Publicité
series

Game of Thrones a ruiné tous ses personnages

Dans l'avant-dernier épisode, « The Bells », ils arrivent au terme de leur évolution, chacun d'une façon qui n'a quasi aucun sens.

par Noel Ransome
14 May 2019, 9:13am

propriétés d'HBO. 

Cet article vous révèle à peu près tout ce qui vous attend dans l'épisode.

Lors des dernières minutes de sa vie, Cersei crie ce que beaucoup de téléspectateurs se sont dit à propos de l'épisode : « Pas comme ça. »

Comment écrire sur le cinquième épisode de la saison huit, The Bells, sans que ce soit une série « drogonesque » de commentaires négatifs. On avait pratiquement promis aux téléspectateurs un épisode de 80 minutes dans lequel Daenerys se rapprochait enfin du trône de fer. Mais les 30 premières minutes ont été une lente trahison jusqu'à l'exécution, par feu de dragon, de Lord Varys. Ces minutes ont également mis un terme à l'idylle (maintenant incestueuse) entre Daenerys et Jon Snow. Et puis Tyrion libère son frère captif, Jaime, en lui suggérant de rejoindre Cersei et de s’échapper pour commencer une nouvelle vie. La plus grandiose des idées stupides parmi celles qu'a récemment eues le bras droit de la reine.

Ensuite, on a eu droit à la « reine folle », Daenerys, qui réduit en cendres King's Landing, y compris les enfants, séquence suivie d'une série de décès décevants qui rendent la défaite du Night King honteuse. Ça a été époustouflant, brillamment filmé, stupéfiant, bien joué… et terriblement mal écrit.

Au fil des ans, les amateurs de Game of Thrones se sont habitués à ce que la série fasse sortir ce qu'il y a de bon dans un personnage après le pire du pire. D'accord, presque une décennie s'est écoulée depuis la mort de Ned Stark, mais jusqu'à la saison sept, les décisions de ce genre étaient souvent justifiées par une histoire personnelle du personnage cohérente et conforme à la logique de la série. On comprend que Ned se fasse couper la tête, parce que, noblement naïf, il s'attendait à ce que l'état de droit le sauve. Robb Stark a été assassiné parce qu'il était romantique (et parce qu'il s'attendait à ce que l'état de droit lui sauve la vie aussi). Cersei était une bonne vilaine parce qu'on comprenait ses raisons d'agir ainsi. Bon sang, même pour le gamin qui a tué Jon Snow, on a consacré de nombreux épisodes à présenter sa perspective expliquant la trahison.

Il n'y a pas de mots pour dire à quel point cette saison est décevante, mais voici quand même les décisions des personnages de Game of Thrones, qui sont tout simplement impardonnables.

Daenerys Targaryen

1557750104105-dany1

La production a finalement fait le coup à Daenerys. Daenerys Targaryen a atteint son paroxysme en faisant fi du conseil de ne pas utiliser une arme de destruction massive – ce dont on peut assez justement qualifier un dragon – contre des civils de (l’étonnamment vaste) King's Landing. Malgré la victoire écrasante contre les Lannister et plutôt que de faire preuve de miséricorde en entendant les cloches de la reddition, Daenerys est sortie de ses gonds et a anéanti tout ce qu'elle a vu, enfants compris. On a laissé entendre qu'elle devenait trop obsédée par le trône et présentait certaines des caractéristiques de son père, le roi fou, mais ce changement de registre a fait l'effet d'un coup de fouet.

Daenerys reine folle, ce n'est pas crédible

Rappelez-vous qu'à un moment, soutenir Daenerys était ce qu'il y avait de plus facile dans cette émission. Elle était l'aimable mais impassible libératrice capable de négocier la paix avec les barbares et les esclaves. Ses talents de reine du barbecue contre les tyrans et les esclavagistes étaient source de satisfaction. Dès le premier épisode, on a été témoin de ses épreuves : mettre au monde des dragons, libérer des villes, sauver l'imbécile de Jon Snow et aider à vaincre le Night King. Mais maintenant, on est censés croire que la protagoniste à laquelle on s'est attachés est devenue la vilaine qui dans cette série, aurait le plus perdu la tête ?

Pendant sept bonnes saisons et demie, la série nous a fait accepter l’idée de l’aptitude de Daenerys à se montrer équitable : une reine qui veut la justice et dont la seule exigence est la loyauté – on bend the knee et il n'y aura pas de problème, qu'elle disait. Le paradoxe découle bien sûr d'un rappel constant : dans la famille targaryenne, on est sujet aux problèmes mentaux, comme l'a dit Varys : « Chaque fois qu'un Targaryen naît, les dieux jouent à pile ou face. » Pour justifier cette métamorphose vers le mal, on a fait une modeste tentative de montrer qu'elle était de plus en plus isolée, mais on nous demande d'ignorer presque tout ce qu'on sait de ce personnage. Soudainement, parce que notre reine est seule et qu’elle a encore été trahie, elle ne voit rien de mal à brûler des milliers de personnes totalement captives. On a vraiment essayé de nous faire avaler que les cris des civils innocents ne lui faisaient pas douter de ses décisions ? Franchement.

Cette évolution aurait pu être crédible si les germes de cette décision avaient été plantés plus tôt, et mieux cultivés. Peut-être que s'il termine les livres, George R.R. Martin sera en mesure de présenter sa chute vers la folie d'une façon tragique montrant ce qu'il advient d'une personne dévorée par son obsession du pouvoir. Mais la série télévisée a trahi Daenerys.

Jon Snow

1557748915420-a83f84b1-ac43-4b47-be90-1e8ed1b7d500-screen-shot-2019-05-07-at-112246-am

Depuis que Jon a décidé d'ouvrir sa noble trappe dans The Last of the Starks la semaine précédente, ses origines targaryennes sont devenues le sujet des commérages dans tout le pays, entraînant l’exécution de l’un des personnages les plus intrigants de Game of Thrones, Varys. Avant que Jon ne soit témoin de la destruction de la ville par Daenerys, il avait pratiquement omis de tenir compte de tous les signes montrant que Daenerys se transformait en folle furieuse à dragon. « Elle est ma reine », dit-il encore et encore. On nous invite à croire qu'il est le meilleur prétendant au trône de fer, mais on est censés faire confiance à un homme naïf qui ne sait même pas reconnaître que son amante-tante a viré fofolle ?

Jon Snow n'a toujours rien fait.

C'est bon, on a compris : Jon est l'incarnation de tout ce qui est noble, courageux et bon. Bien sûr, son courage, son humilité et son honnêteté en font une meilleure personne que nous tous. Mais son évolution, comme celle de Ned, l'a conduit dans des situations stupides.

C'est l'homme qui a les qualités du héros classique : les mêmes caractéristiques qui mènent d'autres personnages de Game of Thrones à la mort. Il est d'ailleurs mort une fois, et pourtant on nous rappelle constamment qu'il serait le plus apte – maintenant encore plus que Daenerys, si l'on tient compte qu'elle a incendié une ville – à régner. Il serait difficile d'ignorer que Jon échoue tellement souvent qu'on dirait un passe-temps, jusqu'à ce qu'une femme – Arya, Daenerys, Sansa, Ygritte ou Melisandre – lui sauve la peau. D'où exactement vient son statut de surhomme ? Il n'a pas tué le Night King. Il n'a pas tué Cersei. Jamais ses stratégies militaires ne lui ont fait gagner une bataille. Cette évolution est une arnaque.

Cersei Lannister

1557749001794-cersei1

Dans ses derniers instants, Cersei est dépouillée de tout son narcissisme. King's Landing en proie aux flammes de Daenerys. À la fin de The Bells, elle n'est plus la calculatrice impitoyable qu'on connaît. À la place, elle a peur et gémi : « Je ne veux pas mourir », avant d'ajouter : « Pas comme ça. » Jaime embrasse sa sœur pour la dernière fois, et un toit s'effondre sur eux.

Cersei est morte d'une manière qui ne lui va pas.

C’est difficile à avaler. Elle a toujours été la plus fourbe et la plus intelligente de la série. La destruction rapide du Night King indique une bataille ultime avec une vilaine ultime. Mais non, on a eu droit à une nouvelle version de ce qui a attendu dans les deux dernières saisons Cersei, un personnage qui n’a rien fait d’important et a sacrifié sa dignité pour un personnage médiocre comme Euron Greyjoy. Il n'y avait rien de complexe à voir une femme effrayée qui pleure dans les bras de son frère-amoureux. Et sans plan B, elle disparaît à cause des bons vieux dommages collatéraux. Il ne manquait qu’une chanson de Céline Dion comme cerise sur ce gâteau beaucoup trop sucré.

Jaime Lannister

1557749176902-nikolaj-coster-waldau-as-jaime-lannister-in-game-of-thrones-season-7

Fidèle à son style, Jaime est capturé par les hommes de Daenerys alors qu'il se rend voir sa sœur, Cersei. Mais son frère Tyrion le libère et ils ont une réconfortante dernière conversation de frère à frère. Puis il se bat contre Euron, qui sort tout droit de la mer, l'emporte, boite vers Cersei, et le couple tente de s’échapper par les tunnels souterrains dans l'espoir de commencer une nouvelle vie. Évidemment, ce n'est pas ce qui se passera. Le plafond leur tombe sur la tête, ils meurent en s'étreignant.

Il est toujours malade d'amour.

La seule chose qui a changé chez Jaime, c'est qu'il n'est plus du genre à assassiner un enfant. Mais il aime toujours sa sœur. C'est comme si avoir fait la cour à Brienne, couché avec elle et tenu sa promesse de se battre pour les vivants ne signifiaient plus grand-chose. Il a laissé une femme honorable en larmes et est retourné vers une sœur qui a fait des choses inconcevables à bon nombre de personnes, y compris planifier de le tuer. Son amour semble tout à fait déraisonnable et dépourvu de toute cohérence avec l'évolution morale de Jaime à laquelle ont été consacrées des saisons entières. Il a gagné le droit de vivre, mais il est mort, pour rien, aux côtés de sa sœur.

Tyrion Lannister

1557749314466-tyrion1

Tyrion avait un autre choix dans cet épisode. Il pouvait soit prendre le parti son ami de longue date, Varys, soit suivre la reine et condamner Varys à la peine capitale. Autre décision indigne d'une personne supposément intelligente : il a choisi Daenerys. Il l'a ensuite regardée brûler King's Landing avec un air surpris et stupide, massacrer des civils innocents, et tuer son frère et sa sœur.

Tyrion est censé être intelligent.

L'ancien Tyrion aurait vu venir ce qui a suivi. Il aurait déduit de l'isolement croissant de Daenerys et de son ADN targaryenne qu'elle décompensait. L'homme le plus sage a plutôt continué à se montrer bête. Son échec comme bras droit de la reine, qui continuellement donnait de terribles conseils diplomatiques, s'est déroulé comme s'il ne connaissait pas Cersei Lannister depuis toujours.

Le Tyrion de la saison huit est un homme d'un imbécile optimisme. C'est le type qui essaye par des mots de dissuader sa sœur de faire la guerre. Et c'est le type qui encourage son frère à commencer une nouvelle vie avec cette sœur qui a tenté de les assassiner tous les deux. C'est beau, l'idéalisme, mais rien dans l'expérience de Tyrion ne donne à penser que l'idéalisme ait déjà joué en sa faveur. Un homme aussi intelligent que lui n’a aucune raison de compter sur cette façon de penser comme si elle lui était bénéfique.

Arya

1557749351659-maxresdefault-7

On retrouve plus tard The Hound et Arya à King's Landing, en route pour obtenir vengeance. Lui vient affronter The Mountain, et elle, Cersei. Mais une fois qu'ils y sont, c'est l'enfer parce que Daenerys fait son numéro de reine folle. The Hound sauve Arya avant de lui intimer de quitter la ville. Les gens brûlent vifs, tout s'effondre, mais elle reste, dans une scène trop dramatique avec de la cendre qui tombe du ciel et un joli cheval blanc.

Arya qui ne se venge pas, ça n'a aucun sens.

La vengeance, c'est censé être mal, non ? C'est la leçon qu'on est censés avoir appris, car tuer, c'est mal. Mais Arya est différente, non ? On a passé des saisons à la suivre alors qu'elle ne se préoccupait que d'une chose : la mort. Dans les mots de Syrio : « Nous ne disons qu'une seule chose à la mort : pas aujourd’hui », et elle s'en sert comme moyen de la donner et de l’éviter. Par exemple : elle a assassiné les gardes de Lannister, elle a assassiné Frey et ses hommes, elle a assassiné le connard qui a tué sa mère et son frère. Mais, tout à coup, parce que The Hound lui dit que la vengeance, c'est mal, elle juge que c'est mal et a une épiphanie parce qu'un dragon réduit une ville en cendres ? Il vaut mieux monter sur un cheval blanc et galoper vers le coucher du soleil. Pour être honnête, cette évolution m'a presque convaincu.

Drogon

1557749437577-drogon

Drogon a failli être tué par des flèches tueuses de dragons il y a à peine un épisode, des flèches qui ont tué son frère Rhaegal, et dans cet épisode, il anéantit tout le monde, tout seul.

Drogon est soudainement redevenu opérationnel.

Quelqu'un peut-il me dire comment ce dragon qui n'a même pas pu voir des navires au loin peut ensuite détruire par lui-même une flotte entière ? Les dragons sont-ils hyper puissants ou non ? Au moins, comme on nous a répété dans les saisons précédentes que les dragons sont les bombes nucléaires de ce monde, ça se tient.

Euron

1557749484179-maxresdefault-8

Ce type tue un dragon dans un épisode, et un dragon fait flamber toute sa flotte dans le suivant. Plus tard, il meurt aux mains d'un Jaime plusieurs fois percé.

Euron est mort en méchant.

Euron a toujours été l'enculé de service, depuis sa première apparition. Le pirate punk libidineux était le personnage créé pour surprendre des personnages aimés au moyen de tactiques qui n'avaient pas beaucoup de sens. Dans la septième saison, il surprend la flotte de Yara, éliminant tout d'un coup les alliés Dorniens de Daenerys. Il était l'instrument peu coûteux qui donnait à Cersei un vilain à sa mesure. Alors, naturellement, il est mort de la manière la plus économique possible, un coup d'épée dans le ventre, et alors qu'il se parle à lui-même, et on l'oublie définitivement.

Au moins, il y a eu le Clegane Bowl, ce qui était plutôt cool.

Ne ratez plus jamais rien : inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et suivez VICE Belgique sur Instagram.

Cet article a été initialement publié sur VICE CA.