Voilà pourquoi il faut toujours faire « moit’ moit’ » avec ses potes au restau

À Guangzhou, un mec décide de rincer ses amis au moment de l'addition. Il se fait assommer par l'un d'eux qui estime avoir été insulté par son geste.
22.11.16

Manger avec un groupe de potes est toujours une gageure. Il faut trouver un restau ou un ami conciliant, un menu qui mette « tout le monde d'accord », le vin qui met bien, les sujets de conversation. Quand tous les ingrédients sont réunis et que la soirée ressemble à un bon épisode d'Un dîner presque parfait, il reste un défi – de taille. L'addition.

Sachez que le/la serveur/serveuse appréhende aussi pas mal ce moment. Est-ce que vous allez rincer tous vos potes avec votre carte Edenred-Ticket Restaurant ? Est-ce qu'il va falloir rendre la monnaie sur dix billets de 50 balles ? Est-ce que la note va progressivement se transformer en obscure équation type tableau Excel ?

LIRE AUSSI : Par pitié, arrêtez de poser des lapins aux restaus

Autour d'une table, il y a assez de comportements pour rendre chèvre n'importe quel interlocuteur – quel que soit le modèle de sa calculette. Entre l'ami pingre, l'ami flambeur, l'ami qui prend une entrée, l'ami qui a oublié sa thune et l'ami à qui vous en devez, vous finissez toujours par sortir de table avec un nœud inextricable de dettes.

Mais ça pourrait être pire.

En Chine, lors d'un dîner entre potes, un mec en a mis K.-O. un autre. Son seul tort ? Avoir payé l'addition pour toute la bande.

Alors que le groupe est en train de quitter le restau vers 5 heures du matin, Ou, jugeant qu'il a « perdu la face » devant ses camarades, poursuit Zhong dans la rue puis l'assomme.

Selon le site The Shanghaiist, l'incident s'est déroulé le 25 octobre dernier à Guangzhou. Pris d'une petite fringale nocturne, un groupe d'amis avait décidé de passer à table après avoir écumé quelques bars. Au moment de la douloureuse, le groupe s'est lancé dans une compétition endiablée pour savoir qui aller payer l'addition – coutume locale particulièrement exacerbée puisque celui qui règle gagne en crédibilité sociale.

Ce soir-là, c'est Zhong, 25 ans, qui a le dernier mot et décide de rincer ses potes. Un geste perçu comme une insulte par Ou, 22 ans, qui estime alors être lésé du privilège de payer la bouffe de tout le monde. Alors que le groupe est en train de quitter le restau vers 5 heures du matin, jugeant qu'il a « perdu la face » devant ses camarades, Ou poursuit Zhong dans la rue puis l'assomme.

Zhong a été admis à l'hôpital le lendemain mais ses jours ne sont pas comptés. Ou a été arrêté. Apparemment, ce genre de règlements de compte et assez fréquent. Il y a quelques années, un homme avait succombé à ses blessures après avoir été grièvement brûlé lors d'une rixe autour d'une fondue shabu.

LIRE AUSSI : L'appli qui répartit l'addition en fonction des inégalités

Il y a plusieurs moyens d'éviter ce genre de désagréments mais le plus simple, c'est de systématiquement proposer de faire « moit' moit' ». C'est le meilleur moyen de ne pas passer pour une pince, de garder son honneur et de ne pas avoir de putain de casier judiciaire.

Bref, c'est le seul conseil qu'on puisse donner à Zhong et Ou même s'il est peu probable que les deux se retrouvent devant une bonne gamelle de mapodoufu.