Volume 3 Número 2

  • J’adore décevoir les allemands

    Quentin Dupieux est notre dernière fierté nationale, apparue dans les années 1990. Bon ouais, y’a aussi les Daft Punk, mais ils n’ont pas de barbe, ne fument pas de clopes, et râlent 150 fois moins que ce mec.

  • Circuit électrique

    Ce numéro a beau avoir pour thématique la tristesse, ne compte pas sur moi pour faire l’apologie d’inepties lacrymales pour nerds dépressifs qui ne jurent que par Radiohead dans leur cocon de blogueur à papa.

  • L’australie meurt peu à peu

    L’Australie est dans une merde noire. De nombreuses zones arides et sous-peuplées sont victimes de terribles sécheresses depuis le milieu des années 1990. La majorité de la population vit sous le joug des restrictions d’eau.

  • Berlin la nuit

    La Motzstrasse est l’épicentre de la scène gay berlinoise. Ici vous pouvez trouver godes, poppers, fringues, vidéos et magazines SM, colliers de chien, masques, harnais, cockrings, lubrifiants, boules de geisha...

  • Bah dis Donk !

    À la découverte de la pire merde anglaise du moment.

  • La vie de la jungle

    Près de la gare de l’Est à Paris, il y a un petit jardin squatté par une centaine de réfugiés afghans qui dorment sur les pelouses pouilleuses, été comme hiver. Je passe devant tous les matins...

Publicité
  • À table !

    L’après-midi du 11 juin 1981, un Japonais du nom d’Issei Sagawa marchait pepax dans le bois de Boulogne, deux valises à la main. La veille, cet étudiant en troisième cycle à la Sorbonne avait tué par balles une...

  • Morricone est notre Christ

    J’ai un problème avec Spindrift. J’ai super envie d’adorer tout ce qu’ils font, mais pour chaque morceau fabuleux, y’en a un à chier. C’est peut-être pour ça qu’en seize années d’existence, Spindrift n’a jamais véritablement percé.