FYI.

This story is over 5 years old.

Quatre fromages et un divorce

Un tribunal de Padoue en Italie a jugé recevable qu’un père divorcé puisse payer la pension alimentaire de son ex-femme en pizza. Pratique.
1.6.16
Photo via Flickr user rightsandwrongs

Quelques cas particuliers mis à part – en l'occurrence un ou deux mecs un peu anticonformistes qui veulent prendre le contre-pied de la doxa – tout le monde avec une bouche et un appareil digestif normalement constitué kiffe la pizza, petit refuge culinaire à la fois simple et complexe.

Correctement faite, elle peut rivaliser en beauté et en goût avec les mets les plus savoureux. Ce n'est pas pour rien que les Français en bouffent plus que des burgers ou que n'importe quel autre plat.

LIRE AUSSI: Comment fabriquer un four à pizza totalement gratos

Après, on peut admettre que vous en ayez un peu ras la casquette parfois à la vue d'une belle calzone dotée de formes qui auraient toute leur place dans une toile de Rubens. La pizza peut vous sortir par le nez, comme c'est le cas de cette mère célibataire qui tente désespérément de récupérer une pension de son ex-mari. Depuis plusieurs mois, elle reçoit à chaque échéance et en lieu d'espèces sonnantes et trébuchantes, des tas de pizz'.

Le tribunal de Padoue, dans le nord de l'Italie, a récemment donné raison à ce père divorcé. Il peut payer sa pension exclusivement sous forme de pizzas. Plutôt pratique pour un mec qui est pizzaiolo dans la vie de tous les jours.

Le chef en question, baptisé NT par la presse locale, a presque 50 balais. Après le divorce, il a été contraint de verser une pension mensuelle de 300 euros. Maîtrisant le four à pizza comme personne, NT s'est dit qu'il était assez logique de régler cette pension alimentaire avec de la bouffe, au grand dam de son ex-femme.

LIRE AUSSI : Il était une fois la pizza indienne en Amérique

Malheureusement pour la mère et l'enfant, la juge Chiara Bitozzi a tranché en faveur du père et a décidé qu'il n'était pas coupable de ne pas avoir réglé la pension alimentaire. Dans les conclusions rendues par la Cour, il est écrit que le pizzaiolo ne gagnait pas assez bien sa vie et, de fait, ne pouvait pas payer la pension en cash.

Aucune information n'a fuité sur la composition des pizzas en question mais on espère que NT variait un peu les plaisirs.