Santé

J’ai essayé un test de fertilité à domicile

Les start-ups capitalisent sur l'angoisse de la fertilité, mais les tests à domicile ne sont peut-être pas aussi fiables qu’on ne le pense.
14.12.20
Vice Tonic1634
Foto via Tonic 

« Tu voudras combien d'enfants quand tu seras grande ? » Je me souviens qu'on me posait tout le temps cette question dans la cour de récréation de l'école. Mes copines et moi faisions un brainstorming sur les noms de bébés et discutions de l’âge auquel nous laisserions nos futures filles se faire percer les oreilles. 

Mais avoir des enfants n'est pas aussi facile qu'il y paraissait à l'époque. Des études suggèrent que la fertilité masculine a diminué de manière significative au cours des quarante dernières années, bien que la cause de cette baisse ne soit pas encore claire. Les femmes choisissent également d'avoir des enfants beaucoup plus tard dans la vie, et ont donc plus de mal à concevoir

Publicité

Sur une note plus positive, les célébrités comme les gens ordinaires brisent enfin le tabou de l'infertilité, des fausses couches, des FIV ou de l’incapacité à concevoir sur les réseaux sociaux. Mais cet intérêt du public a également incité les entreprises à exploiter le filon en proposant des tests à domicile en vente libre qui prétendent déterminer les principales causes d'infertilité. 

Selon le site d'information Sifted, l'industrie de la fertilité a connu un boom durant la pandémie. La startup suisse Legacy, qui teste la qualité du sperme, a vu ses commandes décupler, et son homologue danoise ExSeed connaît aussi un grand succès. La demande a également augmenté pour Apricity, une clinique de fertilité numérique qui propose des prises de sang à domicile et des consultations pour les femmes, qui peuvent être suivies de traitements en personne dans des cliniques partenaires au Royaume-Uni.

La société néerlandaise Grip Fertility, fondée cette année, vend des tests sanguins qui analysent les niveaux d'hormones associés à quatre des principales causes d'infertilité chez les personnes ayant un utérus : ovulation irrégulière, problèmes de thyroïde, trompes de Fallope obstruées et faible nombre d'ovules (généralement lié à l'âge). Par exemple, un taux de testostérone élevé est un signe révélateur du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), une maladie hormonale qui arrête ou retarde l'ovulation. Le test analyse également le taux d'hormone antimüllérienne, ou AMH, considérée comme l'un des meilleurs indicateurs du nombre d'ovules restant dans les ovaires. Enfin, Grip teste également le taux de TSH, qui peut indiquer des problèmes de thyroïde.

Publicité
Image from iOS (1).jpg

L'auteure tenant le test de Grip Fertility. Photo : Tessel Ten Zweege.

Curieuse de savoir où j’en suis au niveau de ma fertilité, je décide d'essayer un de ces tests. Je précise que j’ai 22 ans et que je suis en bonne santé. Je commande le test Grip, qui coûte 129 euros si vous utilisez une contraception hormonale et 159 euros si vous n'en utilisez pas. D'après leur site, ce dernier est plus cher car il permet de tester deux autres hormones qui sont supprimées par la contraception hormonale. Je pique mon doigt, je presse quelques gouttes de sang dans un tube et je l’envoie au laboratoire, le tout depuis chez moi.

Quelques jours plus tard, Grip me contacte pour me dire que mon taux d'ovulation est normal pour une personne de mon âge et que ma ménopause débutera vers mes 51 ans. Je suis assez contente de le savoir, surtout parce qu'on ne découvre généralement ses problèmes de fertilité qu'après avoir eu des problèmes pour tomber enceinte. 

Grip laisse entendre dans sa FAQ que son produit vient combler une lacune du système de santé. « Les médecins ont pour instruction (compréhensible) de ne s'occuper que des patients malades, peut-on lire. En conséquence, les femmes en bonne santé qui souhaitent faire une analyse de sang ne sont généralement pas prises en charge, et encore moins orientées vers un spécialiste. »

Mais la vérité est que ni Grip ni aucun autre de ces tests ne peuvent prédire avec précision votre capacité à concevoir. Frank Broekmans, gynécologue et professeur d'endocrinologie et de chirurgie de la reproduction au centre médical universitaire d'Utrecht, a contribué à la mise au point du test Grip. Il a déclaré dans une interview (depuis supprimée) sur le site de Grip que la fertilité est en fait « assez complexe » et que ces tests ont des limites. « Un test comme celui de Grip peut donner des informations sur le nombre d'ovules en examinant l'hormone AMH, a-t-il déclaré. Mais il ne décrit pas la qualité réelle de vos ovules. » Et même si c'était le cas, la qualité des ovules change de mois en mois. 

Publicité

Selon une étude de 2017, les hormones testées par les kits de fertilité ne prédisent pas réellement la capacité d'une personne à concevoir. Par exemple, l'étude explique que les personnes ayant un faible taux d'AMH (ou moins d'ovules) peuvent toujours concevoir normalement tant que leurs ovules restants sont libérés régulièrement. Il existe également des raisons non hormonales à l’infertilité, comme la forme de l'utérus ou des maladies comme l'endométriose, où la paroi de l'utérus se développe dans d'autres parties du corps. L’âge et le mode de vie sont également importants.

Les experts ont soulevé des questions similaires sur les tests de fertilité masculine à domicile. Même si le nombre de spermatozoïdes est normal, il peut y avoir d'autres problèmes qui rendent la conception difficile, comme la distance à laquelle vos spermatozoïdes peuvent nager, leur concentration ou leur forme.

La gynécologue Annemiek Nap, de l'hôpital Rijnstate d'Arnhem, ne voit pas l'intérêt de faire des tests chez soi. « Les gens peuvent se sentir rassurés après avoir passé le test, mais les résultats peuvent s'avérer faux », dit-elle. Malheureusement, peu de tests permettent de savoir si vous aurez du mal à tomber enceinte. « Le moyen le plus efficace d'avoir des enfants est de commencer à temps », dit-elle. Quant aux couples hétérosexuels : « Concevoir dans le confort de son propre lit est bien plus agréable que de passer par un processus éprouvant à l'hôpital. »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.