Food by VICE

Le Guide MUNCHIES des cocktails de crevards

Pas besoin d’un doctorat en mixologie pour se mettre une race pour pas cher : une bouteille de vodka et un peu d’imagination suffisent.

par Alex Krancher
26 Juillet 2016, 6:00am

Il n'y a pas de mal à avoir sa petite routine bien calée. Pour certains, l'été consiste à écumer les festivals aux quatre coins du pays, le plus souvent une pinte à la main. Dès que le soleil se lève et que ses rayons caressent votre tente, vous vous calez une première gorgée de houblon, signal de départ d'une bonne journée. Pour d'autres, ça se passe en terrasse avec un bidon de Ricard.

Après, comme une personne particulièrement sage l'a énoncé un jour, le changement est le piment de la vie. Et cet adage s'applique très bien à la picole aussi.

LIRE AUSSI : Le Guide MUNCHIES pour faire rentrer de l'alcool en festival

Dans ce guide MUNCHIES, on va vous donner quelques « tips » pour gruger la vie et éviter de vous ruiner en cocktails à 10 boules hors happy-hour avec paille fantaisie et rondelle de fruit qui fait la gueule. L'objectif ? Adapter des classiques version « système D », comprendre : grâce à un « fonctionnement ou une conduite de projet sans moyens conséquents », selon Wikipédia.

Avec un peu de créativité, vous allez pouvoir boire (avec modération) et avancer sur le chemin semé d'embûches de la mite. Pour l'occasion, on a demandé à Rick Welcker, barman du Feijoa à Amsterdam, de revisiter quelques cocktails iconiques avec les moyens du bord et une seule bouteille de vodka, par choix économique.

Le White Russian

guide cocktail crevard 5

The Big Lebowski. Toutes les photos sont de Marloes Haarmans.

Pour bien commencer la journée, rien de mieux que de donner un petit coup de fouet à votre café instantané en poudre en le transformant en White Russian, la boisson préférée du Dude dans . La version originale se compose d'un mélange de vodka, de Kahlúa et de crème. Pour remplacer le premier ingrédient, la vodka, c'est dans la poche : vous en avez déjà. Pour le reste, par contre, c'est une autre paire de manches. Pour faire la blague, on remplacera la liqueur de café par du café instantané froid. Vous pouvez compenser l'apport alcoolique de la liqueur par une petite rasade supplémentaire de vodka. À la place de la crème, utilisez le contenu d'une petite fiole de lait récupérée à la machine à café dans une station d'autoroute. Enfin, mélangez le tout avec une bonne barre de chocolat de cuisine et profitez de votre petit-déjeuner de champion.

Le Harvey Wallbanger

Normalement, le Harvey Wallbanger ressemble au Screwdriver – du jus d'orange et de la vodka - mais avec une touche de liqueur anisée à l'intérieur. Notre version « do it yourself » est une sorte de cousine consanguine lointaine capable d'étancher n'importe quelle soif. Versez de la vodka dans une tasse et diluez-la avec de l'Oasis – parce que personne ne va se faire chier à presser des oranges. Balancez-y des bonbons à l'anis si ça vous amuse et servez frais.

Le Daïquiri à la fraise

À l'origine, le daïquiri est un cocktail avec du rhum. Pas de chance, vous n'avez que de la vodka. Heureusement, on s'en contrefout. Oubliez les fraises, le sucre et le jus de citron vert : vous pouvez utiliser du 7UP ou du Sprite, un jus de fruits rouges industriel et un Mister Freeze ou n'importe quelle glace à l'eau pour rafraîchir l'ensemble. Félicitations, vous tenez entre vos mains un bon daïquiri de crevard.

Le Bloody Mary

Le Bloody Mary se boit à n'importe quelle heure de la journée. Il peut servir de petit-déjeuner, de brunch, de goûter voire de repas. Bon, ça risque d'être un peu galère de trouver du vrai jus de tomate mais sachez que la sauce tomate industrielle fonctionne aussi très bien. Remplacez le poivre et le côté épicé par des miettes de chips de maïs type Doritos en bordure de verre. Après avoir mélangé la vodka et la sauce, n'hésitez pas à ajouter un peu de sauce pimentée (si vous n'avez pas de tabasco, utilisez l'huile piquante de votre dernière livraison de pizza) et de troquer le bâton de céleri contre une saucisse apéro.

Le Dirty Martini

Le meilleur pour la fin. Si vous commencez à prendre goût aux cocktails de la dèche, le Dirty Martini – vodka, vermouth et son olive – sera votre ultime salut. À la place du vermouth, prenez n'importe quel vin doux ou moelleux. Quant aux olives, récupérez le reste des saucisses apéro de la veille, ça fera l'affaire. Faites leur rendre un peu d'eau dans le cocktail et plantez-les sur un cure-dent. Le tour est joué, à vous l'Amérique, James Bond du pauvre.

Toutes les photos sont de Marloes Haarmans.

Cet article a été initalement publié sur MUNCHIES NL en juillet 2016.