Publicité
Drogue

L' Arizona Iced Tea se tourne vers la weed et ce n'est qu'un début

Les marques des années 90 ont besoin d'argent. Le cannabis pourrait être la réponse.

par Alex Norcia
19 Août 2019, 7:14am

Collage par Hunter French. Photos via Shutterstock

L' Arizona Iced Tea, comme le site Eater l'avait déjà souligné, a « toujours été cool ». La société produit la bombe de thés glacés, peu chers, et aux packagings si distinctifs avec leurs motifs colorés fluorescents qu’elles ressortent dans les frigo des nightshops ou des station-services. Vestiges des années 90, d’une décennie optimiste, elles existent toujours sous la mêmes forme. Depuis des millénaires, le produit a semblé grandir avec nous. En mai, pour l'inauguration de sa nouvelle mission Chinese Food à Brooklyn, le chef emo Danny Bowien a même créé un menu entier autour de la marque.

Selon le Wall Street Journal, vous pourrez peut-être bientôt boire un Arizona et vous défoncer d'un seul coup. Le fabricant de boissons basé à Woodbury, New York, a signé un accord de licence avec Dixie, une société de cannabis de premier plan à Denver, qui pourrait éventuellement produire des boissons infusées à la weed.

« Ces clients ne savent pas à quelle marque de cannabis faire confiance, mais ils ont confiance en certaines marques dans d'autres industries » – Nam Tran, responsable d'une agence de création

Ce mouvement, qui n'en est encore qu'à ses débuts et en attente de l'approbation du conseil d'administration de Dixie, est, à bien des égards, une frappe préventive. Un pari sur l'avenir intime des marques grand public aux attraits nostalgiques et du cannabis, selon des experts, un avenir qui pourrait bien être le début d’un flot de pivots professionnels.

« Il s'agit probablement de l'union de l'une des société les plus connues dans le monde du cannabis et d'une énorme marque de boissons », a déclaré Sam Kamin, professeur de droit et politique de la marijuana à l'Université de Denver. « C'est énorme ». Bien que d'autres marques ne se soient pas encore jetées dans cet espace, elles sont de plus en à se diriger dans cette direction.

« Du point de vue de marque, on voit clairement que les tendances de la culture dominante sont corrélées à la manière dont les produits sont commercialisés et se positionnent envers le cannabis », a déclaré Jon Lowen, cofondateur de Surfside, qui aide ses clients à faire la publicité de leurs produits à base de cannabis. « Utiliser le nostalgie des années 80 et 90 a définitivement une résonance parmi la génération X et les millennials. »

Nam Tran, responsable de GoodFellas, une agence de création, de branding et de vente axée sur le cannabis, a fait le même constat. « Bien sûr que ça va arriver, a-t-il déclaré. Dans certains États, le cannabis est légal seulement depuis quelques années et une bonne partie des clients sont de nouveaux utilisateurs ou des utilisateurs qui n'en ont pas consommé depuis des années. Ces clients ne savent pas à quelle marque de cannabis faire confiance, mais ils ont confiance en certaines marques dans d'autres industries. »

L'Arizona, cependant, est vraiment la première du genre à se lancer dans cette sphère, et celle qui pourrait créer une potentielle brèche pour l'avenir. Enfin, si vous ne prenez pas l'alcool en compte. L'année dernière, le propriétaire de la bière Corona a dépensé 4 milliards de dollars pour augmenter ses parts dans une société productrice de cannabis. La marque Lagunitas de Heineken, basée en Californie, peut-être mieux connue pour ses excellentes IPA, a récemment créé une eau pétillante enrichie au cannabis.

Néanmoins, la logistique de la distribution d'un tel produit est particulièrement épineuse aux USA, en ce sens que vous ne pouvez pas fabriquer un produit comme le thé glacé Arizona imbibé de weed et le transporter (en vrac ou autrement) légalement à travers les frontières des différents États. « Dixie est licencié dans plusieurs États et ces produits devraient être conformes à la réglementation de chaque État dans lesquels ils seront vendus, a déclaré Kamin. Arizona Iced Tea va devoir s'adapter à l'état où le produit sera fabriqué et celui où il sera vendu, et il s'agit certainement d'un modèle économique différent de celui que connaissent la plupart des fabricants de boissons. »

Naturellement, il existe plusieurs revers à cette inévitable commercialisation, même si économiquement, elle fait parfaitement sens. Selon Robert MacCoun, professeur de droit à l’Université de Stanford, l’un d’entre eux sera l'augmentation du nombre de consommateurs.

« Arizona Beverage Company prend une décision parfaitement sensée si elle est considérée uniquement d'un point de vue commercial, a écrit MacCoun dans un email. Mais il n'est pas nécessaire d'être un hystérique du réfrigérateur pour se demander : Hmm, un réfrigérateur rempli de boissons fraîches par une chaude journée d'été - qu'est-ce qui pourrait potentiellement mal tourner ? »

Néanmoins, les lois relatives à ce type de partenariat d'entreprise sont clairement assouplies. En mai, le gouverneur du Colorado, Jared Polis, a signé une loi autorisant une société cotée en bourse, ou des investisseurs extérieurs, à acheter jusqu'à deux sociétés de cannabis dans son État.

« Certains États, comme le Colorado, réalisent qu'ils vont perdre des capitaux au profit de pays comme le Canada, où c'est tout à fait légal, pays qui tentent d'attirer des capitaux », a déclaré M. Kamin.

Quitte à savoir quand ça va arriver en Europe, c'est une toute autre histoire.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Cet article a été publié sur VICE US.