À la rencontre du mec qui fait le tour du monde sans rien payer
Les photos sont de Thor Pedersen.
Interview

À la rencontre du mec qui fait le tour du monde sans rien payer

Thor Pedersen a trouvé le moyen parfait de voyager à moindres frais – il grimpe sur des porte-conteneurs.
15.12.16

Le mois dernier, les gars qui gèrent United Airlines ont annoncé qu'il mettait en place un nouveau système de tarification. Désormais, si vous voyagez via cette compagnie – ce qui, en France, n'arrive pas tous les jours, je vous l'accorde – vous devez payer un supplément si vous désirez vous situer au bord d'une allée. J'imagine que d'ici quelques années, il faudra payer pour aller déféquer ou choper une bouteille d'eau, ce que feront de nombreux voyageurs désireux de traverser les océans afin de découvrir de nouvelles contrées.

Publicité

Après, vous pourriez faire comme Thor Pedersen et voyager via des porte-conteneurs. Vous savez, ces immeubles flottants absolument répugnants qui quadrillent la planète. Pour ce faire, il vous faudra être extrêmement flexible, pas très regardant sur le confort et absolument pas pressé. En gros, il vaut mieux que vous ne travailliez pas, vu qu'il vous faudra deux semaines pour traverser le Pacifique – contre douze heures en avion.

Thor Pedersen, lui, n'en a pas grand-chose à faire de perdre son temps sur un bateau. Aujourd'hui, il a mis pied à terre dans 121 pays – son but étant de voyager dans tous les États du globe. Pour y parvenir, il a décidé de ne jamais prendre l'avion. C'est depuis le Kenya qu'il a répondu à mes questions et qu'il m'a expliqué comment il avait réussi à tenir son budget.

VICE : Salut Thor. Tu peux m'expliquer pourquoi tu voyages sur un porte-conteneurs ?
Thor Pedersen : En fait, à peu près 200 personnes dans le monde ont voyagé dans tous les pays de la planète, et tous l'ont fait en prenant l'avion à un moment donné. Ça fait trois ans que je suis parti de chez moi, et j'ai découvert 121 pays pour le moment. Je ne suis jamais rentré et je n'ai jamais pris un avion. Quand vous voulez traverser l'Atlantique, vous n'avez pas le choix : vous devez prendre un porte-conteneurs si vous voulez éviter l'avion.

Tu ne t'emmerdes pas sur ces bateaux ?
Tant que mon projet est encore d'actualité, ça m'importe peu. Tu sais, quand je suis à terre, je passe mon temps à gérer mes demandes de visa, à parler à la presse, à rencontrer des gens. Quand je suis en mer, je suis tranquille.

Publicité

Que fais-tu quand tu es sur le bateau ?
En fait, l'eau est disponible en grande quantité grâce à un système de dessalinisation. En parallèle, les machines sont brûlantes. Quand tu fais passer cette eau par ces machines, tu obtiens de l'eau chaude en grande quantité. Je prends donc des douches de plusieurs heures sans culpabiliser par rapport à l'environnement. Sinon, je passe mon temps à lire, à dormir et à traîner sur le pont.

As-tu accès à quelques « services » sur le bateau, ou la vie est-elle très sommaire ?
Le dernier porte-conteneurs que j'ai pris était incroyable. Il y avait même un sauna et une piscine intérieure. Parfois, il y a le Wi-Fi. Il m'est arrivé de voir des aurores boréales, des dauphins, des baleines. Ça peut être extraordinaire. Bon, la plupart du temps, il n'y a que de l'eau à perte de vue, hein.

Tu n'as jamais peur ?
Une fois, alors que je voyageais dans l'Atlantique Nord, nous avons dû faire face à une tempête horrible. J'étais persuadé que j'allais crever. Le bateau tanguait, les vagues s'écrasaient contre les conteneurs. Le capitaine a décidé de ralentir l'allure à quatre nœuds. Si tu as le malheur de ne pas t'agripper à quelque chose, tu pars à l'autre bout de la pièce. À un moment, j'ai demandé à l'équipage si tout cela était normal, et ils m'ont ri au nez en me disant que ce n'était rien du tout. J'ai passé quatre jours comme ça, à m'agripper.

Est-il possible de dormir dans un tel cas de figure ?
C'est presque impossible. Tu es baladé d'un bout à l'autre de ton lit. Les chaises se renversent tout le temps. D'ailleurs, il est également très difficile de manger. Quand tu es assis à une table, tu t'agrippes d'une main, tiens l'assiette d'une autre et tu dois donc te démerder pour manger sans les mains.

Thor en train de se préparer un vaccin sur le bateau le menant de l'Islande au Canada.

Comment fais-tu pour convaincre l'équipage de te laisser monter à bord sans payer ?
C'est bien entendu le plus difficile. Peu de compagnies t'offriront une cabine à bord, il faut donc les convaincre qu'elles y gagneront quelque chose. L'époque où tu pouvais monter à bord et bosser pour te payer un billet est révolue. Aujourd'hui, il te faut toutes sortes d'autorisations. Il faut avoir conscience qu'un étranger est un handicap pour un équipage. Pour ma part, et c'est là où tu voulais en venir, je voyage en tant qu'ambassadeur pour la Croix Rouge danoise. Dans les faits, ça m'ouvre pas mal de portes, notamment auprès des capitaines et des officiers. Ils s'identifient souvent à ça. Ça fait 40 ans qu'ils naviguent et ils sont toujours curieux quand je leur parle de mon projet. Ils se demandent quel taré peut vouloir visiter tous les pays du monde sans jamais prendre l'avion. Je suis donc très bien traité et il m'arrive de dîner avec le capitaine.

Ça ne te coûte rien du tout ?
Depuis le début de mon projet, j'ai payé une fois pour prendre un porte-conteneurs : c'était 15 dollars par jour. Une autre fois, j'ai dû payer 60 dollars d'assurance. Et c'est tout.

Suivez les aventures de Thor sur son site internet.

Suivez Mike Pearl sur Twitter.