense vraiment que regarder du porno et se faire plaisir quand on est seul·e est une chose complètement différente. Le porno est un bon moyen d'assouvir ses désirs sans tromper.

Vous parlez de ce que vous regardez chacun de votre côté ?
Jack : On en parle pas vraiment. Je ne pense pas que ça soit nécessaire. Je ne lui demande pas tous les jours ce qu'elle a mangé au déjeuner ou devant quoi elle s'est masturbée.

Hannah : Tant que ça relève du fantasme, je pense que c'est plus sain de garder ça pour nous.

En quoi cela affecte-il votre vie sexuelle ?
Jack : Quand on a commencé, c'était surtout pour tester de nouvelles pratiques. À la longue, ça a commencé à avoir une influence négative. On était pas dans le même délire et ça a causé plus de problèmes qu'autre chose. On a donc arrêté et, maintenant, on a chacun·e nos petits moments.

Megan (25 ans)

« Je me suis séparée de mon copain récemment, après trois ans de relation. Je regardais du porno sans qu'il le sache, notamment quand je bossais en free-lance à la maison. Il m'a prise en flag une seule fois : j'ai réussi à fermer le navigateur à la dernière minute mais ce que je faisais était assez évident.

Au bout d'un certain temps, je me suis dit que ça nous aiderait de regarder du porno ensemble, donc j'ai soumis l'idée un peu bizarrement, pendant le souper. J'ai juste lâché ça comme ça. On regardait la télé et j'ai balancé quelque chose à propos de la présentatrice : "Oh, elle est mignonne, tu crois qu'elle a déjà fait du porno ?" Il m'a répondu : "Euh, je pense pas, puisqu'elle présente une émission télé." Ça n'a pas vraiment marché. J'ai laissé tomber un moment avant de revenir à la charge en lui disant frontalement qu'on devrait en regarder ensemble. Il a juste rétorqué : "Pourquoi pas ?".

« J'ai fouillé son historique et j'ai compris qu'il était hyper branché fétichisme et pratiques bizarres, avec des femmes qui se masturbaient tout en étant couvertes d'une substance visqueuse. »

Pour faire bouger les choses, quelques jours après, j'ai laissé une page ouverte sur mon ordi. Je lui ai dit que j'avais trouvé quelque chose à regarder. Il a d'abord eu l'air embarrassé mais a quand même accepté.

Il aimait beaucoup le sexe pourtant il ne semblait pas intéressé par le porno – il n'a pas vraiment regardé et n'en a pas parlé. J'ai compris que quelque chose clochait et j'ai laissé tomber. Un week-end, alors qu'il était sous la douche, j'ai décidé de fouiller son historique.

C'est là que j'ai compris qu'il était hyper branché fétichisme et pratiques bizarres. Il y avait quelques recherches sur le bondage et sur les pieds, mais surtout une vidéo impliquant trois femmes qui se masturbaient tout en étant couvertes d'une substance visqueuse. C'était en fait une partouze à base de bouffe en conserve et de substance gluante fluo. OK, il y a des trucs plus bizarres que ça, mais ça m'a quand même fait un choc. »

Amy et Duncan (20 et 22 ans)

VICE : D'où vous est venue l'idée de mater du porno ensemble ?
Duncan : En fait, Amy m'a demandé si j'en regardais et j'ai dit oui. Ensuite, on en a discuté et on s'est dit qu'on pourrait en regarder ensemble. Ça a été une expérience positive. On fait ça depuis deux ans.

Parlons logistique. À quelle fréquence regardez-vous du porno ensemble ?
Amy : On en regarde une ou deux fois par semaine. Ça dépend de nos occupations, en fait.On a pas parlé du fait d'en regarder seul·e. Peut-être vaut-il mieux ne pas savoir.

Vous parlez ouvertement de ce que vous aimez regarder ?
Duncan : Après deux ans, on est franc·hes sur ce qui nous excite. On regarde surtout des vidéos de couples qui « partagent » leur partenaire, ou de mecs qui matent leur copine avec quelqu'un d'autre. On aime bien les trucs de baby-sitter ou de femmes au foyer avec le jardinier. C'est bizarre parce qu'en soi, je ne suis pas du tout dans le délire de partager, mais c'est différent quand c'est du porno.

« Ça nous permet de varier les plaisirs, d'évoquer nos fantasmes secrets et de nous donner quelques idées - même si toutes ne marchent pas dans la vraie vie. »

Racontez-moi la première fois où vous avez regardé du porno ensemble.
Amy : Quand on a essayé pour la première fois, on avait bu, ce qui a permis de détendre l'atmosphère. Je me souviens avoir regardé une vidéo insipide pour me mettre dans l'ambiance. On s'amusait à copier ce qu'on voyait : les positions et les endroits – la cuisine, la voiture, etc.

En quoi ça a affecté votre vie sexuelle ?
Duncan : Ça nous permet de varier les plaisirs, d'évoquer nos fantasmes secrets et de nous donner quelques idées – même si toutes ne marchent pas dans la vraie vie. On a essayé d'utiliser de la nourriture, comme de la sauce au chocolat, mais c'était un peu dégueulasse. Les trucs liés à la douche ou au bain ne sont vraiment pas pratiques. Je pense qu'on n'essaiera plus la cire de bougie, par ailleurs.

Amy : Ça permet également de transformer un coup vite fait en un événement !

N'oubliez pas de suivre VICE Belgique sur Instagram et Twitter.

Cet article a été initialement publié sur VICE UK.