FYI.

This story is over 5 years old.

News

Ilias Kasidiaris est le beau gosse un peu débile de l’Aube Dorée

L’enfant chéri de l’extrême droite grecque a encore fait des siennes.
04 octobre 2013, 2:25pm

Ilias Kasidiaris et ses copains, ressemblant comme deux gouttes d'eau aux néonazis grecs qu'ils sont (Image via)

Je suppose que vous vous souvenez qu'un rappeur antifa a été poignardé à mort à Athènes il y a un peu plus d'une semaine. Les responsables présumés ? Le parti de l'Aube Dorée. Le responsable du parti, Nikolaos Michaloliakos, et quatre autres députés – dont Ilias Kasidiaris, qui en est le porte-parole – ont été arrêtés samedi dernier, accusés d'avoir formé et d'appartenir à une organisation criminelle. La police, qui enquête sur les liens entre ce meurtre et Aube Dorée, a également arrêté 13 membres du parti et émis au total une trentaine de mandats d'arrêt.

L'Aube Dorée, qui occupe 18 des 300 sièges du Parlement grec depuis les élections de 2012, menace de démissionner massivement, et cette instabilité politique pourrait porter préjudice à la Grèce entière au moment où Athènes pourrait avoir à négocier un troisième plan d'aide international.

Parmi les membres de l’Aube Dorée, Ilias Kasidiaris, encore méconnu il y a un an, est désormais l’un des plus médiatisés. J’ai interviewé pas mal d’analystes pour essayer de comprendre pourquoi.

Danseur, auteur, agent des forces spéciales, agresseur de femmes, membre du Parlement grec et de l'Aube Dorée, conducteur supposé de voitures impliquées dans des agressions racistes, Ilias Kasidiaris est l’incarnation de la renaissance néonazie. Il est jeune, il est bronzé, il est beau, il s'épile. Il ne sort jamais sans ses lunettes de flic, et sa coupe en brosse fait plus « playboy méditerranéen » que « partisan de l’eugénisme ». Le prince héritier de l'Aube Dorée est le général d'une armée inédite qui canalise la colère qui bouillonne dans les rues grecques pour en faire un truc haineux entièrement dirigé contre l’Autre.

Ilias Kasidiaris a 32 ans. Il est sûrement déjà apparu sur votre radar : en juin dernier, une vidéo du porte-parole de l'Aube Dorée frappant la députée grecque communiste Liana Kanelli en live à la télé a fait le tour du monde. Après ça, il a été enfermé dans une pièce pour attendre la police. Réagissant comme n'importe quel homme politique rationnel, Kasidiaris a enfoncé la porte et s’est enfui.

Depuis sa planque (dans le QG du parti), il s'est défendu : « J'ai fait ce que des millions de Grecs auraient fait : quand quelqu'un vous frappe au visage, il faut vous défendre. » Le seul problème avec ces explications est que personne ne l'avait frappé ; il avait jeté un verre d'eau sur une femme assise de l'autre côté de la table, alors Kanelli s'est levée pour manifester son désaccord. Il l'a donc poussée et frappée au visage.

La quasi-intégralité du paysage politique grec s’est frotté les mains : les opposants à l’Aube Dorée ont un instant espéré que l'Aube Dorée s'écroule après avoir montré son vrai visage, un masque de haine qui recouvre un autre masque de haine. Leurs espoirs ont été déçus. En quelques heures, un des groupes Facebook pro-Kasidiaris avait gagné quelque 6 000 membres, et le parti faisait un bond de 2 % dans les sondages. Le peuple grec a vu le vrai visage du fascisme moderne, et ça leur a plu. Une quinzaine de jours plus tard, Ilias Kasiriadis était élu au Parlement avec 13 937 votes dans la circonscription de l'Attique, deux fois plus que l’opposant arrivé juste derrière lui.

Le mois dernier, ses collègues du Parlement grec ont dû voter une deuxième fois afin de lever son immunité parlementaire. Cette fois, c'était pour qu'il puisse être jugé pour voie de fait après la gifle. Kasidiaris a réagi comme un abruti : il a insisté pour qu’on lève qu'on lève son immunité et a assigné en justice Kanelli, la femme qu'il a frappée. C'est la méthode d’innocence feinte de Bill Clinton, sauf qu'Ilias frappe les femmes au lieu d’insérer des trucs dedans.

Sa contre-attaque judiciaire est un stratagème juridique standard, mais n’en reste pas moins immature. Ilias Kasiriadis est un brailleur : ses discours consistent à se plaindre jusqu’à ce que plus personne ne l’écoute et à dresser des listes de griefs contre des ennemis flous : les médias, « l'élite », les Bangladais, les Égyptiens, les Sionistes et tous ceux qui veulent « notre » peau.

Ilias Kasidiaris frappe une femme à la télé.

Le micmac de théories du complot et de faits aberrants qu’il débite sans éloquence mais avec rage séduit. La Grèce a dépassé le stade de l'énervement, et le visage continuellement enragé de Kasidiaris est la personnification de l'inintelligible colère du pays.

Dans un de ses premiers discours au Parlement, l'enfant prodige a lu des passages des Protocoles des sages de Sion, un document qu’on sait pourtant fabriqué de toutes pièces depuis presque un siècle. Évoquant ses ennuis avec la justice, il a cité le « Protocole 19 » : « Pour enlever au crime politique son auréole de bravoure nous placerons ceux qui l’auront commis au rang des autres criminels ; ils iront de pair avec les voleurs, les assassins et autres malfaiteurs du même genre odieux. »

« Je le décrirais comme une sorte de caricature », m’a dit Anna Stamou, responsable des relations publiques de l'Association des musulmans de Grèce. « Dans le processus politique, il a un rôle spécifique. Et c'est un rôle très pratique. Le peuple grec est en colère. Il veut punir les politiciens. Quand Ilias Kasidiaris a frappé Kanelli, ça a été interprété comme une attaque envers la classe politique. C’est la voix de la colère du peuple. »

L'incident Kanelli a étrangement joué en la faveur du porte-parole de l’Aube Dorée. Même son procès pour tentative de meurtre a ressemblé à un carnaval. Quand il a été jugé, en mars 2013, pour des faits datant de 2007 – souvenez-vous, il y avait eu une agression contre un professeur de l'université d'Athènes dans un parking, et Kasidiaris est accusé d’avoir été le chauffeur de cette action punitive –, l’Aube Dorée avait pris soin de remplir la galerie publique avec des grands casseurs aux crânes rasés pour adoucir le juge. Pendant qu’au même moment, la star du procès avait transformé la couverture médiatique de l’affaire en tribune pour ses discours égocentriques. Au final, il a été acquitté. Ce jour-là, il a déclaré du haut des marches, avec un air de défi : « Beaucoup de gens veulent que l'Aube Dorée reste marginale, a-t-il dit, mais nous sommes là, plus puissants que jamais, et bientôt nous serons aux commandes. »

« Vers la fin, le procès était une vraie comédie, a commenté Anna Stamou. « Le juge était clairement intimidé par la salle était remplie de gorilles rasés. Les tribunaux sont soit terrifiés par l'Aube Dorée, soit ils partagent leur point de vue. »

Kasidiaris n'a beau, aujourd’hui, n’en être qu’à son deuxième procès, il existe un grand nombre de preuves montrant son rôle actif au sein des violentes patrouilles anti-immigrants de l'Aube Dorée. Il a fait son service militaire obligatoire dans les Forces spéciales d'élite, Le Commando 35, à Chypre. Depuis, il n’a pas été avare de son savoir, apprenant des coups mortels et des techniques de karaté qu’on lui a appris à l'armée à la nouvelle génération de jeunes activistes.

« Ces derniers mois, il faisait attention à ne pas être associé à la violence, m’a fait remarquer Anna Stamou. Ils entraînent les jeunes à tabasser les gens – ils s’intéressent aux mineurs qui ne peuvent pas être poursuivis en justice. Ils ne le font pas eux-mêmes. Ils fonctionnent comme un gang. »

Des rumeurs voudraient que le zèle hargneux de Kasidiaris résulte du jour où il aurait été victime d’une embuscade et passé à tabac par des « immigrés » cherchant à prendre leur revanche. Depuis, ce qui était personnel est devenu politique. « Je pense qu'il s'est battu de nombreuses fois avec des anarchistes et des communistes », m’a confié Yiannis Baboulias, un journaliste qui a beaucoup étudié l'Aube Dorée. « Il s'est fait casser la gueule plus d'une fois, donc il est plutôt énervé. »

Mais dans la famille Kasidiaris, on a la droite dure dans le sang. Son grand-père serait un ancien collaborateur nazi pendant la guerre. L’affaire est difficile à confirmer parce que la plupart des archives dénonçant ceux qui avaient collaboré ont été brûlées et les péchés absous par le Premier ministre grec, Georgios Papandreou, immédiatement après le conflit. Son père était docteur et sa mère prof d'archéologie, mais c'est clairement son oncle – Nikos Michaloliakos, leader de l'Aube Dorée, placé en détention provisoire comme son neveu depuis hier – qui a le plus influencé sa trajectoire.

Oncle Nikos est un paramilitaire confirmé et un sympathisant de la junte de droite qui a dirigé la Grèce entre 1967 et 1974. Il a fondé l'Aube Dorée en suivant les conseils du leader de la junte emprisonné, Georgios Papadopoulos, et a passé une bonne partie des vingt dernières années à nier l'Holocauste. Sous sa protection, Kasidiaris s'est épanoui : plus son neveu remuait la merde, plus Michaloliakos, en comparaison, passait pour l’adulte responsable et tolérant. L’éternel good cop/bad cop. En tant que porte-parole officiel, très médiatique mais dépourvu de pouvoir de décision, Kasidiaris a eu quartier libre pour dire l'indicible, pendant que ses aînés, plus calmes, pouvaient lever les yeux au ciel.

« Dans l'opinion publique, il y a encore un an, l'Aube Dorée c'était Michaloliakos, m’a expliqué Aris Dimokidis, auteur et éditeur de Lifo.gr. « Le public ne connaissait que lui. Personne d'autre n'avait le droit de passer à la télé. Maintenant, Kasiriadis est encore plus connu que Michaloliakos. Je me demande s’il le voit comme une menace. »

Ilias Kasidiaris avec ses potes de l'Aube Dorée. (Image via)

Ilias s’est rapproché du pouvoir sans effort apparent. Il réussissait en cours, où il dit s’être beaucoup intéressé « à l'éducation civique et aux problèmes sociaux ». Il était également gymnaste. Il a pris des cours de tango pendant de nombreuses années, flirtant avec l'idée de devenir un jour danseur professionnel. Il a étudié à l'université d'agriculture d'Athènes où il a obtenu un diplôme en chimie et s'est spécialisé en technologies alimentaires. Il a ensuite travaillé comme inspecteur dans une usine de traitement des aliments. À l’époque, il était déjà actif dans le mouvement pour la jeunesse du parti de son oncle. Son endoctrinement a été rapide. Il a gravi les échelons de la jeunesse jusqu'à sa position actuelle de porte-parole en un clin d'œil, ce qui a engendré des problèmes au sein même de l’Aube Dorée.

« Je ne pense pas que quoi que ce soit ait mal tourné chez lui », m’a dit le journaliste Matthaios Tsimitakis, basé à Athènes. « Il faut comprendre : le fascisme est profondément enraciné dans le pays. Au cours du XXe siècle, nous avons eu deux dictatures et une guerre civile. Beaucoup ont coopéré avec les nazis. Et ces personnes ont beau avoir été silencieuses pendant des dizaines d'années, ça ne veut pas dire qu'elles n'existent pas, nous l'avons vu dans d'autres pays. Et cet homme se contente de faire remonter à la surface des sentiments et des réflexes qui étaient déjà là, enfouis. »

En 2010, Kasidiaris a commencé à écrire des livres. Sector X a été son premier bouquin. Il y parle de « la dernière zone de résistance d'une frontière fragmentée ». Un endroit où les vrais patriotes qui « résistent à l'assimilation » traîneront lorsque le jour du jugement de la guerre raciale arrivera. Sector X était le célèbre groupe de contre-résistance des Grecs pendant la seconde guerre mondiale, qui avaient pour mission de chasser et d’exécuter sommairement les partisans. Une des plus célèbres photos de Kasidiaris le montre debout à côté d'un poster Sector X, faisant le salut nazi. Ce livre est le premier d'une série de « huit nouvelles historiques pour huit batailles, où l'esprit des guerriers et la vertu de la guerre sont soulignées dans leur dimension véritable, aussi bien au niveau physique qu'au niveau métaphysique ». Quand même. Pour le lancement du bouquin, Michaloliakos a expliqué comment le livre représentait un nouveau type de littérature, parce qu'il était écrit par un homme d'action plutôt que par un intello barbu et communiste. On peut donc supposer que Michaloliakos préfère Andy McNab à Anna Gavalda.

S'inspirant du livre de Mussolini, Kasiriadis semble cultiver activement sa signature d'Homme de la Renaissance. « Je pense que c'est voulu, m’a affirmé Tsimistakis. Ça fait partie de leur éducation. N'oubliez pas que le fascisme et le nazisme sont deux idéologies totales qui visent la perfection humaine. Ils ne font que prolonger la tradition. Ces mecs sont de vrais fascistes.

Kasiriadis, qui qualifie sans problème les immigrés de « sous-humains », reste une espèce d'énigme : il semble avoir une vie disciplinée et ascétique, et en même temps frôler l’excentrique. Il vit toujours avec ses parents dans la banlieue d'Athènes. S'il a une copine, ils vivent cachés. La fois où il a de plus approché la « liaison » avec qui que ce soit, c'est quand il a été photographié en vacances avec la triple sauteuse de haies grecque qui a été exclue des JO de Londres pour ses tweets racistes. Il semble plutôt marié à sa cause. Ou alors est-ce un génie des relations publiques qui se fait passer pour un idiot ? Ou alors peut-être que nous réfléchissons trop : est-il complètement ABRUTI, et se fera prendre à son propre jeu bien assez tôt ? C’est plutôt la deuxième option qui semble prévaloir, ces deux dernières semaines, même s’il est trop tôt pour savoir où toute cette affaire va le mener.

« Je ne crois pas qu'il soit intelligent, m’a dit Samou. Mais il plaît à la jeunesse. C'est un effet de mode, maintenant. Ils va à la gym, il prend soin de son corps. Il a l'air d'un gagnant. On a envie de le suivre. »

Tsimistakis n'était pas du même avis : « Oui, je dirais qu'il est intelligent. Ce n'est pas le seul. L'Aube Dorée a eu de nombreux membres intelligents. À mon avis, le fascisme est un truc idéologique, mais c'est aussi une sorte de maladie. Ces gens ont mal compris les fondamentaux, mais ils peuvent développer des idées complexes. Beaucoup d'entre eux sortent des ouvrages idéologiques où ils exposent une vision du monde complexe mais complètement régressive. »

« Je pense qu'il est aussi intelligent que les autres membres de l'Aube Dorée, m’a suggéré Dimokidis. Mais son physique compte pour beaucoup. Il est devenu une sorte de pin-up – un sex-symbol pour certaines femmes et certains gays. J'ai vu sur son profil Facebook des centaines de femmes qui disent “t'es un beau gosse”. Dans une organisation où ils ont tous des têtes à coucher dehors, il fait très boy-next-door. Ça l’aide à diffuser insidieusement ses idées. »

Peu importe ce que vous pensez de la gelée qui lui sert de cerveau, si l’issue du procès lui est, à nouveau, favorable, il occupera le paysage politique grec pour encore un bout de temps – ou du moins, jusqu’à ce qu’il ne parvienne pas à réprimer son envie de casser de l’antifa ou de l’immigré.

_Suivez Gavin sur Twitter: _@hurtgavinhaynes

Plus d'intolérance :

L’EXTRÊME DROITE BRITANNIQUE S’EST PRIS SA PREMIÈRE RACLÉE DU PRINTEMPS – À Brighton, les gens pètent la gueule aux fascistes par habitude

BARRES DE FER EN TERRES NÉOFASCISTES – 20 000 lieues sous la haine, avec les démocrates suédois

LES NÉONAZIS GRECS FONT DU SPORT EN BORD DE MER – On a retrouvé les photos du camp d'été d'Aube Dorée