Pourquoi je ne bois plus de bière avec du houblon

Dans l'Utah, Raquel Callis concocte des binouzes à base d'herbes sauvages qui soignent les têtes et les corps.
14 septembre 2017, 10:17am
Foto von athlex via Flickr

Je ne bois pas de bière à base de houblon. Je brasse mes propres bières avec de la mauvaise herbe. Les puristes diront qu'une bière sans houblon est une hérésie, mais croyez-moi quand je vous dis que les bières médicinales, ça déchire. De plus, bien brassés, ces breuvages peuvent vous guérir naturellement de tous vos maux.

Je vis dans un cottage à Provo, dans l'Utah, avec vue sur la chaîne des Cascades, une destination souvent prisée dans les Rocheuses. Quand la météo se réchauffe à la sortie de l'hiver, je commence à trépigner. Ça veut dire que le temps est venu pour moi de brasser mes remèdes.

LIRE AUSSI : La bière artisanale qui se prenait pour du champagne

Habituellement, j'utilise l'achillée millefeuille, une mauvaise herbe assez répandue dans nos montagnes. Cette plante est également connue sous le nom de « houblon de la terre » dans les pays scandinaves. Les indiens Navajos l'apprécient particulièrement pour ses vertus aphrodisiaques. Dans mon jardin, c'était juste de la mauvaise herbe. Jusqu'à ce que j'aie l'idée de la brasser pour en faire une bière médicinale qui s'est avérée très utile contre le rhume, la fièvre et la grippe entre autres.

L'achillée, tout comme le houblon, est agréablement amère. Elle a cependant un bouquet incontestablement plus aromatique, plus vert. Transformée en bière, l'achillée est une plante qui vous permet de voyager entre les royaumes de la conscience, d'où son surnom « l'herbe des artistes ». Les couleurs apparaissent alors plus vives et sa composition permet aux buveurs d'entrer dans un état d'ébriété quasi-instantané. Quelques gorgées suffisent contrairement à un pack de six.

Depuis que j'ai l'âge légal de boire, je ne me suis jamais souciée de l'orge ou du houblon présents dans ma bière. On peut sans doute dire que je ne suis pas née à la bonne époque. Je suis plutôt old-school, mais à la manière des femmes du XVe siècle.

À l'époque, chaque village en Europe avait sa brasseuse. Où que vous alliez, même dans les endroits les plus reculés du monde, il y avait une femme qui tenait un rôle similaire. Il était alors commun pour les mecs de gérer le bétail et pour les nanas de récolter des plantes médicinales pour les brasser et en faire des breuvages qui rassemble la communauté.

La brasseuse était parfois considérée comme une sorcière car elle détenait un savoir ancestral transmit de génération en génération et une connaissance encyclopédique des plantes médicinales. Le déclin de cette pratique a commencé autour de 1512, quand les premiers industriels ont flairé dans cet artisanat l'opportunité de se faire de l'argent.

Une fois les décrets sur la pureté de la bière ont été votés, les brasseurs n'ont plus été autorisés à utiliser que du houblon et de l'orge. Tous les usages médicinaux de cette boisson, comme le traitement de stérilité ou de l'impuissance, ont alors été abandonnés.

On ne saura jamais exactement combien de vieilles recettes ont été perdues, mais il nous en reste quelques-unes. Par exemple, un des breuvages préférés de l'époque était concocté à partir de jusquiame noire. Bien dosée, cette plante peut vous offrir un incroyable passeport pour la défonce. Mais la jusquiame noire, membre de la famille des belladones mortelles et cousine du datura stramoine est trompeuse et doit toujours être manipulée avec précaution. Un mauvais dosage peut engendrer des conséquences terribles et, dans certains cas, la mort.

Je suis tombée amoureuse de l'art de la brasserie médicinale après avoir tout appris de cette histoire. J'étais tellement heureuse quand j'ai découvert que sa fabrication était en fait un jeu d'enfant. Quand j'ai vu des bulles et de la mousse dans ma première cuvée, je me suis dit « Wow, les microbes et moi, on a réussi notre coup ! »

Brasser de la bière était à l'origine un acte de désobéissance civile pour moi. À cette époque, il était illégal de produire de l'alcool chez soi dans l'Utah. Un vieux reste de la Prohibition qui concernait d'ailleurs davantage la santé financière des Rockefeller que la santé publique.

Les Rockfeller sont à l'origine de la création de l'Union chrétienne des femmes pour la tempérance. Ils ont fait disparaître tous les alambics des fermes, obligeant ainsi les gens à acheter du carburant polluant pour leurs voitures et leurs tracteurs plutôt que l'alcool à base de pomme, un carburant propre, dont ils se servaient avant la Prohibition.

En 2009, des passionnés de bière se sont battus à nouveau pour permettre le brassage à domicile dans l'Utah. Ce nouveau droit ne signifie pas que les abstinents de la ville ne peuvent plus exercer de droit de regard quand ils entendent parler d'alcool distillé à la maison. Les bières à base de plantes qui ne contiennent ni houblon, ni orge, ni levure industrielle sont encore la cible de diatribes sur la nécessité d'utiliser des détergents chimiques ou de l'abomination que représentent les bières aigres.

Que vous le pratiquez de manière bordélique, pointilleuse ou intuitive, le brassage est une activité simple et honnête qui apporte de la joie à d'innombrables individus.

Souvenez-vous tout de même que la bière est, à l'origine, une infusion de thé refroidie et sucrée qu'on laisse fermenter avec de la levure. Vous regarderez peut-être vos brunes ou vos blondes un peu différemment.

Si vous ne brassez pas en quantités industrielles, produire sa propre bière n'a pas besoin d'être un art formel, rigide et précis comme on le pense souvent. Il existe de nombreux types de fermentations, comme celle des cornichons ou du fromage. Et l'aura de peur qui les entoure est juste là pour dissuader les personnes qui pourraient être intéressées de s'y risquer.

Si votre corps n'est pas fan du gluten par exemple, vous pouvez utiliser du miel à la place du malt pendant le brassage - comme pour le t'ej (vin au miel éthiopien). En tant que brasseuse artisanale, je peux vous assurer que cet édulcorant rend le processus du brassage plus facile, dans la mesure où vous ne devez pas faire subir de germination, de maltage, ou de torréfaction aux grains de votre mélange.

En fait, le brassage est une activité simple et honnête qui apporte de la joie à d'innombrables individus. Vous pouvez la pratiquer de manière bordélique, pointilleuse ou intuitive, avec certes une pointe de frustration parfois, mais c'est toujours un bon moment.

LIRE AUSSI : Avec les brasseurs qui transforment les icebergs millénaires en bière

Quand j'ai commencé à produire des bières médicinales, c'était simplement parce que je voulais diminuer les quantités d'Ibuprofène que je prenais contre des maux de ventre qui me pourrissaient la vie. J'ai brassé une bière à base de sauge. En plus d'être une plante communément utilisée dans le brassage de la bière, la sauge est réputée bénéfique contre les problèmes de filles (les crampes dont je souffrais).

Elle s'est avérée être l'une des meilleures bières maison que j'ai jamais brassée en plus d'être super efficace : ce n'est pas seulement un calmant, c'est aussi un super remontant.


Cet article a été préalablement publié sur MUNCHIES US en juin 2015.

Publicité