FRANCE

Le Guide du Routard édite un fascicule pour aider les migrants

Ce manuel de 90 pages uniquement composé de dessins doit permettre de faciliter le dialogue entre les migrants — qui parlent une multitude de langues et de dialectes — et les associations chargées de leur accueil en France.
21 septembre 2015, 4:00pm
Image via le JDD / Guide du Routard

Le Guide du Routard, une collection française de guides touristiques, va publier un fascicule destiné aux migrants pour les aider à communiquer avec les ONG chargées de leur accueil en France. Souvent les migrants se retrouvent confrontés à la barrière de la langue. Ainsi, ce guide, financé par l'agence Voyageurs du Monde et le Guide du Routard, doit permettre aux migrants de pointer du doigt des images pour se faire comprendre des personnes qui les accueillent en France. L'ouvrage sera tiré à 5 000 exemplaires

Le Guide du Routard a été créé en 1973 et s'inspire des « back packers' guides [des guides de voyages de baroudeurs] » américains. Le Guide du Routard est une institution bien connue en France de l'industrie du tourisme, et propose près de 150 guides pour de nombreuses destinations touristiques du monde entier. Le « Routard » est directement inspiré de la série de guides de voyage, édités par les étudiants de l'université d'Harvard dans les années 1960, baptisés les « Let's Go, » qui proposaient de découvrir le monde à peu de frais.

Le manuel ici publié par le JDD de 90 pages du Guide du Routard, destiné aux migrants, baptisé Hello compte 5 rubriques : Informations pratiques, Hébergement, Santé-Hygiène, Nourriture et Loisirs. À l'aide des illustrations réalisées par le graphiste Pascal Gauffre, les migrants peuvent faire comprendre aux conseillers des centres d'accueil ce dont ils ont besoin : aller à l'ambassade, retirer de l'argent ou encore trouver une carte ou un lieu de culte.

L'idée est venue d'un des deux fondateurs du Routard, Philippe Gloagen, qui après avoir rencontré de nombreuses ONG chargées de l'accueil des migrants, a eu l'idée de faciliter le dialogue entre les migrants et les associations d'accueil. Les personnes qui arrivent en France parlent une multitude de langues et de dialectes. Pour éviter les soucis de traduction, il a alors eu l'idée de cette « BD sans parole, avec seulement des dessins, » comme il l'explique dans le Journal du Dimanche.

Pour Gloagen, la publication de ce manuel est aussi l'occasion d'envoyer un message au gouvernement. Sur les ondes de France Info, le patron du spécialiste des guides touristiques, a mis en cause, ce lundi matin, les « hésitations gouvernementales » quant aux réponses à apporter à la crise migratoire. « Nos gouvernants sont des poules mouillées, c'est à chacun de se débrouiller, » estime Gloagen, qui appelle les autorités françaises à « se remuer les fesses. »

Contacté par VICE News ce lundi après-midi, le Guide du Routard a fait savoir qu'il préférait rester discret sur cette initiative, qui a un but « humanitaire » d'après un porte-parole joint par nos soins qui n'a donc pas souhaité commenter d'avantage le projet.

« C'est un guide pratique pour faire face à toutes les situations, » explique à VICE News ce lundi, Jean-Francois Rial, le président de l'agence de voyages Voyageurs du monde, qui a offert de payer la moitié de l'investissement de 10 000 euros, nécessaires pour la confection de ce manuel — le reste étant pris en charge par le Routard. Pour Rial, ce petit guide correspond totalement à la philosophie du « voyage sur mesure » proposé par son agence, qui défend « l'universalisme de l'humanité ».

Il reviendra à la FNARS (Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale) de distribuer les manuels aux associations qui en ont besoin. La FNARS regroupe 870 associations de solidarité et organismes qui viennent en aide aux plus démunis.

Pour Rial, c'est un « devoir » pour l'industrie du tourisme que de s'engager en faveur des migrants.

D'autres professionnels de l'industrie du tourisme se sont aussi mobilisés pour venir en aide aux migrants. VVF Villages, une association française de tourisme spécialisée dans l'hôtellerie en villages de vacances, a annoncé mettre à disposition une vingtaine de sites pour l'accueil des migrants — notamment au cours de la période hivernale. 200 familles pourraient bénéficier de l'aide de VVF Villages. D'autres compagnies comme Costa Croisières ou Selectour vont faire des dons pour venir en aide aux migrants.

Des applications mobiles pour aider les migrants

Sur un autre plan, au début de leur périple à travers l'Europe, en Hongrie, les migrants peuvent depuis deux semaines bénéficier de l'aide d'une application mobile, InfoAid, qui leur permet d'avoir accès à nombre d'informations pour faciliter leur voyage. L'application compatible avec les téléphones équipés d'Android permet par exemple de savoir quelle frontière est fermée, quel moyen de transport choisir pour rejoindre tel ou tel pays ou encore d'en apprendre plus sur les conditions à remplir pour demander l'asile.

Développée par Enys Moses et Nina Kov, un couple de Hongrois, InfoAid est disponible en 6 langues : arabe, urdu, pachtoune, farsi, anglais et hongrois. Kov, née en France dont le père avait dû quitter la Hongrie dans les années 1970, explique à l'AFP que les migrants « ne savent pas ce qui leur arrive, on les prive de l'accès à l'information — parfois de manière consciente, si cela arrange les autorités. » Le couple prévoit d'enrichir leur application de nouvelles langues à commencer par le grec. InfoAid compte 700 usagers actifs et plus de 100 nouveaux utilisateurs chaque jour.

En Croatie, autre porte d'entrée du continent européen alors que le passage hongrois semble être bloqué, une initiative numérique vient en aide aux migrants. Une page Facebook, intitulée Dear refugees : Welcome to Croatia, permet notamment aux migrants d'éviter les champs de mine qui subsistent en Croatie — souvenirs funestes de la guerre d'indépendance croate qui s'est déclenchée suite à l'effondrement de la fédération yougoslave dans les années 1990.

En février dernier, une application mobile destinée aux réfugiés syriens avait eu un franc succès en Turquie, où émigrent nombre de Syriens qui fuient la guerre. L'application « Ghorbetna » (un mot arabe qui fait référence à une personne étrangère au pays où elle vit) permet de consulter des offres d'emploi, les lois turques ou encore les actualités turques. La Turquie, pays voisin de la Syrie, compte plus de 2 millions de réfugiés syriens sur son sol.

Suivez Pierre Longeray sur Twitter : @PLongeray

_Image via le _JDD / Guide du Routard