La vente de t-shirts arborant une feuille de pot sera bientôt interdite

Les boutiques de rock vont devoir se défaire de leur stock de t-shirts de stoners. Et de tout autre objet à motif de cannabis.

|
sept. 12 2018, 7:49pm

Photomontage : Mathieu Rouland

Votre vieux gaminet avec une feuille de cannabis et une moufette aux yeux rouges deviendra un article prohibé au lendemain de la légalisation du cannabis, selon la loi québécoise.

Tous les produits décorés de la fameuse plante doivent disparaître des étalages du Québec dès le 17 octobre. Un passage étonnant de l’article 47 de la Loi encadrant le cannabis stipule en effet que « l’utilisation sur une installation, un véhicule, une affiche ou un objet qui n’est pas du cannabis, d’un nom, d’un logo, d’un signe distinctif, d’un dessin, d’une image ou d’un slogan qui n’est pas directement associé au cannabis, à une marque de cannabis, à la Société québécoise du cannabis ou à un producteur de cannabis, mais qui pourrait induire un lien indirect est interdit ». En d’autres mots, une feuille de pot ne pourra pas figurer sur quoi ce soit qui n'est pas un emballage de cannabis vendu par la SQDC.

Dans une note explicative, on va même jusqu’à préciser « qu’il ne sera pas permis de vendre des t-shirts avec un imprimé de feuille de cannabis au Québec ». Cette mesure veut évidemment encadrer la publicité directe ou indirecte en faveur du cannabis. Elle s’appliquera à toute personne qui compte vendre, donner ou échanger un produit.

Il n’en demeure pas moins que nombre d’articles qui arborent la feuille de cannabis existent déjà sur le marché. À en croire la Loi, des groupes comme Grimskunk ou une bière comme la Chanvre rouge devront penser sérieusement à changer leur image de marque. Un grand nombre de produits pour le corps à base de chanvre devront aussi revoir leur emballage. « Les produits déjà existants seront interdits au 17 octobre », nous confirme la porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux, Marie-Hélène Émond.

Et les amendes seront extrêmement salées. « L’exploitant d’un commerce qui contrevient aux dispositions du premier alinéa commet une infraction et est passible d’une amende de 2500 $ à 62 500 $, ajoute Mme Émond. Le producteur qui contrevient à ces dispositions commet une infraction et est passible d’une amende de 5000 $ à 500 000 $. En cas de récidive, ces montants sont portés au double. »

La propriétaire de la boutique La Croix verte et activiste pour le cannabis médical, Shantal Arroyo est renversée par ce passage de la loi provinciale, qui risque de lui mettre encore plus de bâtons dans les roues.

« T’as le droit de ne rien faire! dit-elle. C’est terminé les événements pour le 420. Ça coupe toute forme de promotion. Par exemple, je ne pourrai pas vendre de produits dérivés pour mon entreprise. La Loi est extrêmement confuse et je prédis qu’il va y avoir des batailles judiciaires et ça va engorger les tribunaux. Tout le contraire de ce que la légalisation devrait faire. »

Voici donc quelques classiques qui seront bientôt interdits :

Simon Coutu est sur Twitter .

Plus de VICE
Chaînes de VICE