Photos

L’autre genre de photographie de bouffe de Darby Routtenberg

Avec sa série The Foodamentals of Life, la photographe montréalaise explore le malaise social qui entoure la nourriture.

par Sara Hini
24 mai 2019, 8:22pm

Photo par Darby Routtenberg

Sur les réseaux sociaux, il est devenu inévitable de tomber sur des publications en lien avec la nourriture. On est bombardé d'images, de tendances et de messages en rapport, de près ou de loin, avec notre alimentation : la fameuse diète keto, l’incontournable food porn, le controversé clean eating ou le populaire hashtag #thisiswhyimfat. La série The Foodamentals of Life, de la jeune photographe montréalaise Darby Routtenberg, explore justement cette passion-obsession dans plusieurs scènes puissantes. Au travers de photos baignant dans un univers extravagant à l'esthétique léchée, elle tente d'illustrer des comportements et des habitudes alimentaires avec un humour décalé.

J’ai rencontré Darby à l'université Concordia, où elle a étudié au programme des beaux-arts, pour discuter de son travail. La conversation a été haute en couleur, oscillant entre fous rires et sujets sérieux. La série The Foodamentals of Life, parfois absurde, mais visuellement captivante, est à l’image de sa créatrice. Elle m'a accueilli dans une tenue rose en peluche qu'elle portait avec assurance.

« Toute ma vie, j’ai eu une relation assez conflictuelle avec la bouffe, car j’ai toujours été plus grosse que les autres », m’explique Darby, quand je lui demande de me parler de sa propre relation avec la nourriture. « Évidemment, je mettais toujours le blâme sur ce que je mangeais. Mais on ne peut pas nier que la nourriture soit vitale à notre survie. Je trouvais fascinant que, malgré cette nécessité, on ait tous un rapport différent et souvent complexe avec ce besoin de base. Aujourd'hui, j’ai plus confiance en moi, et ma perception des choses a beaucoup évolué. »

1558728632971-DOG-IS-GOD
Photo par Darby Routtenberg

Dans les différentes scènes qu’elle photographie, elle illustre plusieurs sujets qui la fascinent : « J’ai commencé avec le plus évident. La photo de la fat girl entourée de fast-food est un cliché qu’on s’attend à voir. Ou encore la femme faisant de l'exercice avec une banane sur le sol montrant que, pour la plupart des gens, le sport et la nourriture vont de pair. J’ai ensuite voulu explorer une autre dimension, précise Darby. La photo du chien avec le homard représente le fait que souvent des animaux domestiques mangent mieux qu’une grande partie de la population trop pauvre pour s'acheter autre chose que du riz. »

1558728841984-Banana-Slip
Photo par Darby Routtenberg

Elle parle aussi de la contradiction qui ressort de l’image de la jeune femme sniffant de la poudre de bonbon ressemblant à de la cocaïne : « Même si on sait clairement que certains aliments sont mauvais et bourrés de produits chimiques, on continue à les consommer. Comme avec la drogue ou la cigarette, malgré des risques mortels. We know what we’re eating is shit but we just keep eating it. »

1558728669475-Drugs-R-Fun-Dip
Photo par Darby Routtenberg

L’artiste joue aussi beaucoup avec les mots dans ses compositions. Cherry Girls en est le parfait exemple : « Il y a une expression en anglais qu’on utilise pour parler de la perte de virginité : popping a girl’s cherry. C’est intéressant qu’on fasse référence à la nourriture pour un aspect sur lequel la société porte une si grande importance et pour parler de l’intérieur du corps de la femme. C’est pour ça que les filles sont habillées en blanc, symbole de pureté, et que l’une d’elles tient ses cheveux de façon à montrer la pression du sexe qui suffoque les jeunes ados. » Elle ajoute que c'était le genre de photo le plus long à créer. « Quand j’ai une idée, je la laisse mariner pendant quelques semaines. No pun intended! Par la suite, je prends le temps qu’il faut pour l'exécuter comme je l’imagine et, surtout, pour trouver l’endroit idéal. »

1558728712686-Cherry-girls
Photo par Darby Routtenberg

Mettre autant d’heures sur une création et plonger profondément dans la recherche d’un sujet a définitivement affecté la perception de la photographe : « Étrangement, je me sentais plus détachée et moins obsédée sur ma propre relation avec la nourriture. Ç’a été cathartique sans que je m’en rende compte. En réfléchissant à tous ces liens complexes qu’on peut avoir avec la bouffe, j’ai réalisé que mon problème était minime en comparaison à d’autres enjeux. »

Malgré le sérieux de ce qu’elle exprime, Darby désire conserver une touche d’humour dans son exploration visuelle : « Ça me permet d’illustrer un sujet plus lourd, le message passe mieux et il est plus facile à digérer. And here’s another food pun. »

Quant aux réactions face à ses photos, elle m'avoue que, même si généralement les gens adorent son travail, l’effet initial est assez fort. « J’ai fréquemment droit à des : “ What the fuck!?” La photo avec l’alligator, c'est constamment ça. Mais j’aime cette réaction, ça permet de commencer une discussion et d’aller plus loin dans la signification de l’image. »

1558728757557-Fried-Alligator
Photo par Darby Routtenberg

Je lui demande d’en dire plus sur cette photo qui est, de loin, la plus populaire de sa série. Avec de nombreux éléments forts, dont le luxueux sac en cuir et le pot de poulet frit, la photographe a créé un environnement décadent et un peu surréaliste. « Non seulement je voulais représenter notre relation aux animaux et à notre consommation de viande, mais c’est aussi un commentaire sur les classes sociales », souligne-t-elle.

Cette série ne s'arrête pas là : la photographe compte y ajouter une dizaine de scènes. « Je suis présentement en train de parler avec la famille d’une amie qui est grecque orthodoxe. Je me questionne sur comment la nourriture fitte dans leurs pratiques religieuses. » Il s’agit d’un travail de longue haleine qu’elle se sent excitée de continuer.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Enfin, pour revenir sur le jeu de mots qui a inspiré le titre de sa série, je lui demande de me révéler son « fondamental » de la vie. Elle divague dans plusieurs directions pour finir avec : « Tout comme j’ai fait avec ce projet, je pense que c’est de ne pas avoir peur, d’aller de l’avant avec ses idées, malgré l’incertitude. Même si ça paraît stupide ou fou, mener à bien une vision personnelle, c’est le best fucking feeling ever. C’est aussi de faire ce qui nous rend heureux sans se soucier de l’opinion des autres. »

1558729063304-Anxietea
Photo par Darby Routtenberg
1558729084135-Cherry-Girl
Photo par Darby Routtenberg
1558729109622-PASTA-GIRL