Santé

Pourquoi l’alcool donne-t-il la diarrhée ?

« J’ai expulsé l’équivalent d’une demi-tasse d’eau rouillée avant que mon sphincter ne se referme brusquement et que je file à la salle de bains pour terminer ce que j’avais déjà commencé. »
14 mars 2019, 8:32am
Un homme assis sur les toilettes
Photo : Eldad Carin/Stocksy

Je bois rarement jusqu’à l'excès désormais, car lorsque je le fais, de mauvaises choses se produisent. En 2013, lors d'une occasion mémorable (mais qui ne mérite pas d’être commémorée), j'ai profité sans vergogne d'un open bar pendant une fête d'anniversaire. Environ neuf heures plus tard, je me suis réveillé avec un horrible mal de crâne, une cheville foulée et un message vocal d'une femme à qui j'avais apparemment donné mon numéro devant un fast-food à deux heures du matin. Ah, et je ne me souvenais plus comment j’étais rentré à la maison. Je devais être dans un sacré état : cette parfaite inconnue appelait pour s'assurer que j'étais en vie.

Lorsque j’ai appelé un ami pour lui raconter ce qui s’était passé, il m’a appris que je l’avais appelé à 2 heures du matin et que j’avais ri de manière hystérique pendant 25 minutes d’affilée. Il m'a demandé si j'avais vomi, parce qu’il semblait naturel que les vomissements fassent partie de l'histoire. Mais pour autant que je sache, je n’avais pas vomi, une hypothèse appuyée par le manque d’éclaboussures sur mes chaussures.

Et là, alors que j’essayais de rassembler les pièces du puzzle, j’ai littéralement chié sur mon lit. J’ai expulsé l’équivalent d’une demi-tasse d’eau rouillée avant que mon sphincter ne se referme brusquement et que je puisse filer à la salle de bains pour terminer ce que j’avais déjà commencé. Le retour à la normale a été une longue et difficile épreuve.

Cet incident n'est que l'un des nombreux exemples où ma consommation excessive d'alcool a rendu dangereuse toute tentative de m’aventurer à plus de dix pas des toilettes. Dans l’imaginaire collectif, la diarrhée n’est pas aussi étroitement liée à l’alcool que les vomissements, mais dans mon cas, une folle soirée se termine invariablement de cette façon. J'ai donc voulu en connaître la raison.

« Ce processus accéléré aboutit à une contraction beaucoup plus fréquente des muscles du côlon, ce qui réduit le temps d'expulsion de vos selles de quelques minutes à une expulsion immédiate »

La première chose à savoir, c’est que l’alcool est l’une des rares choses que l’estomac peut facilement absorber, explique Arthur Beyder, gastro-entérologue à la Mayo Clinic et porte-parole de l’American Gastroenterological Association. « C’est pour cela qu’il est préférable de manger quelque chose avant de consommer de l’alcool », dit-il. La nourriture va ralentir la vitesse à laquelle l'alcool va être absorbé par la paroi de l'estomac et dans la circulation sanguine.

Selon Beyder, en ayant l’estomac plein, vous ralentissez la vitesse à laquelle vous vous saoulez et réduisez les risques de catastrophe. En effet, les personnes déjà ivres ont tendance à continuer à boire, et une plus grande quantité d'alcool ne fait que favoriser une situation potentiellement explosive. Cela résulte de l'effet inflammatoire de l'alcool sur la muqueuse du tractus gastro-intestinal, en un état de gêne qui commence dans l'estomac.

« Même après une crise de boulimie, il est possible de développer une inflammation ou une ulcération de l'épithélium intestinal », me dit Beyder, faisant référence au tissu qui tapisse les organes et les vaisseaux sanguins dans tout le corps. L’alcool peut stimuler la production d’acides gastriques en plus grande quantité, ce qui peut perturber la fine barrière du tube digestif et, par conséquent, stimuler la diarrhée. Bien que le côlon soit plus proche du point de sortie, l’épithélium est moins altéré car l’alcool a déjà été absorbé par l’estomac, puis par l’intestin grêle au moment où il y arrive, explique Beyder. Sauf qu’à ce moment-là, tout le système gastro-intestinal, y compris le côlon, travaille de concert pour éliminer ce qui le rend malade.

Ce processus accéléré aboutit à une contraction beaucoup plus fréquente des muscles du côlon, ce qui réduit le temps d'expulsion de vos selles de quelques minutes à une expulsion immédiate. Les muscles de cet organe se déplacent dans une compression ordonnée et coordonnée pour expulser les selles. Ces pressions sont appelées ondes péristaltiques et se produisent également dans l'œsophage, l'estomac et l'intestin grêle, explique Niket Sonpal, gastro-entérologue et professeur de médecine au Touro College à New York. Et c’est l’accélération de ces ondes péristaltiques dans le colon qui va vous alerter sur le fait que vous auriez dû arrêter de picoler bien avant que vous ne l’ayez fait.

Mais voici le point vraiment important dans tout cela : la fonction principale du gros intestin consiste à absorber le liquide de vos déchets avant de l’expulser de la manière habituelle, sous la forme d’un cigare, ou ce que les experts en gastro-entérologie appellent le type 3 ou le type 4 selon l’échelle de Bristol. Augmenter le tempo du péristaltisme réduit la capacité du colon à absorber les liquides, ce qui signifie que la situation peut rapidement devenir hors de contrôle et vous gâcher la journée, me dit Sonpal.

Exemple : une fois, une femme m’a invité chez elle pour avoir des relations sexuelles. Le problème, c’est qu’elle avait une très bonne descente et que j’avais bêtement essayé de suivre son rythme. Résultat, j’ai dû décliner l’invitation car j’ai senti que j’étais à deux doigts de créer un Jackson Pollack monochrome en sa présence. Le risque était si clair et présent que je ne pouvais même pas me permettre de prendre le temps d’inventer une excuse moins embarrassante pour sortir de là. J'ai dit au revoir brusquement et suis parti de chez elle à toute vitesse.

Le meilleur moyen pour empêcher qu’une soirée sophistiquée ne se transforme en vrai spectacle de merde consiste – quelle surprise ! – à réduire le volume et la cadence de votre consommation d'alcool. Mais Heureusement, il existe une solution plus réaliste, qui consiste à manger avant de commencer à boire, afin de minimiser le contact direct de l'alcool avec la paroi de l'estomac. En plus de manger avant de boire, vous pouvez essayer de minimiser la gravité de la diarrhée provoquée par l'alcool en prenant un supplément de fibres solubles avant la consommation d'alcool, suggère Sonpal. « Les suppléments de fibres solubles absorbent l'eau contenue dans l'intestin et la retiennent bien », dit-il, ajoutant que cela devrait permettre de s'assurer que les selles sont plus formées qu'elles ne le seraient normalement après avoir bu quelques verres.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram et Facebook.