Publicité
drogue

Saisie historique d’une tonne de cocaïne pure ayant transité par Montréal

C’est du jamais-vu, selon la police

par Justine de l'Église
28 août 2017, 6:38pm

Crédit photo  : Police provinciale de l'Ontario

Dans une démonstration de force soigneusement mise en scène, les autorités ontariennes ont tenu une conférence de presse devant les 1062 kilogrammes de cocaïne pure saisie au cours d'une opération policière, le projet HOPE, dans les derniers mois. La drogue était érigée en forme de mur.

« C'est une énorme saisie. C'est plus gros que tout ce que j'ai vu en 33 ans de carrière dans la police », a lancé le commissaire Vince Hawkes, lundi matin. « Nous n'avions jamais vu de saisie comparable », a renchéri le sous-commissaire Rick Barnum.

La valeur de la coke saisie est évaluée à 60 millions de dollars au prix de gros, tandis que la valeur de revente dans la rue, une fois la cocaïne coupée, serait de l'ordre des 250 millions. Des tests ont révélé qu'elle était pure à 97 %.

Crédit photo : Police provinciale de l'Ontario

La drogue était cachée dans des blocs de béton, placés dans des conteneurs d'expédition transportés par des navires océaniques. Partant d'Argentine, elle arrivait au port de Montréal pour être ensuite distribuée en Ontario.

Les enquêteurs ont découvert « des liens avec diverses caches de cocaïne dans un entrepôt de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), au port de Montréal et à Stoney Creek, en Ontario ».

Seulement quelques-uns des nombreux blocs de béton qu'il y avait dans les conteneurs cachaient des paquets de cocaïne. À cause du béton, la drogue passait inaperçue pour les chiens renifleurs, ce qui a compliqué le travail d'enquête.

Provenance encore obscure

L'Argentine ne serait pas le lieu de provenance de la drogue, mais plutôt de transit, selon les policiers. Ils n'en ont pas donné la source exacte, se contentant de dire qu'elle pourrait venir de pays producteurs comme le Pérou, le Paraguay et la Bolivie, et qu'il y avait assurément des liens avec les cartels mexicains.

Au sujet de la tonne de coke, il faut préciser qu'il ne s'agit pas d'une saisie unique. Quelques 162 kg de cocaïne ont été trouvés dans un véhicule dans le Grand Toronto le 1er mai, mais les autorités indiquent qu'il y a eu plusieurs saisies au fil de l'enquête, notamment à Brampton (230 kg) le 2 mai, à Montréal (presque 400 kg) et à Mississauga (presque 300 kg) le 5 mai.

Les détails sur les saisies à Stoney Creek n'ont pas été divulgués pour ne pas nuire à l'enquête.

La cocaïne érigée en mur. Capture d'écran d'une vidéo de la Police provinciale de l'Ontario.

Trois hommes de Toronto et des environs ont été arrêtés et accusés d'importation et de possession de cocaïne en lien avec cette affaire. Des accusations contre Luis Enrique Karim-Atamirano, 52 ans, et Mauricio Antonio Medina-Gatica, 36 ans, ont été portées le 1er mai. Iban Orozco-Lomeli, 45 ans, a quant à lui été accusé le 10 juillet.

Les policiers ont été incapables de dire s'il y avait eu corruption au port de Montréal. L'enquête est toujours en cours.

Il s'agit d'un effort conjoint de plusieurs acteurs, dont le Bureau de la lutte contre le crime organisé de la Police provinciale de l'Ontario, l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et l'agence américaine de lutte contre le trafic de drogue (DEA).

En attendant les prochains développements, vous pouvez toujours vous instruire sur les effets de la cocaïne pure sur le corps humain.

La précédente version du texte indiquait que nous n'avions pas de détails sur les saisies effectuées par les enquêteurs. Le texte a été mis à jour à la suite de la réception d'une réponse de la Police provinciale de l'Ontario.

Justine de l'Église est sur Twitter.

Tagged:
Coke
Cocaine
trafic
importation