Santé

Voilà pourquoi vous êtes si anxieuse pendant le syndrome prémenstruel

Il y a beaucoup de choses à prendre en compte quand on parle du stress et des règles, y compris les hormones, l’alimentation et la santé mentale en général.

par Wendy Wisner
10 Octobre 2019, 6:56am

Photo de
Sergey Filimonov via Stocksy

Comme 90 % des femmes, j’ai subi le syndrome prémenstruel (SPM). Chaque mois, j'ai été frappée par tous les symptômes possibles : ballonnement, sautes d’humeur, fringales, maux de tête, larmes, irritabilité, seins sensibles, nausée, gaucherie, épuisement, diarrhée. Je pensais vraiment que j’avais tout vu jusqu’à il y a quelques mois, quand la pire crise de panique et d’anxiété que j’aie jamais eue s’est déclenchée juste avant mes règles.

Je n’ai pas fait tout de suite le lien entre le syndrome prémenstruel et mon anxiété aiguë. Quand j’avais huit ans, on m’a diagnostiqué des troubles d’anxiété et je suis habituée à avoir des crises de temps en temps. Elles font partie de ma vie. Mais après le troisième mois consécutif de crise, je me suis rendu compte qu’il y avait un lien entre mon anxiété et mon cycle menstruel.

Ce qui m’a mis la puce à l’oreille, c’était la dimension plus physique de mon anxiété et de ma panique. D’habitude, quand j’ai une crise d’anxiété, ça commence par des pensées qui défilent, puis ça évolue avec des signes physiques tels que la sueur, la nausée et une accélération du rythme cardiaque. Cette fois-ci, j'étais chez moi et tout à coup j’ai senti mon cœur battre lourdement dans ma poitrine. Je me suis aussi réveillée au milieu de la nuit, le cœur et le ventre faisant les montagnes russes.

En discutant avec quelques amies, j’ai compris que je n’étais pas la seule dans ce cas. Beaucoup d’entre elles ressentent aussi une anxiété exacerbée durant le SPM. Quand j’ai tapé sur Google
« anxiété et SPM », il y avait des tas de résultats sur l’irritabilité et la mauvaise humeur généralisée mais pas grand-chose sur une véritable anxiété.

Heureusement, alors que les symptômes avaient surgi de nulle part, ils ont disparu après quelques cycles, donc je n’ai pas jugé nécessaire de tout raconter à mon médecin. Cependant, en faisant ma petite recherche, j’ai appris que l’anxiété relative au SPM est quelque chose de relativement courant chez les femmes, bien que rarement abordé. Il se trouve que pour quelques femmes, il existe une corrélation entre les fluctuations hormonales du cycle menstruel et les réactions chimiques de l’anxiété et de la panique.

Mary Jane Minkin, gynécologue-obstétricienne et professeure clinicienne à l’École de médecine de Yale, aux Etats-Unis, dit que l’anxiété est un « symptôme phare » du trouble dysphorique prémenstruel (TDPM), une version plus sévère que le SPM affectant environ 5 % des femmes réglées. Bien que l’on ne connaisse pas exactement ce qui cause le TDPM, il pourrait être dû à une baisse de sérotonine, qui, dans certains cas, est liée à une hausse du niveau d’anxiété.

Selon Minkin, il ne s’agit pas d’un TDPM si les symptômes sont « une exacerbation des symptômes déjà présents ». Au contraire, on est certain qu’il s’agit d’un TDPM quand la personne est
« complètement dépourvue de symptômes durant la première partie du cycle ».

« Si vous ressentez du stress et de l’anxiété avant l’apparition de vos symptômes, cela peut augmenter les symptômes du SPM, qui à leur tour augmenteront vos symptômes de stress et d’anxiété » – Iram Kazimi, médecin et psychiatre

Minkin met en garde contre l’auto-diagnostic et ajoute que l’on souffre TDPM que si les symptômes apparaissent uniquement durant la seconde moitié du cycle menstruel. Elle recommande de tenir une charte du cycle menstruel pour clairement observer toute corrélation entre le SPM et l’anxiété.

Gynécologue-obstétricienne à Santa Monica, Tristan Bickman convient que la plupart des symptômes du SPM sont dus à une baisse de sérotonine pendant la seconde moitié du cycle menstruel. Bickman explique que pour les femmes qui ont le syndrome menstruel, la baisse d’œstrogènes entraîne également une chute du taux de sérotonine, ce qui déclenche les symptômes du SPM.

Ce ne sont pas seulement les hormones qui sont en jeu ici : présenter de l’anxiété en général est une condition préalable à l’anxiété liée au SPM. « Une anxiété déjà présente ou une dépression est un facteur de risque du SPM, affirme Bickman. D’autres facteurs de risque du SPM sont les antécédents familiaux, un stress élevé, un manque d’exercice, une augmentation de la consommation de café, et une mauvaise alimentation. »

Bickman cite également le stress, qui, que l’on ait ou non des troubles d’anxiété, peut surgir dans la vie et devenir une potentielle cause d’anxiété liée au SPM. « Le stress est directement lié au SPM, explique-t-elle. Un niveau plus élevé de stress est un facteur de risque pour le développement du SPM. »

Pourrait-on dire qu’avoir un taux élevé de stress en général – pas seulement au moment du SPM – ne rend votre syndrome davantage empreint de panique et d’anxiété ? Oui, absolument, répond Iram Kazimi, médecin et psychiatre à l’École médicale McGovern de Houston. « Il semblerait que tout stress chronique et toute anxiété accentuent les symptômes du SPM, reprend Kazimi. Si vous ressentez du stress et de l’anxiété avant l’apparition de vos symptômes, cela peut augmenter les symptômes du SPM, qui à leur tour augmenteront vos symptômes de stress et d’anxiété. »

BINGO. Les mois où j’avais un SPM et une anxiété aigus étaient aussi les mois où mon mari attendait une réponse pour un emploi, où un accident avait détruit notre voiture, où l’on avait emmené mon enfant aux urgences pour une crise d'asthme et où nous avions formulé une offre d’achat pour une nouvelle maison.

« Pratiquer la pleine conscience, de tenir un journal intime, de faire des thérapies et des exercices comme solutions »

Kazimi pense que l’un des principaux facteurs est la hausse du taux de cortisol qui survient juste après les règles. « Il est possible que les femmes souffrant de ce type d’anxiété liée au SPM aient un niveau d’anxiété plus faible durant le mois et celui-ci est simplement exacerbé par le cortisol, non par le SPM », suggère Kazimi. Elle ajoute que, dans certains cas, l’anxiété du SPM pourrait découler de la peur du SPM lui-même. Certaines d’entre nous ont des symptômes si terribles pendant le SPM qu’elles redoutent terriblement ce moment du mois, ce qui contribue à notre anxiété.

OK, donc sans parler de l’origine de l’anxiété, qu’est-ce que nous pouvons faire pour améliorer les choses ? Évidemment, un gynécologue-obstétricien ou un autre professionnel de santé sera plus à même de vous conseiller, mais les experts donnent quelques lignes directrices.

Puisque votre niveau général de stress peut affecter l’intensité des symptômes du SPM, le truc, c’est de destresser pendant votre cycle menstruel. Minkin conseille de pratiquer la pleine conscience, de tenir un journal intime, de faire des thérapies et des exercices. Bickman précise que des changements dans l’alimentation comme la réduction de caféine et le fait de manger plus d’acides-gras oméga-3 est une bonne idée. Si votre mode de vie et les changements dans votre alimentation ne sont d’aucune aide, dit Bickman, et que votre anxiété liée au SPM est particulièrement intense, demandez à votre médecin d’essayer les inhibiteurs sélectifs de la capture de la sérotonine (ISRS) ou des contraceptifs oraux pour équilibrer vos hormones.

Il est intéressant de noter que, selon les dires d’un médecin, des carences en vitamines et en minéraux pourraient jouer un rôle dans ce problème. Bickman précise que les insuffisances en calcium, vitamine B6 et magnésium ont toutes été associées au SPM.

Les causes et les traitements contre l’anxiété du SPM ne sont pas toujours clairs et nets, rappelle Kazimi. « Le syndrome prémenstruel et l’anxiété sont tous deux incroyablement complexes,” dit-elle. “Ce qui peut causer l’anxiété chez une femme peut ne pas causer d’anxiété chez une autre, ou peut en causer d’une manière complètement différente. »

Quoi qu’il en soit, l’anxiété est un symptôme tout à fait légitime du SPM, et bien qu’il ne soit pas en tête de liste, comme les sautes d’humeur et les fringales, il est assez courant. Je ne me fais pas une grande joie d’ajouter un autre potentiel symptôme du SPM à ma liste, mais savoir que ce que je vis est réel pourrait être le premier pas vers la réduction de mon stress et vers la résolution de ce problème.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:
Stress
Menstruation
Esprit
hormones
anxiété
règles