Les brunches les plus abusés se trouvent à Abou Dabi

Les brunches les plus abusés se trouvent à Abou Dabi

Au milieu du désert que se cache une oasis de gloutonnerie : fontaines à chocolat, bars à mojitos, cochons de lait rôtis à la broche, tiramisus plaqués or. Bienvenue aux Émirats Arabes Unis.
19 juillet 2016, 4:04am

Il ne m'était encore jamais arrivé de choisir un restaurant exclusivement en fonction son « cocktail de bienvenue ». C'était jusqu'à ce que je découvre les brunches que l'on mange à Abou Dabi aux Émirats Arabes Unis. Dans cette capitale mondiale des bonus gratuits, on devient rapidement accro à tous ces « petits plus ».

Je venais à peine de m'installer ici quand mes nouveaux potes m'ont proposé de les accompagner bruncher pour la première fois – ou plutôt, d'aller faire « La tournée des expats bourrés », comme ils aimaient appeler leur petit rituel. Juste avant de rentrer dans le grand restaurant des Etihad Towers, mon pote Dave m'avait pourtant mise en garde : « Prépare-toi. » Et à vrai dire à ce moment-là, je n'avais absolument aucune idée de ce qui m'attendait vraiment.

Ici, le brunch, c'est tous les vendredis et c'est seulement dans les restaus des hôtels internationaux (hôtels qui, dans ce pays très pieux, sont parmi les seuls endroits autorisés à servir de l'alcool). Pour l'occasion, les établissement réservent un étage entier et aménagent des stands – parfois même des pièces entières – qui servent les spécialités culinaires du monde entier.

Ce qui m'attendait à l'intérieur était complètement indécent : un mur recouvert de bonbecs, un bar à mojitos, un cochon de lait entier rôti à la broche, un tiramisu plaqué or, dix meules de fromage, une bouteille de vin de 10 litres, une fontaine à chocolat, une fontaine à fromage fondu, et un kenafeh de la taille d'une pataugeoire.

Après avoir déambulé un peu hagards dans ce labyrinthe de buffets, on s'est attablés avec nos assiettes remplies à craquer et on a pris toute la mesure du joyeux bordel à l'œuvre. « Ah, c'est donc là qu'est picolé tout le champagne d'Abu Dabi », a semblé réaliser une de mes potes présentes ce jour-là.

Des filles en bikini, de la viande de porc à profusion et des bars qui proposaient de l'alcool : on était très loin de tout ce que je pensais savoir sur mon pays d'adoption et son côté ultra-conservateur. Au milieu du désert se cachait en réalité une oasis de luxe et de stupre. Une fois que l'excitation des premiers instants retombée – la même que l'on ressent gamin quand on rentre dans un magasin de bonbon –, une fois le coma de ma digestion encaissé, je me suis vraiment demandé comment tout cela était possible, ici.

Car admettez que c'est assez surprenant de participer à un festin aussi décadent et imbibé d'alcool dans un pays qui revendique appliquer la charia, stricto sensu. Par la suite, j'ai assisté à d'autres brunches de ce genre aux Émirats et ce n'est que très rarement que j'ai croisé des Emiratis. J'en suis venu à me demander quel était le public visé. Réponse : des expats occidentaux, presque exclusivement, tant ces orgies de porc braisé, de prosciutto et de bouteilles de vin sont à des années lumières de l'image que le pays se fait de lui-même.

À l'étranger, on imagine les Émirats Arabes Unis comme un pays dans lequel l'argent rend tout démesuré. Ce n'est pas tout à fait juste. Quand on pense aux Émirats, on pense à Dubaï et à ses aspects extravagants, genre : le Burj Khalifa, le bar de la business class d'Emirates Airlines, le clip « Wild Ones » (qui montre Flo Rida sautant en parachute au-dessus des îles artificielles en forme de palmier géant). La vérité, c'est qu'ici, tout n'est pas plaqué or.

Par contre, quel que soit l'endroit où l'on se trouve dans les Émirats (depuis Abou Dabi jusqu'à Dubaï en passant par le petit Émirat de Umm al Quwain), il y a une réputation qui ne faillit pas, c'est la propension pantagruélique et excessive de ses brunches : des pyramides de champagne, des piles de sashimi, des seaux de marshmallows, une pièce entière dédiée aux fromages, tout ça est parfaitement normal dans un brunch emirati. Et les meilleurs des meilleurs atteignent des niveaux d'excentricité sans égal en proposant des bars à foie gras, des chèvres entières rôties ou des stands de glace dans lesquels quelqu'un est payé uniquement pour verser de la vodka dans votre glace au brownie.

« Je pars me faire un brunch quand la vie devient trop ennuyeuse, m'a un jour avoué mon pote Dave. Parfois, j'ai l'impression que c'est la seule chose à faire ». Dans mon entourage sur place, beaucoup m'ont dit venir dans ce genre de festins pour pallier l'ennui et la solitude de l'expatrié.

Aujourd'hui aux Émirats, le brunch est devenu une attraction touristique : la plupart des touristes appréciant l'opportunité de pouvoir se rouler hors du lit uniquement pour boire et manger à un étage plus bas de l'hôtel, pendant tout l'après-midi, et continuer sur la plage jusqu'à l'happy jour – le tout ça sans jamais marcher plus de 100 mètres. Aux Émirats, le brunch n'est plus un repas hybride entre le petit déjeuner et le déjeuner, c'est une affaire qui dure toute la journée et où l'alcool coule à flots – c'est un festin à rallonge qui dure habituellement de midi à 16 heures et dérive doucement vers les cocktails en happy hour au bord de la piscine à débordement.

C'est assez difficile de déterminer précisément quand les brunches sont arrivés aux Émirats. Est-ce que le phénomène découle de cette culture emirati du « plus c'est gros, mieux c'est » ? La même culture qui nous a donné le building le plus haut du monde et les montagnes russes les plus rapides. Ou est-ce quelque chose de plus profond ?

Peut-être que la tradition du brunch a gagné en popularité le jour où les expats fortunés ont commencé à venir aux Émirats, en même temps que le boom du pétrole et la croissance exponentielle des buildings de Dubai et d'Abu Dhabi. Au final, le brunch est un pur produit de la mondialisation, une innovation relativement récente dans notre manière de manger, adaptée à la culture locale.

En tout cas, sachez que si jamais vous vous retrouvez à bruncher aux Émirats Arabes Unis, la meilleure façon d'en profiter, c'est simplement regarder autour de vous et d'apprécier le spectacle. Une fontaine de chocolat ? Des plateaux de saucisses ? Un merou rôti entier ?

Certes, mais avant de partir, n'oubliez surtout pas de boire votre cocktail de bienvenue.