trek italie alimentation
Toutes les photos sont de l'auteure.

Comment un trek de 130 km m’a réconciliée avec la nourriture

Le fait de me soumettre à un stress physique intense m'a rappelé que rien n’est plus important que d'écouter son corps.
Giorgia Cannarella
Bologna, IT
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR

Au début du mois d'août, j'ai parcouru la Route de la laine et de la soie en Italie, un trek de 130 km qui suit l'ancienne route commerciale de Bologne à Prato, en traversant les montagnes des Apennins. J'adore la marche. Je suis cette fille qui dit : « C'est juste au coin de la rue, allons-y à pied », alors que l’endroit est à 3 km. Et mon nombre de pas quotidiens est toujours au rendez-vous.

Publicité

Mais rien de tout cela ne m'a préparée à parcourir entre 20 et 25 km par jour pendant six jours, avec des montées et des descentes sur des pentes raides où la température peut atteindre 35 degrés tout en portant un sac de 8 kg sur les épaules. C'est une randonnée exténuante, qui offre une énorme satisfaction et de beaux paysages en cours de route, et on ne peut tout simplement pas le faire sans les bons moyens de subsistance.

Une « crescente », un sandwich de type foccacia fourré au jambon.

Une « crescente », un sandwich de type foccacia fourré au jambon.

Pour quelqu'un qui a connu une relation difficile avec la nourriture, se lancer dans une longue randonnée a été une expérience enrichissante. Il s’agit de suivre une alimentation intuitive, d’être en harmonie avec son corps et d’écouter ses ressentis et ses désirs, plutôt que de se concentrer sur un « régime » ou sur de « bons » ou de « mauvais » aliments. En marchant toute la journée, mon corps me disait parfois de manger assez pour sept personnes. D’autres fois, surtout le soir, il me disait de m'arrêter après quelques bouchées pour faciliter la digestion.

Et honnêtement, je ne le remettais pas en question. Par exemple, en arrivant à l’auberge où nous allions passer notre quatrième nuit, nous avons d'abord dû affronter une ascension de 300 mètres sous un soleil impitoyable du mois d'août. J'avais l'impression d'être au bord de l’insolation. Quand l'hôte m'a vue arriver, la première chose qu'elle a demandée a été : « Voulez-vous une bière ? » Cette Ichnusa (une bière sarde) glacée était l'une des meilleures que j'aie jamais bues – et pourtant, je sors avec un brasseur. Personnellement, j'ai trouvé que la bière était une excellente boisson d'après randonnée. Non seulement elle est rafraîchissante et étonnamment hydratante, mais elle vous redonne de l'énergie et des minéraux. Une bière, hein. Pas dix.

Publicité
L'auteure buvant un verre de rouge au dîner.

L'auteure buvant un verre de rouge au dîner.

Les glucides, malgré leur mauvaise réputation dans les cercles du « clean eating », constituent un apport alimentaire important pour les randonneurs. Les glucides sont la principale source d'énergie pour l’organisme et sont particulièrement importants pour les activités d'endurance. L'idéal serait que nous ayons tous un régime alimentaire parfaitement équilibré composé de glucides, de lipides, de protéines et de cinq fruits et légumes par jour. Mais sur la route, le plus souvent, mes repas se résumaient à du pain, du beurre et de la confiture au petit déjeuner, un sandwich au fromage au déjeuner et des pâtes au dîner. Et rien de mal à cela. Ce n'était pas le moment de compter les calories qui, comme on l'oublie souvent, ne sont qu'une unité d'énergie.

Premier repas de la journée.

Premier repas de la journée.

Un autre snack que j'ai (re)découvert lors de cette randonnée : les grattons. Comme le bœuf séché et les autres viandes séchées, ils apportent une grande quantité d'énergie, de graisse et de protéines au moment où vous en avez le plus besoin. Ils sont également une alternative bienvenue à la traditionnelle barre de céréales.

Certaines personnes vous diront que le plus important pour une longue randonnée est d’avoir les bonnes chaussures. Ce n'est pas vrai. Pour moi, il s'agissait avant tout d’avoir l'énergie nécessaire pour continuer. Et, pour être honnête, m'assurer de faire caca tous les matins avant de partir. Lorsque vous poussez votre corps à ses limites, vous apprenez combien il est important de le traiter avec respect. Et c'est une étape importante pour se sentir bien dans sa peau.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.