Henry Michel regarde Top Chef – Ep.8 : les derniers sont les premiers

Un épisode traître et vicieux, où toutes les cotes des bookmakers ont fondu comme de la gélatine sous un bouillon.

|
17 Mars 2017, 10:19am

En 2017, notre chroniqueur gastronomique a décidé de suivre Top Chef et de nous débriefer, chaque semaine, le dernier épisode en toute subjectivité.

Suggestion de dressage : ce débrief est à lire comme une note de service, comme un carnet de bord qui se grignote dans l'ordre chronologique, en même temps que vous matez l'épisode de Top Chef en direct ou quand vous le re-matez en streaming. Pour voir à quoi ressemblent les candidats, vous pouvez aller faire un tour sur ce trombinoscope. Pour voir les débriefs de tous les épisodes précédents, rendez-vous ici.

Des épreuves atypiques, des larmes, une candidate transalpine littéralement immortelle, un abandon déchirant décidé par Etchebest : on espère que vous aurez l'estomac bien accroché pour le débrief d'aujourd'hui.
Voici un épisode 8 redoutable, qui, à l'image du premier épisode de cette saison, n'est pas des plus « gastro » : pas de lieux emblématiques, pas de chefs connus et étoilés pour juger les plats, pas de place pour des techniques zinzin, de chantilly de sang ou des fausses pommes en sucre de 3 microns d'épaisseur. Attendez-vous à de l'épreuve bas du front, tordue, un véritable stage de survie en entreprise dans lequel Marie-Claire de la compta pourrait y passer entre deux canyons. Mais Marie-Claire ne sera pas celle que vous croyez.
À épisode bas du front, débrief bas du front. Je vais faire plein de montages photos et de gifs animés. Et je suis à deux doigts de faire un top. Histoire de varier les plaisirs.

Première épreuve : les revenants

Déso Guillaume et Carl, même si ça vous va bien.

Pour cette épreuve, chaque candidat aura la possibilité de se qualifier pour la semaine suivante en binôme.

Le twist : le binôme en question se réalise avec un candidat précédemment éliminé, qui pourra, s'il gagne l'épreuve, revenir en course.
L'occasion de retrouver avec un plaisir non dissimulé tous nos chouchous, et tous les bras cassés.
Plaisir de revoir Carl « Bae » Dutting, Thomas « Arnaud Clément » Letourneur, mon Jeff* qui était un de mes deux favoris, mais aussi Kelly et Guillaume qui venaient juste de partir, et ont l'occasion de faire de cette élimination un mauvais souvenir.

Ce qu'il fallait faire : Un élément devait fondre sous l'effet de la chaleur.
Ce qu'il s'est passé : Mon respect pour l'émission a fondu sous l'effet de l'épisode.

Chacun de nos candidats découvre au dernier moment lequel des revenants va venir collaborer avec lui. Le suspense est assez terrible, un mélange entre le film Signes et l'émission des 80's « Tournez Manège », quand la cloison s'ouvrait et qu'une candidate découvrait que son rencard était Franchis Heaulme.

JÉRÉMIE récupère DAVID

Jérémie lorsque David arrive sur le plateau :

Leur plat : Gelée de daurade, brunoise de carottes oranges et jaunes, asperges en sifflet, suprêmes de pamplemousse, écailles de betterave, fumet de daurade.

- Grand plaisir de revoir David, mon candidat de cœur, mon « Petit Meaulne », le jeune apprenti doué mais toujours mal-aimé et incompris, qui s'en prenait plein les ratiches dès qu'il tendait les bras pour avoir un peu d'amour, abandonné par Papa Sarran en une respiration, espérant en Jérémie, le jeune daron au béret, un peu de tendresse potentielle.
- Jérémie étouffe un renvoi en voyant David arriver.
- L'apprentissage et la relation de tendresse commence dès le début de leur plat :

DAVID - Papa, j'ai une idée: une belle assiette creuse, une partie en gelée mini carottes, une parti grattée en grani...
JEREMIE - Ferme bien ta putain de grande gueule.

- Efficace et simple. Jérémie ne veut pas mettre sa présence dans la compétition entre les mains d'un enfant. Il fonce bille en tête dans une recette de sa fabrication, un truc finalement très thaï, puisqu'il en réunit 4 piliers, le citron vert, la citronnelle, le gingembre et du fumet de poisson, qui viendront faire fondre un palet en gelée, révélant une soupe de daurade pleine de générosité.
- Aussi, David n'est pas con lorsqu'il propose le cinquième pilier logique de ce bouillon thaï, la coriandre. Mais Jérémie lève les yeux au ciel comme si on venait lui proposer du pigeon sur de l'huître, alors qu'il n'y avait rien de dingo à cette proposition. Et si le rejet systématique de David allait en coûter à Jérémie ?
- Plaisir intense, à défaut de lui accorder sa paternité, de voir Jérémie balancer des "OK PAPA" à David. Franck a déteint sur lui, sur nous tous, sur la France, et c'est un indice supplémentaire de la puissance de Franck et de sa victoire a priori assurée pour cette saison.
- David invite à faire une gelée un peu plus soignée et précise, le poisson aurait surement été coupé plus fin dans la manœuvre, et la présentation plus académique. Mais Jérémie a en tête la vision d'une soupe rustique qui jaillit de la masse lisse, du chaos généreux sortant de l'objet épuré et contenu. Et si ce plat était celui qui représentait le mieux Jérémie, tout en zen et en retenue mais dissimulant un mix authentique et sans concessions ? J'ouvre un cabinet de psychanalyse par lecture de plats dès la fin de la saison. 
L'avis du Jury : « mignon, appétissant, coloré, vif, féminin, gourmand », « ça fond bien », « gelée un peu fade », « ça manque de force », « le bouillon est bon », « j'aurais coupé un peu plus petit, bien disposé, pris dans la gelée », « y'a un mauvais rapport entre les solides et la gelée », « assiette déstabilisante ».
LA NOTE DU JURY : 14/20

MAXIMILIEN récupère GUILLAUME

Leur plat : Fleur de céleri confite, jus de viande, crème noisette et champignon, gelée et bouillon chaud.

- Duo redoutable ! Un mashup Sons of Anarchy/Jacquie et Michel Belgium qui ne manque pas de croquant. De plus, les deux chefs ont sous le pied beaucoup de finesse et de palais. Ça peut faire très très mal.
- Maximilien est étrange depuis un épisode ou deux. Il ne fait plus trop de blagues reloues, il est moins hypersexualisé, moins vulgos, plus cool, on dirait qu'on l'a castré chimiquement, que les monteurs sont devenus moins taquins, ou alors il a goûté un plat de Giacinta et a choppé un truc.
- Maximilien, tout molasse, laisse un Guillaume surmotivé développer son idée.
- Guillaume est tellement speed qu'au lieu de verser ses 2g d'Agar pour 1/2 litre de jus céleri centrifugé, il en verse 176 kilos.

C'est pas un peu trop là, Guillaume ?

- Maximilien ne va décidément pas bien et confond un piment de Cayenne et un poivron. Ce qui est fou n'est pas la confusion en tant que telle, qui peut arriver. Piments varient, il y a autant de formes et de tailles différentes que de kikis de garçons. Le truc dingue, c'est que ni lui ni Guillaume ne fassent le rapprochement entre la chaleur du plat et cet ingrédient suspect.

- A moins que...Maximilien l'ait fait volontairement. Stratégiquement, Maximilien n'avait rien à perdre dans cette épreuve, puisque la deuxième épreuve n'était pas censée être une dernière chance. Il avait deux coups d'essais pour se sauver en sabordant lui-même le bateau. Le mobile : éviter que Guillaume, potentiellement redoutable, puisse revenir en compétition. Ça vous parait peut-être foufou, mais « aux states, ça se fait », et Maximilien est un coquinou.

- Visuellement, et malgré toute l'admiration que j'ai habituellement pour les dressages de Maximillaume, le plat fait un peu vomito sur un nénuphar.

L'avis du jury : « ça fond pas », « c'est du feu dans la bouche » (brève de backroom), « on sait pas ce qui s'est passé » (brève de backroom), « dommage parce que le gout de la sauce est bon » (bon j'arrête), « ça fond pas et ce bouillon gâche tout ».
LA NOTE DU JURY : 10/20

BONUS MULTIMÉDIA : Un ricain en short vous détaille toutes les formes de poivrons et piments.

GIACINTA récupère CARL

Son plat : comme une vichyssoise.
En réalité : comme une crack addict. Glace salée au poireau, velouté de pommes de terres chaudes.

- Giacinta fait trop sa snob de treize ans et demie lorsque Carl déboule sur le plateau. Ce qui est quand même assez fou : Carl fait l'effort d'être enthousiaste, et fait abstraction de sept épisodes de cauchemars culinaires giacintesques - c'est lui qui donne sa chance à Giacinta et pas l'inverse.
C'est comme partir avec le sourire tracter pour Jacques Cheminade.
- « Carl c'est un mec en or ! » affirme Philippe Etchebest dans le magnéto précédant la recette. Ça n'est jamais bon signe dans une émission de cuisine. On peut dire que vous avez du palais, du goût, une bonne technique, de l'expérience, un sens de l'équipe, beaucoup de motivation... Mais quand on décrit votre niveau de cuisine en disant « c'est un mec en or » : c'est pas bon.

- Beau dialogue :

CARL (studieux et motivé) : — Je pensais faire une opaline, et une délicate garniture qui apparaîtrait avec le bouill...
GIACINTA : — Non. Je veux faire une glace aux poireaux.
CARL :

- Cette séquence m'a fait mourir de rire. DÈS LE DEBUT, pour une raison qui nous dépasse, qui part loin dans le cosmos, Giacinta s'est mis en tête qu'une glace au poireau était l'idée culinaire du siècle.
- Pour aller vite, voilà une métaphore visuelle de l'effet de sa glace au poireau sur le jury :

- Giacinta extralucide 1 : « On va bluffer la joui [le jury, NdT] aujourd'hui il vont rien comprendre » – c'est exactement ce qu'il s'est passé, le jury n'a rien compris.
- Giacinta extralucide 2 : Quand elle affirme à Carl « tu vas rentrer aujourd'hui, t'inquiètes » – c'est exactement ce qu'il s'est passé, Carl est rentré chez lui.
- « Le plus risqué dans mon plat c'est la glace ». Rappelons que le plat est : glace et velouté de patates. On ne peut qu'être d'accord.
- Dressage toujours horrible, comme d'habitude, du classic Giacinta, le téléspectateur est en pleine zone de confort.

- Quand Jérémie et David, attendant de connaître leur adversaire à battre dans la pièce de visionnage, aperçoivent Giacinta et Carl, il partent fumer une clope à l'extérieur des studios, soulagés.
L'avis du jury : « un peu minimaliste », « c'est très bien fait mais je m'attendais pas à ça », « y'a pas une grande prise de risque ».
- « Non mais attends, là ! s'insurge Giacinta. Je t'ai fait une glace salée, t'as jamais vu une glace au poireau ! »
Nous n'avons jamais vu non plus de crumble de caniche, ce n'est pas une raison pour en faire, Giacinta.
LA NOTE DU JURY : 11/20

JULIEN récupère JEFF* !
Leur plat : Mélange terre-mer d'Asie.
- En réalité : Bouillon thaï, thon et huître, œuf, disque de purée.
- Mon Jeff* est de retour, pour un super duo ! Ça peut faire mal s'ils donnent tous les deux le meilleur d'eux même.
- Jeff est steady, sûr de lui, Julien le suit enthousiaste, on part sur un bouillon thaï versé sur du poisson cru et un jaune d'œuf surprise de toute beauté.
- « Mets bien plein de beurre dans le disque » (brève de backroom)
- Une belle méthode, une belle entente, R.A.S, ils décorent le disque dans le congélateur, c'est vrai qu'il y a beaucoup d'herbes et que ce disque chargé de ciboulette hachée tourne un peu au bonhomme Cételem, mais l'idée est géniale.


L'avis du Jury : « je trouve pas ça très gourmand », « je trouve ça assez grossier », « si ça fond bien ça peut être marrant », « là ça devient intéressant », « Hmmmm c'est bon continue, plus bas », « je sens que ça vient, ne lâche pas », « quand je pense que nos parents sont juste en-dessous en train de regarder le Tour de France », « zut, ma mère monte les escaliers ».
LA NOTE DU JURY : 16/20 !!!!

ALEXIS récupère THOMAS
Leur plat : Ceviche de daurade, de gelée de brunoise de pomme, bouillon iodé (algues, citronnelle, gingembre, ail).

- Alexis et Thomas ont un énorme point commun : une tension artérielle extrêmement basse. J'ai rarement vu un compétiteur aussi chill qu'Alexis, partant quasiment toujours sur de l'impro, n'haussant jamais le ton, et ne se reposant que sur le seul don de son palais extraordinaire.
- Alexis envoie Thomas au garde-manger en lui disant surtout de savourer le moment et ne pas se prendre la tête – « prends un peu de tout, on se démerde », Thomas, triomphal, ramène énormément de beuh et quelques ingrédients.

Je réalise que j'ai raté Thomas.


- « Thomas peut compter sur Alexis pour lui transmettre son énergie », dit ce troll de Stéphane Rotenberg. Plus méchante vanne de sa carrière. Sous ses airs de skipper mormon, Stéphane peut être hyper cruel.
- Comme d'habitude, Alexis fait sa finition au citron vert. Ne pas reproduire si vous êtes masseuse, c'est très douloureux pour le client, m'a dit un ami.
- Concernant le plat, Alexis et Thomas décident de ne pas se prendre la tête (d'abord, qui sont ces relous qui leur demandent de cuisiner en permanence, là ?), et font quelques petits cubes de gelée de brunoise de pomme qui finira bien par fondre. Fou rire.
L'avis du Jury : (à noter que durant toute cette délibération, Etchebest prend soudainement l'accent méridional. Nos équipes enquêtent pour savoir pourquoi - un gage, sans doute) : « si c'est que pour faire fondre des petits cubes de gelée, moi ça suffit pas », « très intéressant », « l'idée n'est pas bête », « plat frais, agréable en dégustation ».
LA NOTE DU JURY : 14/20

FRANCK récupère KELLY
Leur plat : Daurade, déclinaison de choux, viennoise de persil, jus de daurade.
- La Réunionnaise à l'accent d'Autun et l'Autunois à l'accent Réunionnais se jettent dans les bras l'un de l'autre, alors qu'on ne savait même pas qu'ils se connaissaient, comme un crossover de deux séries improbables. Leur complicité fait plaisir à voir, et on est d'autant plus content de revoir un peu Kelly.
- Kelly quant à elle a gagné au loto en ayant pour coéquipier le probable futur top chef. Elle va laisser Franck faire sa magie en galérant de son côté sur une viennoise de persil: ils se sont bien réparti les tâches, Franck fait le plat, elle le reste.
- 6 épisodes de Top Chef pour Kelly à base de slogans girl power et d'affirmation positive, pour finir sur sa dernière apparition couverte de « T'es chaude chérie ? », « Vas-y chérie », « C'est bon ça chérie ! », « Allez Thérèse ! ». Où est la morale ? Dans un moule en forme de noix.
L'avis du jury : « y'a une recherche, c'est une assiette esthétique », « je trouve cette assiette surprenante », « jus merveilleux, bel équilibre de saveurs », « seul bémol : daurade un peu cuite », « je suis emballée ».
LA NOTE DU JURY : 15/20

RECAP DES NOTES :
1. JULIEN ET JEFF* 16/20 - Jeff* est sauvé ! Le retour de mes deux favoris dans la saison. Julien est qualifié pour l'épisode 9.
2. FRANK et KELLY 15/20 - Kelly échoue de peu. Bisous Kelly.
3. JEREMIE* ET DAVID 14/20 - le happy ending n'arrivera pas pour David, du moins dans Top Chef.
3. ALEXIS ET THOMAS 14/20 - Thomas enchaîne sur une after et Alexis se fait une petite sieste, philosophe.
4. GIACINTA ET CARL 11/20 - blague 1 : Carl repart, blague 2 : Giacinta reste.
5. MAXIMILIEN ET GUILLAUME 10/20 - agar au gorille !

Deuxième épreuve : partie de braise dans les champs

Ce qu'il fallait faire : un met au barbecue.
Ce que j'aurais fait : un truc au barbeuc.

PREMIER TWIST : les candidats n'ont pas de casserole, de poeles ni d'autres moyens de cuisson que le barbecue.
Je ne veux pas faire mon prétentieux, mais lorsque j'ai appris cette contrainte, j'ai su immédiatement que Giacinta allait briller dans cette épreuve. Cela rejoint ma théorie que je ressors à loisir sur les différences entre la cuisine française et italienne (je m'en suis épanché dans le débrief de l'épisode 2, et dans cet épisode de mon podcast Riviera Détente). La cuisine italienne est la meilleure cuisine européenne pour la valorisation de l'ingrédient sans artifice, dépouillé, la mise en avant du goût et des associations simples. Ils sont les rois des ingrédients, et leur cuisine se dispense plus de la technique, des sauces et du dressage que la cuisine française, qui en est la reine mère.
Cette contrainte de barbecue ne permettait pas de facto ces atouts français. Certains, comme Jérémie, ont essayé de contourner ces contraintes, mais ce n'était pas ce qui était demandé.
Il ne s'agissait pas de faire « comme si » il y avait une cuisine. Ce qui était demandé était de faire une cuisine au barbecue, et seuls Giacinta, Jeff* et Franck ont compris et réussi l'épreuve à mon sens.

DEUXIEME TWIST : Un garde-manger pour les protéines, mais des légumes et herbes à cueillir dans les champs et à recueillir au guidon d'un triporteur.
- Franck et Jérémie jubilent et roulent à 70 km/h entre les épinards.
- Maximilien n'est pas du tout à l'aise, et à partir de maintenant ne sera plus jamais à l'aise dans Top Chef. « Je ressemble à rien sur mon triporteur à pédaler comme un abruti, et il roule dans la merde ».
- Giacinta, même en triporteur, se plaint et arrive dernière.
- Alexis goûte tout ce qu'il trouve, jusqu'au micro du perchman.
- « Moi, une simple courgette peut me remplir de bonheur aujourd'hui » (bien évidemment, brève de backroom qu'un gentil twitto m'a rappelée).

JEREMIE
Son plat : selle d'agneau, crémeux patate douce, fleurs de courgettes farcies (merguez saint jacques), noix de st jacques snackée, jus.

- Jérémie fait du beau et du bon, mais ne va pas embrasser la contrainte : il va tenter de « faire avec », pour reproduire un plat d'intérieur. Il le dira lui-même : « je suis content d'avoir fait un plat gastro avec un barbecue ».
- Beaucoup de malice et de technique, il isole sa selle en ballotins dans une feuille de chou et dans l'alu, la cuit gentiment, puis marque les ballotins à la grille pour qu'un petit goût de barbecue ressorte.
- Farcit la fleur de courgette à la Saint-Jacques.
- Moment MacGyver lorsqu'il réalise un jus en fabriquant une petite casserole en papier alu, puis fait réduire cette sauce dans ses coquilles Saint-Jacques vides.
- A l'aide de plaques de papier alu, de quelques cailloux et d'un chat, Jérémie parvient à fabriquer une cellule frigorifique, et réalise un sorbet en dessert.L'avis du jury :  « visuellement j'ai une fleur de courgette qui est brûlée », « ça manque de finesse, éléments imposants »,  « la cuisson de la viande est assez limite », « il est bon son jus ».

-> QUALIFIE EN QUATRIÈME PLACE POUR L'EPISODE 9

JEFF*
Son plat : rencontre d'un magret de canard et saint jacques dans un barbecue espagnol - on dirait le titre d'une pièce au festival off d'Avignon.


- En réalité : magret de canard, st jacques, chorizo, fleurs de courgettes farcies, jus de tomates rôties à l'ail.
- Un plat risqué de par la nature très grasse du magret : à vif ça flambe, et cuit gentiment, le gras ne va pas fondre.
- La cuisine espagnole et ses signatures ne m'ont jamais fait sauter au plafond, mais la contrainte est parfaitement respectée. J'écris ça de manière très savante, en finissant un burger.
L'avis du Jury : « assez prometteur », « on que peut saluer le travail », « le jus et plein de promesses, ça sent le grill, le chorizo », « sauce très bonne », « bel équilibre », « sur la cuisson du magret ça été un petit peu vite », « je me demande ce que fait la Saint-Jacques ici dans l'absolu », « l'ensemble est équilibré » ?
-> QUALIFIE EN SECONDE PLACE POUR L'EPISODE 9

FRANCK
Son plat : agneau en deux services, fleurs de courgettes farcies, pommes de terre fondantes, salade légumes crus, jus de tomates et poivrons


- Franck est merveilleux. Durant cet épreuve, nous n'avons vu qu'un garçon souriant, sympa, détendu, technique, imaginatif, enthousiaste, enjoué et respectueux. Probablement un de mes candidats préférés, toutes saisons de Top Chef confondues.
- Cuisine soignée en deux services, passion du détail, tout est confit, revenu, grillé ou fondant, feuilles de menthes délicatement insérées dans l'agneau, aucune prétention et contrainte respectée à la lettre : c'est de la cuisine au barbecue.
L'avis du jury : « c'est une jolie assiette », « y'a du travail aussi », « la vinaigrette est super bonne, va parfaitement dans l'esprit de la grillade », « bonne cuisson de l'agneau », « c'est harmonieux », « une jolie assiette », « à coté il me manque quelque chose ».
-> QUALIFIE EN TROISIÈME PLACE POUR L'EPISODE 9

GIACINTA
Son plat : Truite à la flamme, racine à la braise, crème fumée aux oursins


- J'ai été surpris par les réactions outrées par la victoire de Giacinta sur les réseaux sociaux, alors que ce plat est clairement le meilleur de l'épreuve ex aequo avec celui de Franck.
- Giacinta mérite-t-elle de quitter Top Chef ? Oui. Méritait-elle de partir sur cette épreuve ? Absolument pas. Sur toutes les autres épreuves sans aucun doute, mais pas celle-ci. 
- Je suis sûr que l'anti giacintisme que je n'ai jamais contribué à freiner fausse les avis sur ce plat. Regardons le encore une fois : 

- Il est beau, il est simple, la cuisson de la truite est parfaite, les rappels de décoration sont humbles et maîtrisés, ils émettent des rappels champêtres, c'est un plat au barbecue, la contrainte est embrassée, et avec la langue.
Je rajoute à Giacinta 15 points dans mon classement personnel.

- D'un point de vue du comportement, comme d'habitude Giacinta est en-dessous de tout, avec un magnifique combo chouine, autosatisfaction et arrogance. Chouine, lorsqu'elle met 20 minutes à nous expliquer que les femmes ne sont pas faites pour allumer un barbecue, alors qu'un @Marcel245 se serait fait étriller sur twitter pour une telle affirmation. Autosatisfaction, lorsqu'elle triomphe d'avoir allumé ce même barbecue d'hommes. Et arrogance, lorsqu'elle assène fièrement un "je les ai tous fumés" après avoir gagné sa première vraie épreuve sur vingt-trois depuis le début de Top Chef (la glace à la noix n'étant pas comptabilisée pour des raisons évidentes).
Je retire à Giacinta 10 points dans mon classement personnel.

L'avis du jury :  « très féminin, très délicat », « cuisson de la truite audacieuse », « beaucoup d'engagement », « la cuisson est parfaite », « j'ai quelques arêtes ». 
-> COUP DE COEUR DU JURY
-> QUALIFIE EN PREMIERE PLACE POUR L'EPISODE 9

ALEXIS
Son plat : truite grillée et fumée, purée de patate douce, purée d'ail et huîtres

- Alexis aurait du mettre directement un sombrero dans l'assiette tant ses marqueurs sont reconnaissables. Si Hélène Darroze avait eu un peu de vice, elle aurait pu facilement évincer son plat plus franchement en le reconnaissant immédiatement, au moment d'hésiter avec celui de Maximilien.
- Sa purée d'ail et d'huître pochée me plait beaucoup, ça donne envie d'essayer en toast. Ça doit être marin et relevé, miam's sur du pain grillé.
- Fume sa truite au romarin (très bonne bio tinder potentielle)
L'avis du jury :  « Visuellement c'est bien, c'est propre, ça peut être largement mis sur une table de restaurant », « sa cuisson de poisson est parfaite », « un peu décevant sur l'accompagnement », « pas grand chose de grillé », « sur le travail de la grillade il n'y a pas grand chose », « il aurait pu aller plus loin ».
-> QUALIFIE EN AVANT-DERNIERE PLACE POUR L'EPISODE 9

MAXOU
Son plat : Poitrine de porc, raviole de pommes, raviole de radis noir, farce radis noir et huître, langue d'oursin.

- Maximilien était quasiment mort d'avance pour cette épreuve. Le triporteur, le barbecue, l'absence d'outils, des ingrédients champêtres (on voit qu'il n'a quasiment rien utilisé de sa cueillette), cela ne correspond pas à son savoir-faire et sa cuisine.
- Chaque signature technique est maximilienne, précise et gourmande : il cuit le lard au miel et au romarin, réalise une jolie mirepoix farcie dans la pomme, avec le corail d'oursin... Mais le résultat est littéralement un fond de poubelle.
L'avis du jury :  « Assiette brouillon », « beaucoup de travail », « huître, oursins, échalotes, cochon, là je sais plus moi là, je suis perdu », « un peu trop complexe », « néanmoins la technique est là, beaucoup de saveurs ».
-> MAXIMILIEN ELIMINE DE TOP CHEF

DERNIER TWIST : L'ABANDON D'UN CANDIDAT

- Afin d'équilibrer les brigades qui au fil des épreuves allaient forcément être trop hétérogènes ( trois cuisiniers pour Etchebest, un seul pour Darroze ), il est demandé à Philippe Etchebest d'abandonner un de ses trois candidats. Si ni Darroze ni Sarran le récupèrent, le candidat est tout simplement passé au broyeur.
- Etchebest hésite. Cela se passe exactement comme un contrôle de police à un rond-point. Vous passez en bagnole devant un barrage, que faites-vous ? Regardez-vous les agents dans les yeux, ou fuyez-vous leur regard ? Pour vous aider à répondre, voici un exercice : parmi les trois candidats suivants, lequel élimineriez-vous ?

- Sans aucune logique stratégique, culinaire ou affective, Etchebest choisit de dégager Jérémie plutôt que Jeff (Franck, bien évidemment, étant gardé. On ne lâche pas sa carte Pokemon Ex Full Art).
- Stratégiquement : Jérémie a gagné bien plus d'épreuves que Jeff. Jeff a même perdu une dernière chance. Culinairement : Jérémie est meilleur que Jeff. Affectivement : Etchebest a passé beaucoup plus de temps avec Jérémie, c'était son duo, ses petits, il les a suivis, encouragés, et il le lâche. JE N'OUBLIERAI JAMAIS.
- Darroze refuse Jérémie dans son équipe. Bien fait pour elle, elle récupérera Alexis. Alexis et Giacinta, c'est pas avec ça qu'elle fera un Quickfire à Las Vegas.
- Sarran le récupère. Ouf ! J'ai bien fait de dire du bien de Michel Sarran lors de la dernière review. On est passé à ça.

C'est un des trois meilleurs cuisiniers de cette saison qui part, à cause d'une épreuve doublement empoisonnée : culinairement tordue, et éliminatoire alors qu'elle ne devait pas l'être.
Maxou n'a pas eu de deuxième chance. Il s'est fait abattre en un coup sec comme on bute un lièvre. Sad ! Au moment de son discours de départ, c'est un nouveau choc pour nous : son discours, humble, ému, serein et franc, ses yeux de gamins qui brillent, son expression hébétée par la violence de l'élimination nous le rendent brusquement juvénile et sympathique. Très émouvant. Bonne chance à Maximilien pour la suite de ses aventures, et à la semaine prochaine pour un nouveau débrief !

LES QUALIFIÉS - MON TOP PERSONNEL :
FRANCK PELUX 18/20 (=)
JÉRÉMIE IZARN* 17/20 (=)
JEFF BURY* 16/20 (redux)
JULIEN WAUTHIER 16/20 ( =)
ALEXIS DELASSAUX 13/20 (-3)
GIACINTA TRIVERO 5/20 (+5)

Les deux candidats portant une astérisque sont mes favoris depuis l'épisode 1.


Pour prolonger le plaisir, dilatez-vous les membranes avec le débrief du dernier épisode dans le dernier épisode de « Spoiler Arrière » Top Chef Édition, le podcast d'Henry Michel.