Publicité
drogue

Des interviews de gens qui viennent de fumer du DMT

Ce que nous ont raconté des types après absorption de la drogue psychédélique la plus puissante du monde.

par John Barclay
01 February 2019, 9:46am

Ça fait un petit temps que le dimethyltryptamine est à la mode. Depuis que les torrents d'Enter the Void et DMT : La Molécule de l'Esprit sont arrivés dans les folders des kids occidentaux, tout le monde respecte cette technologie d'une autre dimension.

Le DMT est un composé psychédélique naturel extrêmement puissant qui procure une expérience spirituelle et encore plus fun qu'un tour de bateau pneumatique – lui aussi réputé pour les visuels intenses et instantanés qu'il provoque. Quelques secondes seulement après inhalation de sa fumée épaisse et rêche, l'usager est transporté dans un monde très lointain de ce que la plupart des occidentaux contemporains définissent comme « la réalité ». Un grand débat entoure la question de savoir où ce monde existe (ou s'il existe, ou si n'importe quoi existe pour de vrai), mais ce qui est sûr, c'est que ce monde que propose le DMT a l'air vraiment cool. Le passager est immédiatement submergé de motifs, de couleurs, de textures et d'émotions exotiques et de bien d'autres choses dont on n'a pas encore inventé les mots pour en parler. J'en ai récemment chopé un peu, l'ai partagé avec mes amis, et ai discuté de leurs voyages pendant qu'ils redescendaient tranquillement sur Terre.

Jodie

J'ai ressenti ce qu'était Dieu. C'est quelque chose de plus petit que tout. Il est fait de rien – c'est tout ce qui est autour de ce qu'il est et tout ce qui est à l'intérieur aussi et il gigote d'une façon qui n'est pas naturelle.

C'était comme voyager dans le temps, mais ce n'était pas le temps au sens de « avant » et « après », c'était un temps parallèle. Au début j'ai vu la Terre vibrer. C'était comme une respiration constante qu'on ne peut pas voir. On ne peut pas voir cette vibration en photo. Le bord, la limite de tout. Il a fait tellement chaud. C'était comme se faire porter par une vague faite d'électricité. C'était noir, puis rouge, puis blanc, et c'était arrondi et voûté comme si c'était en orbite quelque part.

Vos corps étaient comme en train de chanter – tout ce que vous faisiez était comme une chanson. Vous jouiez une symphonie. Les grattements et les mouvements se rassemblaient tous dans un rythme, et je me suis sentie hyper heureuse. Je voyais aussi plein de trucs, des clowns autour de moi. Plein de formes géométriques complètement dingues. Elles avaient l'air de se moquer de moi. Après il y avait plein de petites créatures elfiques. Je ne pouvais pas les voir mais elles me montraient qu'elles étaient là. J'étais hyper contente, genre : « Ouais, c'est là où je suis censée être. »

LA MORT DE L'EGO EST LE TRIP PSYCHEDELIQUE UTLIME
C'est le truc le plus intense de la Terre. La pièce entière dansait. À ma gauche, je voyais des trucs complètement fantaisistes, mais pourtant, très « réels ». En fait, tu es au delà de la conscience – à moins que ce soit toi, la conscience – et tu ne veux pas que quoi que ce soit te rattache au domaine physique. J'ai fait tellement de rêves et vécu tellement de scénarios. En fait, tu vis un rêve concentré. J'étais éveillé mais je ne pouvais pas arrêter de rêver.

Taylor

Ça monte très rapidement. À partir de la deuxième bouffée, je voyais des slinkys partout. Des slinkys colorés qui ne m'attaquaient pas, mais qui se dirigeaient vers mon visage. Et toutes les couleurs qui se trouvaient dans la pièce, que j'imaginais se trouver dans la pièce, venaient également vers moi. C'était beau.

Je me sentais très lourde, physiquement. Je pouvais même pas soulever la bouteille pour fumer ou tenir le briquet. Et le temps a ralenti. Ça m'a paru durer 15 bonnes minutes, mais peut-être que ce n'était que 30 secondes. Les couleurs était merveilleuses – plein de verts différents, plein de néons. J'ai eu l'impression de me regarder à travers un mur pendant un moment. Le son de l'appareil photo me faisait halluciner.

Adam

Très vite, tout est devenu kaléidoscopique. Après, il y a eu des pyramides, puis des symboles à l'intérieur des pyramides, et ils se mélangeaient ensemble, ils se combinaient. Je me sentais comme dans une paire de seins infinie. Je ne voyais que de l'amour, de la chaleur, des nibards et du miel. C'était comme voir le soleil briller là, juste devant toi. C'est pas comme s'il faisait trop chaud, mais c'est la sensation la plus chaleureuse que j'ai jamais ressentie.

Sarah

Tout ressemblait à une peinture. Et les cheveux des gens autour de moi devenaient fous – c'était comme des spaghetti. Tous les angles étaient triples. Tout avait des angles. Quand tu regardais autour de toi, c'était comme de la peinture avec des numéros. C'est devenu hyper chelou au bout d'un moment. J'avais l'impression que la pièce se refermait sur elle-même et que tout était plus petit, et ce grand espace blanc me faisait disjoncter. Je me disais : « Waou, il fait tellement blanc ici ! »

Victor

Au niveau visuel, c'est comme prendre un acide ou des champis. J'étais excité et mon corps était défoncé. Quand je me suis allongé et que j'écoutais Iggy Pop, tu as pris une photo de moi et j'en étais encore conscient. Je ne pense pas avoir assez perdu conscience de moi-même pour oublier que c'était absurde, ou rigolo. Après je me suis rassis, et là c'est devenu super intense quand je me suis rassis. Ça ressemblait beaucoup aux moments les plus intenses d'un trip d'acide.

Le plus bizarre, c'est la rapidité avec laquelle tu redescends. Avec l'acide, ça traîne pendant parfois un jour entier – tu te sens bizarre toute la journée d'après. Avec ce truc, tu te sens à peu près normal presque immédiatement. Là je me sens toujours un peu bizarre parce que je suis en train de me souvenir d'avoir pris la drogue. Et je vais probablement y repenser quelques fois pour le reste de la journée. C'est comme un trip d'acide moins intense à la fois en temps et en puissance.

Lex

C'est difficile d'en parler. Je voyais des formes à l'intérieur des formes réelles, elles bougeaient toutes et avaient l'air hyper dingues. Les rideaux ressemblaient à des napperons. Il y avait un endroit bizarre et je croyais que cet endroit avait son propre mouvement, et puis il y avait cet autre endroit où tout ce que j'écoutais et tout ce que je regardais et tout ce à quoi je pensais se rencontraient, et cet endroit était la drogue, ou un truc dans le genre. La façon dont ça s'arrête, c'est bizarre aussi. L'intensité baisse un peu et baisse encore un peu jusqu'à ce que tu ne sois plus défoncé. Les effets visuels sont tellement forts. Tout avait l'air tellement beau. Pour quelque chose d'aussi hallucinogène, c'est vraiment cool.

Joshua

Quand j'ai commencé à le ressentir j'ai vu la pièce respirer, puis je me suis senti complètement mou. J'imagine que c'est ce qu'on ressent quand on est dans le ventre de sa maman. Tout était apaisant et chaud. Tout était très fluide et ça ressemblait à l'idée qu'on se fait du soleil. J'ai pleuré, je ne sais pas pourquoi. Je me souviens avoir pensé qu'il y avait un message pour moi, là-bas.

Nous n'encourageons bien sûr pas l'usage de drogues. Mais si la curiosité vous titille et que vous voulez en savoir plus sur le DMT et les psychédéliques, allez voir de ce côté :

LA MORT DE L'EGO EST LE TRIP PSYCHEDELIQUE UTLIME

POURQUOI LA DMT DONNE-T-ELLE L'IMPRESSION DE MOURIR ?

Ne ratez plus jamais rien : inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et suivez VICE Belgique sur Instagram.