Sexe

À la rencontre des sapiosexuels, ceux qui ne baisent qu'avec des gens intelligents

Voulez-vous coucher avec moi ce soir ? Oui, si vous avez plus de 150 de QI.

par Steven Blum
13 November 2018, 1:36pm

ILLUSTRATION DE VIVIAN SHIH

Ne ratez plus jamais rien : inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et suivez nous sur Instagram.

En novembre 2014, le site de rencontres OkCupid étoffait sa liste d'orientations sexuelles en proposant à ses utilisateurs les termes « asexuel », « non-binaire » ou encore « ne sait pas ». Mais le site faisait surtout parler de lui en ajoutant la précision suivante : sapiosexuel.

Pour dire les choses simplement, un sapiosexuel est un individu qui juge que l'intelligence est l'alpha et l'oméga de toute relation sexuelle – en gros, qu'il est excité lorsqu'on lui cite Le dormeur du val de tête ou qu'on lui parle de la théorie des jeux pendant des heures. Si l'origine du terme est floue – un certain wolfieboy s'en attribue la paternité sur internet, sans que personne ne puisse confirmer ses dires – le mot est devenu mainstream le jour où OkCupid se l'est approprié. L'entreprise Merriam-Webster, qui publie des ouvrages reconnus, s'est récemment posé la question quant à l'intégration du terme dans la prochaine mouture de son dictionnaire. Sinon, l'application Sapio propose aux plus brillants d'entre vous de choisir parmi des gens capables de citer Sartre à la demande.

Selon Bernadette Libonate, l'une des porte-parole d'OkCupid, le fait d'intégrer le terme sapiosexuel « a été décidé afin d'améliorer l'expérience de nos utilisateurs, qui cherchent à être le plus précis possible lorsqu'ils se présentent aux autres ». Elle a également tenu à me préciser que l'entreprise n'avait aucune intention de définir des orientations sexuelles « officielles ». Tout ce que souhaite OkCupid, selon elle, c'est offrir le meilleur contenu à ses membres.

Quelle que soit l'intention de départ, il faut admettre que ce terme a rencontré son public. Sur OkCupid, 9 000 utilisateurs s'identifient comme étant sapiosexuels. Le terme a sa propre page Facebook et de nombreuses photos sur Tumblr renvoient au lien entre plaisir intellectuel et sexuel – il n'est d'ailleurs pas rare de tomber sur une image représentant un cerveau en train d'être doigté ou un homme pénétrant une femme tout en lisant. Des utilisateurs n'hésitent pas à gratifier ces images de commentaires assez inspirés du genre : « J'aimerais trouver quelqu'un capable de déshabiller ma conscience, avant de faire l'amour à mes pensées. »

De nombreux internautes affirment qu'il est tout à fait naturel de choisir un partenaire amoureux en fonction de principes stricts – ce qui est, d'une certaine manière, une discrimination. Mais faut-il vraiment s'en offusquer ?

Après, vous me direz qu'il n'est pas forcément très original de souhaiter copuler avec quelqu'un susceptible de s'exprimer correctement et ayant un minimum de conversation. Vous auriez sans doute raison, d'ailleurs. Selon Lora Adair, professeure en psychologie, les êtres humains ont toujours cherché à se rapprocher de partenaires jugés intelligents, qu'ils se définissent comme sapiosexuel ou non. « L'important est bien sûr d'analyser ce que cherchent les individus, m'a rappelé Mme Adair. Lorsque l'on parle d'être humain désirant s'associer sur le long terme, les qualités recherchées sont la gentillesse et l'intelligence. Les attributs physiques arrivent après. »

Toujours selon cette spécialiste, c'est également le cas chez les autres espèces animales. « Prenez le jardinier satiné. Celui-ci bâtit des "maisons" très élaborées qu'il n'hésite pas à agrémenter de d'objets colorés et brillants afin d'attirer des femelles. La capacité à trouver ces objets, à se protéger contre le vol, est un signe d'intelligence. »

Toujours selon Lora Adair, la popularité du terme sapiosexuel s'explique par la disparition de la frontière entre la « culture nerd » et le mainstream. « Ce qui était auparavant évoqué par certaines personnes introverties devient aujourd'hui totalement accepté par le grand public, a-t-elle avancé. Il n'y a qu'à voir à quel point il est devenu normal d'avouer son amour pour les séries TV inspirées d'œuvres d'heroic fantasy. »

Bien évidemment, cette nouvelle catégorie a engendré son lot de réactions indignées, notamment chez ceux qui redoutent une possible discrimination en lien avec l'appartenance à telle ou telle classe sociale. Le truc, c'est que s'attaquer aux préférences sexuelles des gens revient à lutter contre des moulins à vent – vous aurez beau reprocher au monde sa cruauté et son inhumanité, cela ne l'empêchera pas de continuer à tourner. De nombreux internautes affirment qu'il est tout à fait naturel de choisir un partenaire amoureux en fonction de principes stricts – ce qui est, d'une certaine manière, une discrimination. Mais faut-il vraiment s'en offusquer ?

D'une autre manière, et sans doute plus intelligemment, certains contempteurs des sapiosexuels reprochent à ces derniers de propager une vision on ne peut plus éculée de l'intelligence humaine – une vision liée au QI, alors qu'il est évident que ce dernier n'a que très peu à voir avec la « vivacité d'esprit » d'un individu. De même, ces critiques mettent en évidence la vanité d'une population qui cherche avant tout à s'étiqueter comme étant sapiosexuelle, en sachant pertinemment qu'une telle étiquette les fait passer aux yeux d'autrui pour des gens doués et conscients de l'être.

Alors que, comme me l'a rappelé Lora Adair, « l'intelligence a toujours été célébrée pour sa capacité à résoudre certains problèmes en créant du lien social et des outils adéquats chez les êtres humains », aujourd'hui il semble qu'elle ne soit plus qu'un concept marketing vide, qui permet aux individus de mieux se vendre sur des sites de rencontres. Jusqu'à l'apparition d'une nouvelle mode, qui sanctifiera les imbéciles ?

Cet article a été initialement publié sur VICE FR.