des gens sur des toits verts
Illustration : Hunter French 
Société

Faut-il vraiment relancer l’économie ?

Au lieu de rouvrir la société pour le bien de la croissance économique, que se passerait-il si nous continuions à travailler moins et à acheter moins pour le bien de la planète ?
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
17.8.20

Fin mars, Donald Trump a tweeté, en lettres majuscules : « NOUS NE POUVONS PAS LAISSER LE REMÈDE ÊTRE PIRE QUE LE PROBLÈME LUI-MÊME. » Il faisait référence aux conséquences économiques liées au confinement des Etats-Unis visant à protéger le public contre la pandémie de coronavirus, qui a déjà fait plus de 755 000 morts dans le monde entier.

De nombreux législateurs républicains se sont fait l'écho de la nécessité de rouvrir les entreprises et de remettre les gens au travail. En mars, le gouverneur du Texas, le lieutenant Dan Patrick, a déclaré sur Fox News que l'économie devait être sauvée, même si cela impliquait de sacrifier les personnes âgées.

Publicité

L'économie est mal en point. Au cours du premier trimestre de l'année, le produit intérieur brut, ou PIB, s'est contracté de 5 %, soit le «  taux de déclin trimestriel le plus élevé depuis la dernière récession », rapporte le Wall Street Journal. En une semaine en mai, plus de 2,1 millions de demandes de chômage ont été enregistrées, ce qui porte le total à plus de 40 millions, soit environ un travailleur sur quatre aux États-Unis.

Les plans de relance proposés visent à ramener l'économie et le taux de chômage au niveau où ils se trouvaient avant la pandémie. Mais avec tout ce qui a été fermé ou ralenti, que se passerait-il si, au lieu de tout remettre en place, nous laissions certaines industries fermées ? Et si, au lieu de reprendre le travail à plein temps, nous décidions de travailler moins, d'acheter moins, de gagner moins et de ne pas nous battre pour augmenter le PIB à tout prix ?

Certains chercheurs font valoir que notre focalisation sur la croissance économique était problématique bien avant que nous connaissions les mots SRAS-CoV-2 ou Covid-19. Le mouvement de « décroissance » préconise la réduction de la production des biens, du temps de travail et, inévitablement, du PIB – le tout dans le but ultime de réduire les émissions de carbone. L'économie étant au point mort, certains experts nous mettent au défi d’imaginer un autre type d'économie qui pourrait résoudre la crise climatique plutôt que de l'aggraver.

Publicité

Si la pandémie a eu un effet tangible sur la capacité des gens à travailler et à dépenser, elle a également entraîné une baisse de plus de 8 % des émissions mondiales de carbone jusqu'à présent, comme l'a indiqué Nature, soit trois fois les émissions annuelles de l'Italie. Les émissions ont diminué de plus d'un milliard de tonnes au cours des quatre premiers mois de 2020 par rapport à 2019. Ce chiffre est proche des réductions d'émissions nécessaires pour atteindre les objectifs de l'accord de Paris sur le climat de 2015 et empêcher la planète de se réchauffer de 1,5 à 2 °C.

La réduction de la consommation, des émissions et le déclin du PIB qui se produisent actuellement sont un effet secondaire de la pandémie, et non un moyen durable ou souhaitable de réduire l’empreinte de carbone en raison des pertes de vies humaines, des quarantaines strictes et de la fermeture des écoles et des petites entreprises auxquelles nous tenons.

Mais dans Future Earth, Maurie Cohen, professeur d'études sur la durabilité au New Jersey Institute of Technology, écrit que la pandémie, du point de vue de la durabilité, offre une rare opportunité d’améliorer la qualité de vie et d’assurer l'habitabilité de la planète. Plutôt que d’essayer de ramener l'économie au niveau où elle était avant la pandémie, le moment est peut-être venu de réfléchir à la manière de réduire les émissions au moment de la réouverture et de la reconstruction. Cela pourrait impliquer de laisser la croissance derrière nous.

Publicité

Jason Hickel, anthropologue économique à la London School of Economics, estime que nous devons passer aux énergies renouvelables le plus rapidement possible, mais que cela est impossible si l'économie continue à croître en même temps.

Un groupe de 1 100 experts de plus de 60 pays a récemment signé une charte proposant des lignes directrices sur la manière de relancer l'économie, en mettant l'accent sur le climat, la santé et le bien-être plutôt que sur la croissance. Les difficultés économiques auxquelles nous sommes actuellement confrontés doivent être considérées comme une ouverture à l'expérimentation de politiques plus progressistes visant à garantir que les gens ont accès à ce dont ils ont besoin, comme un revenu universel ou des soins de santé dans une économie post-croissance.

« Ce n’est pas tous les jours qu’on a la possibilité de relancer l'économie, ni même tous les cinq ans, écrit un groupe de chercheurs dans Jacobin. C'est notre chance. Nous devons la saisir. »

Si la croissance économique est souhaitable pour un pays, c’est parce qu'elle implique que ses citoyens aient accès à l'argent et à tout ce qui peut être acheté avec cet argent : logements, soins de santé, éducation, nourriture, et plus encore. Cela implique que le gouvernement de ce pays puisse investir dans de grands projets pour protéger sa population des menaces auxquelles elle est confrontée, comme le changement climatique ou une pandémie, par exemple.

Publicité

Depuis la Seconde Guerre mondiale, le PIB est considéré comme « la mesure ultime du bien-être général d'un pays ». Il représente la valeur totale de tout ce qui est produit dans un pays, qu'il s'agisse de biens ou de services. Mais comme David Pilling, auteur de The Growth Delusion, l’a dit dans une interview accordée au Washington Post : « Plus de biens ne revient pas automatiquement à plus de bien-être ou, pour le dire autrement, à plus de bonheur. »

Même si les biens étaient un indicateur de bien-être, le PIB est un nombre cumulé ; le fait qu'il soit élevé ne signifie pas que les biens sont distribués de manière à accroître le bien-être. Actuellement, les 1 % les plus riches possèdent plus de 40 % de la richesse mondiale ; aux États-Unis, les revenus les plus élevés augmentent plus rapidement que ceux de la classe moyenne.

Avoir un PIB élevé ne garantit même pas une vie plus longue : le PIB par habitant aux États-Unis est de 60 000 dollars, l'un des plus élevés au monde. L'espérance de vie dans le pays est de 78,5 ans. De nombreux pays dont le PIB est plus faible ont une espérance de vie bien plus longue. La Corée du Sud a un PIB par habitant inférieur de 50 %, mais une espérance de vie de 82,6 ans.

La réponse initiale à la pandémie nous l'a également rappelé. Les États-Unis n'ont pas réussi à fournir les ressources nécessaires à leurs professionnels de la santé ou à mettre en place des tests de dépistage pour tous malgré leur PIB élevé, et le nombre de décès dus au Covid-19 est l'un des plus élevés au monde.

Publicité

La pandémie oblige déjà les pays à réévaluer leur PIB et ce qu’il signifie. Dans un geste sans précédent, la Chine a décidé de ne pas fixer d'objectif annuel de PIB cette année – une première depuis 1990. Au lieu de cela, le pays « donnera la priorité à la stabilisation de l'emploi et à la garantie du niveau de vie », a déclaré le Premier ministre Li Keqiang devant l'Assemblée populaire nationale. Aux États-Unis, l'administration Trump a annoncé qu'elle ne publierait pas de mise à jour semestrielle de ses prévisions économiques.

Selon les partisans de la décroissance, le fait que l’on se dirige vers la plus grande crise économique mondiale depuis la Grande Dépression révèle à quel point notre économie était fragile au départ. « Quel genre de système stupide fait que si on freine le rythme pendant quelques semaines, tout implose ? » se demande Laura Basu, chercheuse à l'Institut d'enquête culturelle de l'université d'Utrecht.

Le fonctionnement actuel de notre économie dépend de la croissance ; lorsqu'elle cesse de croître, nous ne sommes pas équipés pour y faire face. Robert Pollin, professeur d'économie à l'université du Massachusetts Amherst, a dit précédemment que si le ralentissement de l'économie permet de réduire les émissions, cette solution est inquiétante car elle provoquerait certainement une récession.

Publicité

Il avait raison, comme nous le constatons actuellement. Notre économie a ralenti, et nous sommes donc en récession. Mais cela ne fait que souligner la nécessité de découpler les hauts et les bas de l'économie de la qualité de vie, selon Hickel.

« Il n'y a aucun lien entre le PIB et le bien-être humain », dit Hickel. Le mouvement en faveur de la décroissance veut construire une économie axée sur la vie humaine, et non sur la recherche d’un chiffre abstrait de plus en plus élevé. Ainsi, la planète sur laquelle nous vivons pourrait rester habitable.

Si les choses ne changent pas, la température mondiale augmentera entre 3 et 5 °C d'ici la fin du siècle. Fin 2018, le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a indiqué que pour éviter un effondrement du climat, les émissions mondiales doivent être réduites de moitié d’ici 2030, et ramenées à zéro d’ici 2050.

Nous avons déjà réduit le PIB et les émissions en raison du Covid-19, mais cela ne veut pas encore dire que nous opérons une « décroissance », selon Julia Steinberger, professeure d'économie verte à l'université de Leeds.

Nous n'avons pas les services et les programmes sociaux qui garantissent que chacun peut avoir accès aux besoins fondamentaux, indépendamment de ce qui se passe dans l'économie. Les partisans de la décroissance ont toujours insisté sur le fait qu’elle doit s'accompagner de politiques sociales pour contrecarrer la baisse des revenus que les gens vont subir.

Publicité

C'est ce qui distingue la décroissance d'une récession, selon Hickel. La décroissance préconise des politiques telles que le revenu de base universel, une semaine de travail plus courte et d'autres services de base universels, comme les soins de santé et l'éducation, pour compenser la diminution du travail et de la production. D'autres soutiennent une garantie de l'emploi au niveau fédéral, où les personnes travaillant au salaire minimum pour alimenter la production de choses qui nuisent au climat se voient plutôt garantir des emplois dans l'énergie verte ou les infrastructures. L'annulation de la dette pourrait éviter aux gens de devoir travailler davantage pour rembourser des dettes croissantes.

Au-delà de politiques solides en matière de santé, de logement et d'éducation, la décroissance permettrait aux gens de travailler moins et de gagner moins sans que leur qualité de vie en pâtisse. Elle appelle également à des taux d'imposition plus progressifs, afin que la richesse soit redistribuée plus équitablement.

« La décroissance ne consiste pas à faire décroître toute l'économie sans discernement, mais plutôt à faire croître certains secteurs qui sont importants et à en faire décroître d'autres qui sont destructeurs, dit Hickel. Nous devons développer les secteurs qui sont essentiels pour le bien-être humain, tout en réduisant les secteurs inutiles comme l'industrie de l'armement, l'industrie des véhicules utilitaires, l'industrie du plastique à usage unique, des choses comme ça. »

« La décroissance nous fait aussi nous demander ce que serait notre vie sans le travail comme dogme central »

Steinberger souligne que, comme pour d'autres formes d'activisme en matière de changement climatique, les actions individuelles sont importantes, mais que ce sont surtout les gouvernements, les politiciens et les industries qui doivent provoquer le changement. Un rapport du Center for Economic and Policy Research a révélé qu'en réduisant les heures de travail aux États-Unis pour les ramener à celles en Europe occidentale, la consommation d'énergie diminuerait de 20 %. Mais un individu ne peut pas décider seul de vivre dans une économie post-croissance et de réduire ses heures de travail : il n'a pas le soutien systémique dont il aurait besoin pour le faire.

C'est ce qui ressort clairement du chèque unique et insuffisant de 1 200 dollars que la plupart des résidents américains ont reçu il y a quelques mois, des bureaux de chômage peu réactifs, ou des programmes d’aides aux petites entreprises qui ne fonctionnent pas très bien.

Publicité

« Il n'est pas surprenant qu’une partie de la population souhaite se remettre au travail », estime Juliet Schor, professeure de sociologie au Boston College.

N’est-ce pas une mauvaise idée que de vouloir ramener l'économie à son niveau d'origine et de la faire croître ? En 1965, les PDG gagnaient 20 fois plus que les travailleurs ordinaires, mais en 2013, ils gagnaient 296 fois ce montant. De 1973 à 2013, les salaires horaires n'ont augmenté que de 9 %, mais la productivité a augmenté de 74 %. Malgré la crise économique, les marchés boursiers se sont redressés et le monde est sur le point d’avoir son premier trillionaire.

À quoi sert donc la croissance économique ? À qui sert-elle ? Pourquoi devrions-nous nous battre pour la sauver, alors que l'alternative pourrait être la véritable solution à la crise climatique ? « Il est assez évident que notre économie est organisée autour du bien-être du capital plutôt que du bien-être des individus, dit Hickel. Il n'y a vraiment aucune raison d'accepter cela. »

Comme l'a écrit Kate Aronoff dans The New Republic : « Un plan de relance pourrait simplement – et probablement sans succès – essayer de ramener l'économie au niveau où elle était avant les fermetures liées au Covid-19, avec ses décennies de stagnation salariale, d'explosion des émissions de carbone et d'inégalités stupéfiantes. »

La décroissance nous fait aussi nous demander ce que serait notre vie sans le travail comme dogme central. « Chaque fois qu'il y a une crise, tout le monde dit que nous devons travailler davantage. Sauf que pour sauver le monde, nous devons travailler moins », dit David Graeber, anthropologue américain et auteur de Bullshit Jobs, un livre qui soutient que de nombreux emplois que nous occupons actuellement n'ont pas de sens.

Publicité

En tant que société, nous accordons une valeur morale au travail. « On pense que si vous ne travaillez pas dur, vous ne méritez rien et vous êtes une mauvaise personne, dit Graeber. Mais cette moralité détruit la planète de façon perverse. »

« Je n'aime pas le terme de décroissance. Il a une connotation négative. Il met l'accent sur ce qui sera enlevé et non sur ce qui sera fait pour répondre aux besoins des gens et de la planète simultanément » – Juliet Schor, professeure de sociologie au Boston College

Pourtant, à bien des égards, la pandémie nous a fait comprendre pourquoi un emploi ou un achat est précieux en dehors de la seule croissance économique. La pandémie nous a donné le terme de « travailleur essentiel » et « elle nous a également montré qu'une grande partie du travail que nous faisons n'est pas particulièrement nécessaire ou agréable : nous travaillons uniquement pour gagner de l'argent afin de survivre », écrit Basu.

Graeber dit qu'en écrivant Bullshit Jobs, il a constaté que de nombreuses personnes occupent un travail dont personne n'a besoin, que ce soit pour survivre ou pour s'épanouir sur le plan personnel ou créatif. « Les télévendeurs et les consultants financiers n'existent que pour eux-mêmes, dit Graeber. Wall Street existe pour son propre bien. »

Selon Steinberger, si l’on se demande ce dont nous avons besoin pour que tout le monde vive bien, la liste est peut-être plus courte que nous le pensons. Et couper dans le gras est la clé pour empêcher la planète de se réchauffer et de causer davantage de destruction.

Publicité

En 2018, Steinberger et ses collègues Dan O'Neill, Andrew Fanning, William Lamb ont utilisé un ensemble de données internationales pour montrer qu’une vie satisfaisante était corrélée à l'accès à des éléments de base comme une alimentation suffisante, des installations sanitaires, l'électricité, l'éducation, l’aide sociale, l'égalité, la démocratie, l'emploi et le revenu – et non pas au plastique à usage unique, la fast fashion, les SUV ou les grandes maisons.

La décroissance veut réduire ces parties de l'économie, mais pas au détriment de ce qui est fondamental. « Si nous parvenons à mettre en place ces politiques, nous serons en mesure d'offrir de très bonnes conditions de vie », dit Steinberger.

« Nous ne voulons pas créer une privation matérielle pour les personnes en route vers une meilleure économie ou une meilleure planète, dit Schor. C'est pourquoi je n'aime pas le terme de décroissance. Il a une connotation négative. Il met l'accent sur ce qui sera enlevé et non sur ce qui sera fait pour répondre aux besoins des gens et de la planète simultanément. »

La pandémie nous apprend que la réduction des émissions de carbone est possible. Une pandémie n'est pas la meilleure façon d'aborder la crise climatique, bien sûr, mais elle montre la puissance de l'action collective. Après tout, le but du confinement était d'arrêter la propagation d'un virus, pas de réduire les émissions.

« Ce n'est pas ce que les gens essayaient de faire, mais ils ont réussi à le faire, dit Steinberger. S’ils prennent quelque chose suffisamment au sérieux, ils peuvent agir du jour au lendemain pour réduire les émissions. »

La pandémie a révélé que le gouvernement est capable de rassembler des milliards de dollars pour l'aide publique quand il en a besoin – ce qui ouvre la porte à l'idée qu'il pourrait faire quelque chose de similaire pour d'autres problèmes graves de santé et de sécurité, comme le changement climatique, à l'avenir. « Nous avons vu avec quelle rapidité le gouvernement est passé à l'action pour faire des choses qui semblaient impossibles », dit Schor.

Hickel ajoute que les détracteurs de la décroissance ont dit qu'il n'y avait pas de frein de secours à l'économie, nous savons maintenant que ce n'est pas vrai.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.