Publicité
Sexe

Pourquoi les internautes veulent-ils baiser Venom ?

Spoiler : ça n'a rien à voir avec Tom Hardy.

par Luke Winkie; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
11 October 2018, 2:15pm

Capture d'écran de la bande annonce de Venom Trailer par Beckett Mufson

Cet article a été initialement publié sur VICE US.

La tératophilie, à savoir l’attirance pour les monstres et les personnes difformes, connaît actuellement son heure de gloire. En automne dernier, Grippe-Sou, le clown maléfique du film Ça, avait excité les passions des fans de monstres d’Internet, n’en démontre le Tumblr Pennywise Confessions, toujours aussi actif aujourd’hui. Et en mars dernier, la 90 e cérémonie des Oscars a décidé d’attribuer la plus haute distinction de l'industrie à un film portant sur des relations sexuelles entre une créature marine écailleuse et Sally Hawkins. Il faut croire qu’Hollywood gardait son monstre le plus excitant pour la fin, puisqu'aujourd’hui sort Venom, joué par Tom Hardy – super-vilain de Marvel et ennemi principal de Spiderman, connu pour ses crocs imposants et sa langue protubérante.

« C’est Noël pour les tératophiles ! » lance Tatum Howlett, modératrice d’un célèbre Tumblr sur les monstres, lorsqu’on l’interroge sur la récente obsession de l'industrie du film pour les bestioles gluantes et méchantes. « J’aimerais croire qu’Hollywood ne connaît pas notre communauté, et que ces derniers mois n’ont été qu’une coïncidence, mais maintenant que les films de "monstres" sont de plus en plus populaires, je commence à penser qu'il y a des recherches en cours. Et je ne vais certainement pas m’en plaindre ! »

Les tératophiles sont très sérieux quand ils disent vouloir forniquer avec un monstre en particulier. Certes, il y a une foule de vannes à faire au sujet de la taille et de l'épaisseur de la langue de Venom, mais sur Tumblr et FanFiction.net, vous trouverez une foule de gens véritablement investis dans ce fétichisme. Julia Alexander, du site Polygon, souligne qu'il existe des auteurs érotiques légitimes sur le sujet : Virginia Wade, par exemple, gagnerait jusqu’à 30 000 dollars par mois grâce à son odyssée sexuelle Cum for Bigfoot. Les gens adorent ces trucs-là, et Venom, qui fait partie de la conscience collective depuis plusieurs décennies, avait déjà été élevé au rang de culte charnel bien avant que Hardy ne signe. « L’engouement autour de Grippe-Sou n’est qu’une vaste plaisanterie, mais l'attrait de Venom en tant que concept est bien plus réel », explique Alex, une utilisatrice de Twitter qui admet avoir elle-même le béguin pour Venom. « J'en ai vu pas mal des pornos avec Venom. Même des trucs que j'ai trop peur de regarder. »

Alex m’explique que son attirance n'a pas grand-chose à voir avec Hardy, mais qu’elle est plus axée sur la nature insidieuse de Venom lui-même. Le personnage est né de la fusion d'un mec nommé Eddie Brock et d'un symbiote extraterrestre qui s'infiltre dans sa peau et lui confère des super-pouvoirs – c'est cette dynamique du pouvoir qui excite Alex. « J'aime le fait que Venom pénètre dans l'esprit de son hôte et le contrôle », explique-t-elle. « Le fait qu'il puisse prendre une forme anthropomorphique est un bonus. » Un autre fan de monstres, qui dirige le Tumblr m0nsterpiss, dit être attiré par les tentacules, les dents et l’arrogance de Venom, et ajoute qu’il « le sucerait sans hésiter ».

Encore une fois, rien de très nouveau. Les monstres célèbres – pensez à King Kong, Dracula et Nosferatu – s’accompagnent tous d’une certaine déviance sexuelle. Venom n’est pas différent. Dans un billet instructif publié sur son Tumblr, l’utilisatrice Cobwebbing explique que le personnage est parfois décrit comme un individu attachant et empathique dans les bandes dessinées. « Venom essaye de détourner son image de monstre horrible en aidant les gens et en étant un héros, mais avec beaucoup de maladresse », dit-elle par mail. « Il y a une citation dans la narration qui résume cela : "Même quand Venom essaie de bien faire, des gens meurent !" »

Selon Cobwebbing, Eddie Brock et le symbiote entretiennent une sorte de relation sadomasochiste. « Ils dînent ensemble, parlent de leurs rêves et de leurs sentiments. Ils se manquent l’un à l’autre quand ils sont séparés, et se réjouissent quand ils peuvent être à nouveau Venom ensemble », poursuit-elle. « Eddie se réfère au symbiote en des termes affectueux comme "amour" et "chéri", et estime que leur lien est plus fort qu’une relation de couple. » Cobwebbing espère que le public et les fans de monstres se souviendront de cet aspect de Venom, et pas seulement des blagues salaces au sujet de sa langue.

Les monstres ont toujours existé et ont toujours alimenté les fantasmes. La technologie a permis aux gens d'exprimer leur excitation envers des hommes-bêtes abominables, et de donner à ce fétichisme une visibilité. « Ça fait du bien de savoir que je ne suis pas la seule tordue assoiffée de parasites extraterrestres », conclut Alex.

Ve

réalisé par Ruben Fleischer, en salles dès ce soir.

Luke Winkie est sur Twitter.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram et Facebook.

Cet article a été publié sur VICE US.