Musique

Ces producteur·ices font vibrer le paysage musical belge

L’avant-garde d’Obsequies, les rythmes chauds de Susobrino ou les enregistrement Lo-Fi d’Helenah : voilà de quoi mettre la Belgique sur la carte des beats.

par Arthur Brouns; photos Arthur Brouns
24 October 2019, 8:42am

Ne ratez plus jamais rien : inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et suivez VICE Belgique sur Instagram .

Depuis que les logiciels de musique comme Fruity Loops, Ableton ou Logic se sont démocratisés (merci Piratebay), il n'est plus rare de tomber sur un·e producteur·ice. De plus en plus de gens font du son, beaucoup de chambres se sont transformées en homestudios et les beats lo-fi de votre cousin commencent à sonner juste. Avec des beat battles comme « Champion Sound » ou la « Made in Belgium » de Lefto, plusieurs événements font avancer la musique belge, mais les producteur·ices restent encore souvent hors des radars. VICE vous présente 8 artistes belges qui repoussent les frontières des clubs, et qui transforment le paysage musical avec leur propre identité.

Noannaos

Ce collectif constitue l'espoir le plus prometteur de la musique de demain. Susobrino, Pippin et Ashley Morgan se sont connus à la Hogeschool PXL, à Hasselt, et sont prêts à retourner la scène belge. C’est ce qu'ils ont d'ailleurs commencé à faire lorsqu'ils ont chacun remporté le « Champion Sound » les uns après les autres.

Ayant tous un regard différent sur la musique, ils offrent chacun une palette diversifiée et étendue de sons, provenant de tout ce qui se trouve sur leur chemin, pourvu qu’ils aient leur enregistreur avec eux. VICE les avait d’ailleurs suivi lors de leur résidence en nature avant leur première release, Project Cucuron.

1571903864081-noannaos-bewerkt
De gauche à droite : Susobrino, Pippin et Ashley Morgan

Susobrino

Rythmes suaves de samba, lignes de guitare enflammées et une grosse dose de cris mêlés à une batterie électronique contemporaine, il est évident que ce jeune d’origine bolivienne au grand sourire qu’est Suso Perez maîtrise non seulement la musique latino-américaine, mais aussi des beats plus intenses. Grosse ambiance garantie quand il est aux commandes : Suso a gagné deux fois le « Champion Sound ». Son premier album « La Hoja De Eucalipto » est sorti sur le label portugais XXIII et il a pu faire un remix d’une des chansons de la légende flamande Will Tura. Cette année, on peut s'attendre à un EP uniquement composé de morceaux de guitare classique.

Pippin

Il n'y a pas de frontières dans le monde de Pippin ; tout est connecté et en mouvement constant. Aussi complexes que soient ses rythmiques, elles ne sont pas pour autant difficile à apprécier. Tous les sons sont équilibrés et transformés en un tout organique où le rythme et la mélodie fluctuent constamment dans une narration continue.

Bien que les mélodies de son premier EP « OMLA » puissent être mélanco, la batterie les contrebalance, pour que ça reste énergique. Cette énergie peut être sentie sans mal dans sa musique, grâce à des constructions rythmiques intenses et rapides, construites sur des superpositions de pistes de sons futuristes et traditionnelles. Avec une centaine de titres sur son disque dur, il n’y a plus qu’à patienter pour leurs releases.

Ashley Morgan

Sous son précédent blaze LTGL, Ashley s'était déjà rendu à L.A., où il s'est produit au Low-End Theory, la Mecque de la scène hip-hop progressive, et a reçu les compliments de The Gaslamp Killer. Ses beats sont bruts, énergiques et chargés d’éléments sonores aussi surprenants qu’inédits.

Après trois ans de pause, Ashley est enfin de retour. Avec son nouveau single « Seaweed & Algaes », il prouve non seulement que sa musique brille d'originalité, mais qu’il se passe aussi un truc dans ses textes.

Dans le passé, il nous avait déjà montré comment il pouvait retourner un club de derrière son ordi portable. Maintenant, il rappe aussi sur scène.

Ses beats sont un mélange de bruits et de musique club expérimentale, mélangés à des accords jazzy et des solos de guitare qui feraient sourire André 3000. Avec des influences allant de Chon à Hudson Mohawke, on peut s'attendre à un univers très ouvert dans le premier projet d'Ashley « LETGOLETGOLETGOLETGO » qui sort bientôt.

Helenah

Helenah-bewerkt-2

Non, ce n'est pas la musique d’intro de THX sous crack, mais bien le son d’Helenah.

Avec son premier album sorti le 18 octobre sur le label bruxellois Montage Records, Martijn de Bondt nous entraîne dans son journal intime sonore. Ses enregistrements Lo-Fi sont placés sur bande, puis les percus sont enregistrées et transformées par des synthétiseurs jusqu'à ce que plus rien ne soit reconnaissable.

Comme on pouvait s'y attendre de la part d’un auteur de BO de film muet, l'aspect narratif est toujours présent et tangible dans sa musique. Mais Martijn ne reste jamais dans sa zone de confort. Son prochain album est issu d’une fusion entre l'écriture de chansons et l’électro.

A z e r t y klavierwerke

AlanVanRompuy

« Vruchteloos Gehamer » est le dernier album d'A z e r t y Klavierwerke. Le titre est un clin d’oeil ironique à la musique hardcore. Pianiste et compositeur de jazz de formation, Alan Van Rompuy a décidé il y a deux ans d'élargir son spectre musical avec des sonorités électroniques. Fortement influencé par des artistes comme Aphex Twin, Autechre et de labels comme Warp Records, il cherche aujourd'hui de nouveaux moyens de transmettre sa propre imagination au public. Avec des sons organiques issus d'objets du quotidien (des coquillages ou des tuiles, par exemple), il réalise des associations peu orthodoxes qui sont ensuite transformées en masse amorphe, car tous ces objets seront détruits de toute façon. Alan est plutôt du genre radical.

Il est aussi la moitié de Vieze Meisje, un projet club créé Maya Mertens dans lequel il produit les beats. Iels feront la première partie de LOOKMUMNOCOMPUTER en novembre.

Pour cette année, on peut également s'attendre à un nouvel album et une performance live avec l’actrice Dounia Mahammed au Pilar à Bruxelles.

SKY H1

1571911299316-SkyH1

Pendant son enfance, SKY H1 utilisait des cassettes pour enregistrer Eurodance ; une influence que l'on peut encore sentir dans sa musique. Son éducation musicale s’est faite à travers les musicien·nes de son entourage et les émissions Bok Bok sur Rinse FM. À l’époque, Rinse FM était une radio pirate qui programmait la dance underground la plus fraîche du Royaume-Uni. SKY a commencé à jouer sur cette radio quelques années plus tard. Avec des projets sur des labels berlinois tels que Creamcake et PAN, elle a façonné sa musique dans le berceau de la musique électronique. Ses mixes éclectiques expriment son amour pour différents styles, de l’électro UK à l'ambient progressive, et montrent que tous les mélanges sont possibles tant ces combinaisons sont complémentaires. On peut sans aucun doute percevoir cette caractéristique dans son dernierpodcast CXEMA

Actuellement, elle a plusieurs projets de BO prometteurs en cours dans le monde du cinéma. On a hâte de voir son nom défiler dans les génériques et d’entendre ce qui pourrait être un avant-goût de son album, prévu pour l'année prochaine.

Obsequies

Obsqequies

La musique d'Obsequies, c’est avant tout une absence de forme. Partant d'une compo conçue par lui-même - ce qui lui donne la liberté d'aborder son processus créatif de la même manière - il crée des structures fragmentaires complexes qui ne sont jamais deux fois les mêmes. Les impacts violents et bruts contrastent avec des mélodies finement ficelées, et cela donne un tableau plutôt précis de l'interaction entre l’artiste et son environnement. Élevé à la musique classique, Obsequies en a gardé un héritage perceptible des années plus tard. Avec une approche avant-gardiste où il utilise son propre codex pour visualiser ses morceaux, il cherche à utiliser son ordi portable aussi librement qu'un instrument acoustique, afin de pouvoir improviser en live.

Avec des tournées en Europe de l'Est et la sortie de son premier album « Organn » chez Knives (UK), il a déjà acquis une certaine reconnaissance internationale, mais on peut encore s’attendre à beaucoup de sa part en Belgique.

Lander Gyselinck

Lander-Gyselinck

Lander a fait l’école en jazz mais a toujours été amoureux de tout ce qui se joue sur le dancefloor. Avec une identité qui ratisse large, du Bebop aux beats de J-Dilla en passant par les polyrythmies ethniques, il montre dès son plus jeune âge qu'il veut explorer tout le spectre de la batterie. Pour lui, ce sont autant d’explorations éclectiques avec un son qui lui est propre : brut, énergique et accessible mais complexe. Aucun genre n'empêchera Lander de mettre la Belgique sur la carte de la musique.

Après avoir fait ses preuves avec Stuff. et Beraadslagen, Lander a maintenant un nouveau projet avec le jeune pianiste néerlandais Niels Broos (qui a déjà travaillé avec BinkBeats) ainsi qu’avec le bassiste Dries Laheye, qui a joué avec Niels à Jameszoo. Avec ses improvisations, ce trio apportera un second souffle au genre.

Avec un nouvel album de Stuff. à venir et un EP solo sous l'alias HHIT, Lander aura beaucoup de choses à nous offrir cette année - comme tou·tes les artistes de cette sélection d'ailleurs.

Tagged:
electro
Belgique