Les Catalans cuisinent leur différence aux petits oignons

Les Catalans cuisinent leur différence aux petits oignons

Entre plaisir gustatif, réunion familiale et revendication politique, la tradition de la calçotada réunit toute la Catalogne à la même table.
29.3.17

Depuis que la Catalogne est reliée à l'Espagne, les Catalans réclament l'indépendance – et la meilleure façon qu'ils aient trouvée pour montrer leurs différences est encore de manger des calçots.

Le calçot, c'est une sorte d'oignon tendre et blanc dont le bulbe n'est pas très développé et qui ressemble un peu au poireau. On les fait griller au feu de bois, sur des braises de sarments de vigne de préférence. Les calçots sont à point quand la partie extérieure, déjà noircie par le feu, commence à dégager une fumée blanche. Il faut alors les retirer du feu et, pour qu'ils restent chauds, les envelopper dans du papier journal. On déguste le tout avec de la salvitxadaune délicieuse sauce faite d'amandes et de pignons de pin grillés, de tomates et d'huile d'olive et avec les doigts, bien entendu.

Les anciens de la rue s'occupent des préparatifs et de la cuisson des calçots. Toutes les photos sont de l'auteur.

À Barcelone, dans l'ancien village de Gracia (maintenant devenu le quartier de Gracia), on prend la calçotada très au sérieux. Les rues qui composent le quartier s'associent pour organiser une fête selon un calendrier bien précis – en Catalogne, la saison des calçotadas s'étale de fin janvier à début avril.

Préchauffe des barbecues et préparation des premiers calçots sur le grill.

Être Catalan est une chose, habiter le quartier de Gracia en est une autre et participer à la calçotada de la rue dans laquelle on habite en est encore une autre. Tout le monde est invité à venir y manger des calcots du moment que l'on achète son ticket auprès de l'association du quartier. Car un apéritif, plus une quinzaine de calçots, plus une saucisse, plus de la ventrèche grillée, plus des escargots, plus du pan con tomate, plus un litre de rouge, plus un dessert et une bouteille de cava, et bien, ça a un coût.

Après les premières fournées, on retire les calçots cuits pour en remettre de nouveaux.

Tous à table – et logés à la même enseigne –, les Catalans prennent le temps d'enseigner l'art de manger les calçots aux « novices ».

Atelier emballage dans la fumée épaisse.

Les grands-mères, quant à elles, initient les petits enfants à la tradition pendant que les autres s'imprègnent d'une bonne dose de fumée blanche, de bonne humeur, de soleil, et d'alcool.

Dans le village de Gracia, l'indépendance de la Catalogne est un sujet chaud et houleux – le quartier est connu pour son groupe indépendantiste anarchiste qui entraîne parfois le survol du quartier par des hélicoptères. Mais autour d'une table avec des calçots bien cramés, le parfum d'indépendance qui plane au-dessus des gens possède un bien meilleur goût. On se laisse amuser par cette tradition étrange et, le temps d'un repas, on partage l'esprit catalan.

LIRE AUSSI : Comment j'ai fini puante et ivre morte dans une orgie d'oignons en Catalogne

Car il vaut mieux manger des oignons que se lancer des tomates sur la tronche, non ?

La méthode de pelage des oignons, à mains nues.

Le premier calçot de la saison immortalisé en souvenir.

La salvitxada, la fameuse sauce dans laquelle on trempe les calçots.

Un Catalan boit le vin rouge de manière traditionnelle.