Dur comme un combat entre vaches
Photo

Dur comme un combat entre vaches

Chaque printemps, les éleveurs suisses de vaches d'Hérens se retrouvent pour faire combattre leurs bêtes.
19.10.16

Il y a de ça plusieurs siècles, les Romains organisaient des combats de gladiateurs dans l'arène de Martigny, un petit village du canton pittoresque du Valais, en Suisse. Aujourd'hui, ce vestige est le théâtre de combats de vaches – une véritable tradition suisse.

Chaque printemps et été, dans toute la vallée, près de 200 vaches d'Hérens participent à des tournois lors desquels elles se battent pour leur honneur et celui de leur éleveur. Les propriétaires des bêtes, qui repartent avec un chèque s'ils gagnent, chérissent leurs vaches d'Hérens plus pour leur nature résolument belliqueuse que pour leur lait.

Publicité

À l'inverse des taureaux espagnols, le combat semble inhérent à ces vaches suisses. En effet, lorsque de nouvelles vaches rejoignent le troupeau, la hiérarchie doit être réévaluée et c'est alors que s'ensuivent des combats. Les vaches n'y sont pas forcées. Néanmoins, si elles sont trop nerveuses et refusent le combat durant un tournoi, on leur retire des points et elles sont éliminées au bout de deux défaites. Les vaches sont classées en différentes catégories selon leur poids et se battent pour le très convoité titre de reine. Le temps fort de la compétition est le combat final entre les sept gagnantes. La tradition veut que tous les éleveurs restent assis à regarder leur vache, en mangeant une raclette et en buvant du fendant – le vin local.

Le photographe Jojo Schulmeister s'est rendu au dernier combat de vaches de la saison, le 4 octobre, dans l'amphithéâtre de Martigny.