Publicité
Cet article a été publié il y a plus de 5 ans
Stuff

Des tarés inconnus sur ma banquette

Tout le monde se plaint du comportement des chauffeurs de taxi de Toronto, mais il faut bien reconnaître qu'ils font quand même un métier pourri.

par Angela Hennessy
15 Mai 2013, 3:30pm

Récemment, une grosse polémique a entouré les chauffeurs de taxis à Toronto. Certaines personnes demandent que les chauffeurs de taxi soient surveillés, au prétexte que beaucoup d’entre eux adopteraient une conduite imprudente voire dangereuse, et représenteraient donc une menace pour la société. Mais conduire un taxi, peu importe où, est une tâche plutôt ingrate. Et particulièrement à Toronto, où la concurrence est rude – beaucoup de chauffeurs de taxis sont surdiplômés et le système de taxi est en train de s’effondrer. Je suis allée parler aux chauffeurs de taxi pour recueillir leur version de l’histoire et comprendre ce à quoi ils avaient à faire. Apparemment, ils ont vécu quelques situations horribles. Voici quelques anecdotes flippantes qu’ils ont partagé avec moi.

Se faire étrangler avec sa ceinture de sécurité

On prend parfois des clients bourrés et on les raccompagne chez eux, pour qu’ils rentrent en sécurité. L’alcool en rend certains violents. Une fois, un passager a essayé de m’étrangler avec ma ceinture de sécurité. Le mec voulait aller à Lawrence & Warden depuis le centre ville. Je lui ai dit : « Tu veux aller où, mon frère ? » et je lui ai demandé s’il allait s’endormir, auquel cas je pouvais rentrer l’adresse dans le GPS histoire qu’on arrive là-bas tranquille. Il m’a répondu : « Non, non, je vais pas m’endormir. » Quand on a commencé à s’approcher de cette partie de la ville, je lui ai redemandé l’adresse mais il n’a pas voulu me la donner. Je lui ai dit : « Je peux pas continuer à conduire – il faut que tu me dises où tu vas, sinon je vais devoir appeler la police. » C’est là qu’il a attrapé la ceinture du siège conducteur et a commencé à m’étrangler en disant : « Roule, enfoiré ! » J’ai arrêté la voiture et détaché la ceinture de sécurité puis j’ai essayé de sortir de la voiture. Sérieux, personne a le droit de m’étrangler. Quand j’ai ouvert la porte, il s’est enfui en courant.

Foncer dans un arbre

J’ai pris deux mecs à la sortie d’un club et ils m’ont demandé d’aller à Waterloo. Ils m’ont dit que leur limousine était partie sans eux. Quand je suis sorti de l’autoroute, ils m’ont demandé de prendre une rue différente de celle que je comptais prendre et je me suis rendu compte que ça sentait pas bon. Pas de lumière ni rien, et j’étais seul, avec ces deux mecs assis à l’arrière. La course coûtait plus de 60 dollars et la carte de l’un des mecs avait été refusée. J’avais un peu peur parce qu’on était loin du centre-ville. Je leur ai demandé de laisser quelque chose dans la voiture (comme garantie), pendant qu’ils allaient chercher de l’argent chez eux et ils m’ont immédiatement attrapé la nuque et m’ont frappé à la tête avec un outil que j’ai dans la voiture. J’ai soulevé mon pied de la pédale de frein. Je suis rentré dans un arbre et j’ai plié ma caisse. J’ai de la chance qu’ils ne m’aient pas tué.

Deux filles tarées sur la banquette arrière

Je commençais tout juste à être chauffeur, il y a trois ans et demi, quand il y a eu une baston entre deux filles à l’arrière de ma voiture. Elles s’étaient fait virer du XS Nightclub, le videur les avait mises dans ma voiture et je ne savais pas quoi faire. Je venais juste de commencer dans le métier. Les filles voulaient aller à Scarborough. Je conduisais sur la Don Valley Parkway et j’ai paniqué. Elles se battaient, il y avait du sang partout. L’une des deux mettait des coups de chaussure à talons à l’autre. Elles ont ouvert la porte alors qu’on était sur l’autoroute. Il y avait des cheveux partout dans la voiture et finalement, l’une des deux est venue à l’avant de la voiture et l’autre est partie en courant. Celle qui était restée menaçait de casser mon GPS. J’ai appelé la police mais ils m’ont prévenu qu’ils ne viendraient pas avant un bon moment, à moins que des armes ne soient impliquées. Quand je suis sorti de la voiture, la fille est partie. Elle est rentrée dans son immeuble et s’est enfermée. J’ai attendu à l’extérieur pendant une heure et la police n’est jamais venue. Mon service était terminé et j’avais perdu 45 dollars.

Être utilisé comme moyen de fuite après un braquage de banque

J’ai servi de chauffeur après un vol à main armée. Un type m’a arrêté entre Oakwood et St. Clair. Il m’a demandé si je pouvais attendre ses deux amis qui arrivaient. J’ai dit oui. Puis deux mecs ont débarqué trois à cinq minutes plus tard et m’ont demandé de les conduire à Yonge et Wellesley. Je me suis exécuté. On aurait dit des lycéens. Deux d’entre eux portaient des sac à dos et l’un des garçons tenait un sac rempli de blé, ce que je ne savais pas à ce moment là. J’ai donc remonté Mount Pleasant avant de tourner sur Wellesley. La route était dégagée alors que c’était l’heure de pointe et je me suis demandé ce qui se passait. Je roulais encore quand j’ai vu une quinzaine de policiers braquer leur flingue sur ma voiture. L’un d’eux a pris un porte-voix et a crié : « Sortez de la voiture un par un ! » J’étais terrifié. En y repensant, [les passagers] avaient l’air un peu nerveux, mais je n’imaginais pas, sur le moment, qu’ils étaient tous armés.

Se faire menacer de mort  pour 10 dollars

J’étais sur Bay Street un samedi soir. Quatre taxis faisaient déjà la queue et j’étais le dernier donc j’ai décidé de partir. Puis quelqu’un m’a fait signe. J’ai pris le client et un chauffeur de taxi m’a suivi. Il s’est mis à mon niveau, a baissé la vitre et m’a dit : « Si tu prends l’argent de ce client, je me pointe chez toi et je baise ta mère ! » On aurait dit qu’il était complètement taré. Certains chauffeurs de taxis sont fous, ils seraient prêts à tuer pour dix dollars. Ils sont tellement cons qu’ils risqueraient l’accident pour prendre un client. Ils s’en foutent. Ils font ça pour le fric. Ce mec était prêt à me buter pour un client.

Boire et conduire

Un chauffeur de taxi s’est fait choper en train de boire pendant son service. Il titubait en face du Centre Air Canada. On s’est rendu compte qu’il buvait dans sa voiture et qu’il passait ses pauses dans des bars : ce mec buvait en travaillant. Il s’est fait embarquer à la sortie d’un bar ; il a fait un gros demi-tour et faisait des écarts, et la police l’a attrapé. J’arrive pas à le croire.

Illustrations par Alex Sheriff

Suivez Angela sur Twitter : @angelamaries

Plus de transports :

TROIS SPÉCIMENS D'AUTOCHTONES DANS LE BUS – Quand je ne suis pas sous la douche ou devant la télé, je prends le bus. Je déteste ça

ATTENDEZ, EST-CE QUE TOUS CES CHAUFFEURS DE TAXI INDIENS SONT MORTS ? – Dormir comme un bébé dans la ville la plus chaotique du monde

À LA RECHERCHE DES GRANDS HOMMES – Quinze jours sur les rails de l’Amtrack à la découverte de l’Amérique