Publicité
Crime

Les animaux meurent toujours dans le Golfe du Mexique, cinq ans après la marée noire de BP

Un nouveau rapport de la National Wildlife Federation dit que les dauphins continuent d'y disparaître de façon inhabituelle.

par Matt Smith
01 Avril 2015, 1:25pm

Photo by Gerald Herbert/AP

Près de cinq ans après la marée noire causée par l'explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, au large des côtes américaines, des spécialistes de l'environnement estiment que les dégâts causés par cette catastrophe écologique menacent toujours la vie marine dans la région.

La National Wildlife Federation (NWF), une ONG écologiste américaine, affirme que la mortalité des dauphins est anormalement élevée au large des côtes de Louisiane, que le rétablissement d'une espèce de tortue de mer s'est arrêté, et que des coraux situés dans les fonds marins ont souffert de l'exposition au pétrole. Dans un nouveau rapport de 29 pages, l'organisation analyse les conditions de vie de 20 espèces et affirme qu'un plus grand nombre d'espèces ont probablement été touchées.

« Etant donné la quantité significative de pétrole restée dans les fonds marins du Golfe, et vu l'utilisation sans précédent de dispersants chimiques à grande échelle, pendant la marée noire, il faudra des années, voire des décennies, pour mesurer l'ampleur du désastre de Deepwater Horizon », dit la NWF. « Il est clair que la surveillance scientifique étroite de l'écosystème du Golfe et de sa faune doit continuer, et que la restauration du milieu naturel doit commencer au plus tôt. »

L'ONG a réuni les données de nombreuses études scientifiques sur les conséquences de l'explosion sur la plateforme de forage, qui a tué onze employés et déversé du pétrole brut dans le Golfe du Mexique pendant trois mois. La compagnie pétrolière British Petroleum (BP), propriétaire de la plateforme, a déboursé 32 milliards de dollars pour nettoyer la zone, payer des amendes ainsi que des compensations financières. BP pourrait être condamné à payer 14 milliards de dollars supplémentaires, à l'issue d'un procès qui a lieu à la Nouvelle-Orléans.

À lire : Les deux pieds dans le pétrole : marée noire au Bangladesh

Le porte-parole de la NWF, Lacey McCormick, a déclaré à VICE News que la tortue de Kemp, qui vit le long du Golfe du Mexique, avait bénéficié de mesures de protection exemplaires, avant la catastrophe.

De sérieux efforts ont été entrepris pour la sauvegarde des espèces en danger, dans les années 1980, « l'amélioration de la situation était stupéfiante ». Mais, après la mort de 65 000 spécimens en 2010, le nombre de nids - qui augmentait de 15 à 20 pour cent par an auparavant - a chuté de 25 pour cent les deux années suivantes, explique Lacey McCormick.

« Il est clair que le rétablissement de la tortue de Kemp, que l'on considérait inéluctable, est maintenant compromis », poursuit-elle.

Une tortue de Kemp, espèce menacée.. (Photo via Flickr)

Les scientifiques continuent à étudier le phénomène de « mortalité inhabituelle » qui touche les dauphins dans le Golfe - un pic de mortalité qui a débuté deux mois avant la marée noire et qui continue depuis. Plus de 1 100 décès de dauphins ont été recensés depuis la fin de la marée noire, en juillet 2010, selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), une agence environnementale fédérale.

La NOAA se demande si une maladie a pesé sur ce taux de mortalité, mais les chiffres montrent que les décès sont moins nombreux sur les côtes du Texas et de Floride, moins touchées par la marée noire.

La compagnie BP a publié, à la mi-mars, un rapport affirmant l'absence « d'impact significatif à long terme » sur les espèces animales du Golfe. Le chef des relations publiques de BP, Geoff Morell, a qualifié l'étude de la NWF de « plaidoyer politique » qui « ignore commodément » les études publiques et indépendantes sur les conséquences de la marée noire.

Dans une déclaration écrite, Geoff Morell poursuit : « Les prédictions terribles faites en 2010 ne se sont pas produites - en grande partie grâce à la résistance du Golfe, des processus naturels et de l'efficacité de la réponse et des efforts de nettoyage effectués par BP sous la direction du gouvernement fédéral. »

En réponse, Lacey McCormick, de la NWF, a affirmé à VICE News qu'une bonne partie des études fédérales sur les dommages dans le Golfe restent cachées aux yeux du grand public, tant que le procès suit son cours. « Ce serait vraiment bien de les voir maintenant », a-t-elle ajouté.

À lire : Un scientifique payé un million d'euros par des pétroliers pour nier l'impact de l'homme sur le climat

Suivez Matt Smith sur Twitter: @mattsmithatl

Photo via Flickr