Publicité
actualités

Les huit choses les plus importantes pour les jeunes dans le budget fédéral

Justin Trudeau tente de reconquérir les générations Y et Z avant les élections.

par Anne Gaviola
20 mars 2019, 3:58pm

Quels nerds. Photo via La Presse canadienne

Les étoiles se sont alignées pour qu’un budget fédéral concerne plus que jamais auparavant les jeunes électeurs. Pour la première fois dans l'histoire récente, les générations Y et Z forment le groupe démographique le plus important lors d'une élection fédérale. En 2015, le vote des jeunes a été déterminant dans la victoire de Justin Trudeau (il y a eu une participation record des électeurs de 18 à 24 ans). En octobre prochain, les Canadiens de 18 à 38 ans représenteraient près de 40 % des électeurs, s'ils allaient tous voter.

Le budget fédéral est un outil économique, mais aussi politique. On sait ce qui aiderait à faire oublier cette embêtante et tenace affaire SNC-Lavalin : l’argent. Sans compter qu’un changement d’image, éloignant la perception qu’ils sont trop proches des grandes compagnies, ferait le plus grand bien aux libéraux. C’est peut-être l’occasion d’une victoire du « monde ordinaire », les gens à revenus faibles ou moyens.

Pour ces raisons, le gouvernement avait tout intérêt à faire des cadeaux aux jeunes, et ses coffres étaient bien assez garnis pour le faire. Selon les dernières estimations de la Banque royale du Canada, le fédéral dispose d’un surplus de 324 millions de dollars pour cet exercice financier.

Il a donc annoncé de nouvelles dépenses totalisant 23 milliards de dollars, sans échéance précise pour équilibrer le budget, ce que Justin Trudeau s'était pourtant engagé à faire d'ici 2019, lors de sa campagne électorale en 2015. Voici un aperçu des choses les plus importantes pour les jeunes dans ce budget fédéral.

Accès à une première propriété

L’un des plus importants « cadeaux » du budget est une mesure incitative destinée à ceux qui songent à s’acheter une première propriété : le prêt hypothécaire avec participation à la plus-value. Essentiellement, le gouvernement fédéral « achètera » avec vous jusqu'à 5 % d’une maison. S'il s'agit d'une nouvelle construction (ce qu'Ottawa veut encourager), le gouvernement ira jusqu'à 10 %. Vous pourrez choisir de rembourser le gouvernement au fil du temps ou quand vous vendrez.

Le ministre des Finances, Bill Morneau, s'attend à ce que 100 000 personnes achètent une première propriété en profitant de cette mesure dans les trois prochaines années.

En plus, une modification du Régime d’accession à la propriété (RAP) facilitera davantage le versement d’une mise de fonds et le paiement des coûts inhérents à l’achat d’une première maison. Le retrait maximal non imposable des REER passe de 25 000 $ à 35 000 $.

Logements à louer

Conçu pour augmenter le nombre de logements abordables à louer au pays, le budget y consacre 10 milliards de dollars supplémentaires sur neuf ans, dans le cadre du programme Financement de la construction de logements locatifs. Il est censé soutenir la construction de 42 500 nouveaux logements locatifs, notamment dans les secteurs où ils sont le plus nécessaires.

Prêts étudiants

Si vous faites partie du million de personnes qui tentent de rembourser leur prêt étudiant (ou qui sont sur le point de se joindre au club), il y a quelque chose pour vous. Les grands changements touchent la période de grâce de six mois, sur laquelle il n’y aura plus d’intérêts, et le taux d’intérêt flottant (ce que 99 % des ex-étudiants endettés choisissent), qui passera du taux préférentiel majoré de 2,5 points de pourcentage au taux préférentiel sans majoration.

Et si vous êtes dans le 1 % qui a choisi le taux d’intérêt fixe, le taux passera à un taux préférentiel majoré de deux points de pourcentage plutôt que cinq.

Formation de la main-d’œuvre

Le budget promet 1,7 milliard de dollars sur cinq ans pour le programme d’Allocation canadienne pour la formation qui vise à aider les travailleurs à se perfectionner et acquérir de nouvelles compétences tout en conservant leur emploi. Il s’agit en fait d’un crédit d’impôt annuel de 250 $ pour aider à payer la formation. Il y a aussi des prestations prévues pour couvrir les frais occasionnés par une absence du travail pendant jusqu’à quatre semaines. Il faudra avoir 25 ans ou plus pour en bénéficier.

Métiers spécialisés

Le gouvernement consacre 40 millions de dollars sur quatre ans, à compter de 2020, pour encourager les jeunes à suivre des formations pour exercer des métiers spécialisés. Il y aura une campagne de relations publiques visant à changer la perception à l’égard des métiers spécialisés et à rappeler aux gens qu’ils peuvent être payants et que la demande sera forte. Les projets mis en œuvre dans le cadre de ce programme auront pour but de rendre ces postes attrayants pour les femmes, les autochtones et les personnes handicapées en particulier.

Bourses d’études supérieures

Pour aider les étudiants à faire des études supérieures, 114 millions de dollars sur cinq ans serviront à créer 500 nouvelles bourses offertes chaque année aux étudiants qui font une maîtrise et 167 nouvelles bourses pour les étudiants qui font un doctorat de trois ans. C’est dans le cadre du programme de bourses d'études supérieures du Canada.

Éducation des jeunes autochtones

Les communautés autochtones représentent le groupe démographique le plus jeune et celui qui est en plus forte croissance au Canada. Le gouvernement s'engage à verser 9 millions de dollars sur trois ans pour offrir des bourses supplémentaires aux étudiants des Premières Nations, métis et inuits.

Éducation internationale

Cette initiative a été annoncée dans l’Énoncé économique de l’automne, mais il y a des précisions dans le budget. Le gouvernement fédéral s'engage à investir 147,9 millions de dollars sur cinq ans pour attirer plus d’étudiants étrangers, ainsi que pour aider les étudiants d’ici à aller étudier ou travailler à l'étranger.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Bien que le budget soit le plus axé sur les jeunes à ce jour, les détracteurs disent qu’il manque beaucoup de choses dans les 127 initiatives qui le composent. « Le budget 2019 a les bonnes cibles, mais il ne fait pas les investissements nécessaires : les changements climatiques, les logements inabordables et la stagnation des salaires sont des questions qu’on ne peut pas se permettre de remettre à plus tard », a dit David Macdonald, économiste au Centre canadien de politiques alternatives, un think tank.

Toutes ces nouvelles dépenses sont fondamentalement des dettes contractées avec les générations Y et Z, et les suivantes. Le choix de ne pas équilibrer le budget alors que la situation économique est relativement bonne retarde l'inévitable, selon Rosalie Wyonch, analyste des politiques au C.D. Howe Institute, un think tank économique et social. Interviewée par VICE, elle a affirmé que « les jeunes Canadiens devraient porter attention aux déficits et à la dette, parce que ce sont surtout eux qui auront le fardeau de rembourser. »

Suivez Anne sur Twitter.

Tagged:
Canada
JUSTIN TRUDEAU
Budget
politique
économie
Bill Morneau