Non, l'huile de coco n'est pas « meilleure » pour la santé – bien au contraire

De plus en plus de preuves scientifiques mènent à la conclusion qu'il faut vraiment arrêter d'en foutre partout dans la bouffe.

|
21 Juin 2017, 10:34am

Photo via Flickr user mealmakeovermoms

Selon Goop, le site « lifestyle » de Gwyneth Paltrow, l'huile de coco est à peu près aussi miraculeuse que l'eau de Lourdes. Les bienfaits de cette huile – bio et vierge, bien entendu – sont « potentiellement illimités ». « Il suffit de l'utiliser à la place d'une huile végétale conventionnelle ou du beurre pour obtenir par exemple des frites extra-healthy. De nombreux gourous des régimes ont agité cet « ingrédient détox délicieux » comme une mesure préventive infaillible contre Alzheimer ou l'obésité. Bref, l'huile connaît ses 15 minutes de gloire éphémères.

Et ça pourrait ne pas durer. Cette semaine, l'American Heart Association (AHA) a publié un communiqué expliquant que l'huile de coco n'était pas particulièrement bonne pour la santé et qu'elle ne l'avait jamais été. L'AHA cite une quantité non négligeable de preuves scientifiques avant de tirer cette conclusion : vous devriez vraiment arrêter de mettre de l'huile de coco dans votre bouffe.

LIRE AUSSI : Comment éclater une noix de coco sans y laisser un doigt

Le problème avec l'huile de coco, selon l'AHA, c'est que 82 % du gras qu'elle contient est un gras saturé. C'est plus que dans le beurre, le gras de bœuf ou le lard de cochon. Du coup, l'huile de coco augmente considérablement le cholestérol LDL – le mauvais cholestérol – et contribue à l'augmentation du nombre de maladies cardio-vasculaires. L'AHA souligne ensuite que ces maladies cardio-vasculaires sont la « première cause de mortalité dans le monde avec 17,3 millions de décès par an. »

Alice H. Lichtenstein, scientifique chevronnée et directrice du laboratoire de l'université de Tufts en recherches cardio-vasculaires a répondu à MUNCHIES : « La majorité des preuves, qu'elles viennent d'étude observationnelle ou interventionnelle, vont dans le sens des recommendations qui suggèrent de remplacer les gras saturés, qu'on trouve dans les produits d'origine animale comme la viande et les produits laitiers, par du gras non saturé, qu'on trouve dans les huiles végétales comme le soja ou le colza. L'huile de coco est une huile végétale mais elle rentre dans une catégorie un peu particulière, qu'on pourrait appeler 'huile tropicale'. Ces huiles tropicales ont un taux très élevé en gras saturé. Le meilleur conseil qu'on puisse donner c'est simplement de remplacer l'huile de coco par d'autres huiles. »

La bonne réputation de l'huile de coco viendrait d'anciennes études sur la perte de poids arguant que les triglycérides à chaîne moyenne (TCM) pourraient augmenter le rythme métabolique. Mais l'huile de coco ne contient qu'une faible quantité de TCM – environ 13 à 15 %. D'autres études réfutent aussi l'idée que les TCM pourraient avoir un impact sur la perte de poids. Marie-Pierre St-Onge, chercheuse spécialisée en obésité à l'université de Columbia à New York, a étudié les TCM. Elle explique à MUNCHIES : « Consommés à certaines doses, les TCM peuvent augmenter les dépenses énergétiques et améliorer le contrôle du poids. Pour avoir le même effet avec l'huile de coco, il faudrait théoriquement en consommer 7,5 fois plus pour atteindre le taux de TCM escompté. Mais ce serait accompagné de tous les gras, saturés ou non, qui ne sont pas spécialement désirables dans un régime. »

LIRE AUSSI : Quand l'abus d'eau devient dangereux pour la santé

En gros, il faut surtout limiter votre consommation de gras saturé. Comme le dit Marie-Pierre St-Onge : « Aujourd'hui, nous devons faire plus de recherche sur l'impact de faibles quantités d'huile de coco pour déterminer si elle peut être incorporée sans danger dans un régime bon pour le corps et la santé. En attendant, pourquoi ne pas choisir les options qui ont une longue histoire positive sur le cholestérol ? »

Retour à l'huile d'olive les gars. Mais si vous êtes dans ce délire, soyez libre de vous mettre de l'huile de coco sur la peau et les cheveux. « Vous pouvez la mettre sur votre corps, mais ne la mettez pas dans votre corps », répète Sacks. Un point c'est tout.