Publicité
drogue

Certaines personnes revivent leurs trips psychédéliques des années plus tard

Les consommateurs de LSD et de champignons expérimentent parfois des remontées d’acide qui peuvent mener à un syndrome post-hallucinatoire persistant.

par Suzannah Weiss; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
22 March 2019, 5:42am

Photo : Wizemark/Stocksy

Melissa Vitale, une publicitaire de Brooklyn âgée de 25 ans, faisait une pause après une séance d’entraînement intense au gymnase lorsque la salle a commencé à avoir un aspect bizarre. « J'étais au bord de l'épuisement, mais je voulais terminer mon entraînement, se souvient-elle. Tout à coup, les murs ont commencé à fondre et le sol à glisser. » Melissa était sur le point de faire une remontée d'acide, ou « flash-back », et ce n'était pas la première fois. « Je savais exactement ce qui se passait, alors je me suis lentement allongée par terre jusqu’à ce que je me détende », dit-elle.

Phillia Downs, une chamane de Los Angeles âgée de 40, revit son premier et unique trip sous acide environ une fois par an depuis 18 ans. « Je vois des papiers peints ou des affiches bouger, et des gouttes d'eau couler le long d'un mur », dit-elle.

Une étude réalisée en 2011 sur 2 679 consommateurs réguliers d'hallucinogènes a révélé que 60,6% avaient eu des hallucinations alors qu'ils étaient sobres. Selon James Giordano, professeur de neurologie et de biochimie au centre médical de l'université de Georgetown, le LSD est la drogue qui provoque le plus de flash-back, mais cela peut également arriver avec les champignon, la DMT et parfois la MDMA. Les distorsions visuelles les plus courantes rencontrées lors des flash-back consistent à percevoir les objets comme étant plus grands ou plus petits qu’ils ne le sont, à voir les lignes s’étendre des objets et à remarquer quelque chose qui se profile dans votre vision périphérique.

Alors que les flash-back font souvent l’objet de discussions sur les dangers de la drogue, ni Vitale ni Downs ne les trouvent dérangeants. « Le trip initial a été l'une des expériences les plus incroyables de ma vie. Ça m'a ouvert le cœur et l'esprit, déclare Downs. Donc, les flash-back, je les apprécie. Je suis fascinée par les photos ou les murs en mouvement. »

Mais Melissa Vitale a vécu un flash-back qui lui a provoqué une crise d’angoisse au volant. « Les bandes blanches au milieu de la route se transformaient en lapins, et comme je conduisais tard dans la nuit dans une zone boisée où je devais faire attention à la faune, c'était terrifiant », me dit-elle.

Les flash-back « peuvent être perturbants et déclencher des crises d’anxiété et de panique, en particulier si la personne souffre d’un trouble de santé mentale sous-jacent », explique Sal Raichbach, psychiatre spécialisée en toxicomanie au Centre de traitement Ambrosia. « Les hallucinations peuvent être gênantes ou inconfortables selon le contexte. Elles peuvent également survenir dans une situation dangereuse, par exemple lorsque la personne conduit. »

De tels flash-back ont tendance à passer assez rapidement, explique Giordano. « Les flash-back intermittents et aigus peuvent toutefois constituer une surprise ou un choc pour certaines personnes, en particulier au début, mais ils sont généralement très brefs et peu violents. »

Mais les flash-back psychédéliques peuvent être plus graves. L'étude susmentionnée a révélé que 4,2 % des consommateurs ont signalé des flash-back pénibles ou débilitants. Giordano pense que ce phénomène est en réalité beaucoup plus rare. Matthew Johnson, professeur de psychiatrie et de sciences du comportement à la Johns Hopkins University, partage cet avis. Selon lui, « un consommateur sur plusieurs milliers » expérimente des flash-back qui perturbent sa vie.

Lorsque des flash-back chroniques compromettent la capacité de fonctionner d’une personne, cette condition est connue sous le nom de « syndrome post-hallucinatoire persistant (HPPD en anglais). « De nombreux consommateurs signalent de brèves anomalies visuelles survenant après des effets hallucinogènes aigus, mais ces effets ne sont gênants que pour une petite minorité d’entre eux. Par conséquent, ils sont peu nombreux à être diagnostiqués avec le HPPD, explique Johnson. La plupart des consommateurs considèrent ces effets subcliniques comme bénins et agréables. »

Les flash-back « peuvent être perturbants et déclencher des crises d’anxiété et de panique, en particulier si la personne souffre d’un trouble de santé mentale sous-jacent » – Sal Raichbach, psychiatre spécialisée en toxicomanie

On ne sait pas exactement ce qui cause les flash-back ni pourquoi ils peuvent survenir aussi longtemps après le trip initial, mais Raichbach affirme qu’ils pourraient venir d’une perturbation des neurones qui filtrent les perceptions sensorielles. Selon Giordano, les remontées d’acide pourraient notamment résulter de la manière dont le LSD se lie aux neurotransmetteurs de la sérotonine. Le récepteur de la sérotonine maintient la molécule de LSD en place en se repliant dessus et, parfois, cette paire de molécules se cache à l'intérieur des cellules nerveuses. Si elles remontent à la surface, le LSD peut avoir une autre chance d'affecter le cerveau, provoquant les mêmes changements de perception que ceux observés lors du trip initial.

Il est possible que des changements dans le flux sanguin (comme ceux qui se produisent pendant l’exercice) et dans le métabolisme cérébral puissent faire ressurgir des complexes de récepteurs du LSD et de la sérotonine, ce qui pourrait potentiellement expliquer l’expérience de Vitale au gymnase. Les flash-back peuvent également être déclenchés par « le stress, l’anxiété, un manque de sommeil ou une réflexion sur l’expérience elle-même », explique Santosh Kesari, neurologue et directeur du département des neurosciences translationnelles et des neurothérapies du Providence Saint John’s Health Centre. Les personnes prenant des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (qui incluent certains antidépresseurs) et celles présentant des troubles du spectre psychotique peuvent être plus sujettes aux flash-back. Selon Raichbach, les consommateurs réguliers sont plus susceptibles d’en faire l’expérience que les consommateurs occasionnels.

Tricia Eastman, fondatrice de Psychedelic Journeys, une communauté qui facilite les cérémonies psychédéliques, a travaillé avec des personnes ayant vécu des flash-back à la fois agréables et désagréables après avoir pris de la 5-MEO-DMT, un hallucinogène fabriqué à partir du venin de crapaud. Ces personnes rapportent des flash-back déclenchés par des facteurs tels que le cannabis, l'acupuncture et la méditation. Ceux qui ont des flash-back négatifs tendent à avoir des antécédents de traumatismes liés à la consommation de la substance, dit-elle.

Le HPPD n'a toutefois jamais été rapporté par des patients d'essais cliniques impliquant des substances psychotropes. Johnson pense donc que cela provient d'affections propres à la consommation de drogues illicites, telles que la contamination par d'autres substances, la consommation simultanée de drogues et des doses élevées.

Les médicaments prescrits pour traiter les crises convulsives et le clonazépam sont parfois utilisés pour traiter le HPPD. Mais les flash-back ne nécessitent généralement pas de traitement. Si vous avez un flash-back perturbant, n’oubliez pas qu’il va passer bientôt, rappelle Giordano. « Une respiration ciblée et d'autres techniques de relaxation peuvent aider à retrouver la concentration et à réduire les sensations d'anxiété pendant le flash-back », dit-il.

De nombreux clients d'Eastman ont trouvé un soulagement après des flash-back pénibles en suivant une thérapie somatique et en travaillant avec des psychothérapeutes spécialisés dans l'intégration psychédélique. Elle conseille également de considérer les flash-back comme des opportunités de développement personnel. « Votre esprit et votre corps transformeront naturellement l'expérience de manière bénéfique si vous essayez de la comprendre plutôt que de la combattre », conclut-elle.

Ne ratez plus jamais rien : inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et suivez nous sur Instagram.

Cet article a été publié sur VICE US.